Bouton - zoom navigable Bouton - image adaptée au cadre Zoom indisponible
Bouton masquer le texte

légende


Titre et auteur

interface


Alterner image plein cadre et zoom navigable (si le zoom est disponible)

Masquer ou afficher le texte

Barre centrale ajustable
Coin de table.
Henri FANTIN-LATOUR

© Photo RMN-Grand Palais - H. Lewandowski

Coin de table

étude


Onglets Contexte, Analyse et Interprétation

Cette toile appartient à une série de portraits de groupe peints par Fantin-Latour. Elle représente des hommes de lettres appartenant à la mouvance parnassienne, qui fondèrent la revue littéraire d’avant-garde La Renaissance littéraire et artistique. En 1868, ces poètes amoureux de “ l’art pour l’art ” décident de se retrouver tous les mois autour d’un repas afin de maintenir la cohésion du groupe. La critique qualifia dédaigneusement ces réunions de “ dîners des vilains bonshommes ”, titre qui leur resta.

L’œuvre est le résultat d’un projet plus ancien de Fantin-Latour : “ L’Anniversaire ”, toile par laquelle il voulait célébrer la mémoire de Baudelaire. Le tableau succède à l’Hommage à Delacroix et à Un atelier aux Batignolles (toutes deux au musée d’Orsay) dont les titres désignent sans ambiguïté les sujets peints. L’intitulé est ici plus neutre.
Il s’agit en réalité d’un groupe de poètes rassemblés autour d’une table, à la fin d’un repas. La sobriété des couleurs, la variété des attitudes, le sujet lui-même, s’inscrivent dans la tradition du portrait collectif hollandais du XVIIe siècle.
Toute allusion à Baudelaire a disparu. De gauche à droite, assis au premier plan, on distingue Verlaine, Rimbaud, Valade, Hervilly, Pelletant ; debout, au second plan, Bonnier, Blémont et Aicard. La composition s’achève à droite par un bouquet d’hortensias, à la place du portrait prévu de Mérat, lequel à la suite d’une mystérieuse altercation avait refusé de poser à côté de Rimbaud, adolescent provocateur, arrivé à Paris en 1871 et introduit à ces réunions par Verlaine.

Cette image est en fait celle d’un moment de l’histoire de la littérature française : celui où le mouvement parnassien [1] (à l’origine mouvement de renaissance poétique) s’essouffle, où ces réunions tentent vainement de maintenir la cohésion du groupe et où certains, comme Verlaine et Rimbaud, deviennent des “ zutistes ”, anciens parnassiens réagissant contre la sclérose croissante au sein du mouvement. Le titre neutre est-il alors de la part de l’artiste une mise à distance de ces modèles ?

Auteur : Nadine FATTOUH-MALVAUD

Notes

Né de la lassitude du romantisme, ce mouvement littéraire reposait sur la recherche de la perfection formelle et sur le culte de " l'art pour l'art " préconisé par Théophile Gautier.

Image précédente
Image suivante

vignette(s)


Vignette(s), cliquable(s) pour les études comparatives

image


Clic : alterner image plein cadre et zoom navigable (si le zoom est disponible)
Tirer-gisser : se déplacer dans le zoom navigable
Coin de table.
Bouton - zoom navigable Bouton - image adaptée au cadre Zoom indisponible
Bouton afficher le texte
Image suivante
Image précédente
Aide
Zoom navigable
Image adaptée au cadre
Zoom indisponible
Masquer le texte
Zoom navigable
Image adaptée au cadre
Zoom indisponible
Afficher le texte
Image suivante
Image précédente