Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Espagne (16 études)

Les Grandes Eaux illuminées au bassin de Neptune en l’honneur du Roi d'Espagne, le 21 août 1864.
Les Grandes Eaux illuminées au bassin de Neptune en l’honneur du Roi d'Espagne, le 21 août 1864.
Eugène LAMI

Les relations franco-américaines (8 études)

Fête du 14-Juillet à Cherbourg.
Fête du 14-Juillet à Cherbourg.

Découvrez aussi

Le Concordat de 1801

Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège..
Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège..
Thomas LAWRENCE

Le Grand jeu du Bébé jumeau

Grand jeu du bébé Jumeau.
Grand jeu du bébé Jumeau.

La course des transatlantiques

Compagnie générale Transatlantique
Compagnie générale Transatlantique "France".
Albert SEBILLE

Le traité de Mortefontaine

Traité avec les Etats-Unis (à Mortefontaine).
Traité avec les Etats-Unis (à Mortefontaine).
Victor-Jean ADAM

Emblème de l'escadrille La Fayette

Insigne à la tête de Sioux.
Insigne à la tête de Sioux.

L'acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis

Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte. Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.
Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans. Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

Date de création : 1804
Date représentée : 8 mars 1804
Technique et autres indications : Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte à propos de l’acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis, en date du 8 mars 1804.
Lieu de Conservation : Musée national de la Coopération Franco-américaine (Blérancourt) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 02-012015 / 50D4

Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Le dernier lever des couleurs : La cession de la Nouvelle-Orléans.

Auteur : ANONYME
Technique et autres indications : Gouache
Lieu de Conservation : Musée national de la Coopération Franco-américaine (Blérancourt) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 05-518591 / CFAc188.2

  Contexte historique

La Louisiane entre France et Espagne

Les deux événements documentés ici sont la cession de La Nouvelle-Orléans le 20 décembre 1803 et la cérémonie officielle actant le transfert de souveraineté, le 10 mars 1804. Installés depuis 1682 sur les rives du Mississipi, les Français perdent pied sur le continent américain à la suite de leurs défaites au Canada et en Europe. Au terme de la guerre de Sept ans, l’Espagne se voit attribuer la souveraineté sur les territoires de l’intérieur des Etats-Unis actuels. La Révolution française et les guerres napoléoniennes changent la donne. En 1800, le traité secret de San Ildefonso prévoit que soient échangés La Nouvelle-Orléans et la Louisiane occidentale contre le duché de Parme. Le 8 janvier 1803, le roi d’Espagne les rétrocède officiellement. Mais Napoléon est échaudé par les déboires de ses troupes en Haïti et préfère concentrer ses forces navales en Europe en prévision de la reprise des hostilités avec le Royaume-Uni. Aux Américains qui souhaitent acheter La Nouvelle-Orléans pour garantir le commerce entre mer et Mississipi, les Français répondent qu’ils vendront la Louisiane entière, pour la somme impressionnante de 80 millions de francs (15 milliards de dollars).

  Analyse des images

L’adieu à la Nouvelle-Orléans

La lettre de Livingston a été conservée dans les archives et déposée à Blérancourt, au musée national de la Coopération franco-américaine. La missive s’attarde surtout sur les détails financiers de la cession, notamment sur le crédit par la banque Baring de la somme de 60 millions de francs – le reste étant « dû » par la France au titre des réparations pour les dommages causés aux intérêts américains lors de la « quasi-guerre », ce conflit maritime larvé entre la France et les Etats-Unis qui dura de 1798 à 1800.
Le dernier lever des couleurs, accroché sur les cimaises du même musée, présente une composition originale, qui laisse une large place au bleu du ciel (moitié supérieure) et à celui du fleuve Mississipi et de son entrée en contact avec la mer (quart médian). Au loin, au pied des montagnes qui barrent l’horizon, on distingue quelques traces de l’installation française. Sur le fleuve, les bateaux en file indienne soulignent que la ville est avant tout un comptoir commercial. Au premier plan est dessinée la scène principale, dans un décor champêtre qui évoque à peine le Nouveau Monde. On distingue en plongée des soldats français et américains abaissant le pavillon tricolore et hissant la bannière étoilée. Les deux emblèmes nationaux flottent au vent, symbolisant l’amitié retrouvée des deux grandes nations.

  Interprétation

Les Français contribuent à la construction des Etats-Unis

James Monroe et Robert Livingston, envoyés spéciaux du président Jefferson à Paris, ne pouvaient qu’accepter la proposition de Napoléon. La cession des territoires du Mississipi doublerait tout bonnement la surface des Etats-Unis de l’époque (et équivaut aujourd’hui à un peu moins d’un quart du territoire) ! Le 30 avril 1803, le traité est signé à Paris ; lors de la fête nationale du 4 juillet, Jefferson l’annonce à ses concitoyens. Les Etats-Unis commencent la conquête de l’intérieur du continent et cherchent à repousser la frontière toujours plus à l’Ouest. La France y gagne les moyens de s’armer pour guerroyer contre les Britanniques et, croit-elle, le soutien des Américains contre leur ancienne métropole. Mais elle y perd aussi toute prétention sur le continent nord-américain et abandonne à leur sort les Français installés en Amérique du nord.

Auteur : Alexandre SUMPF


Bibliographie

  • Michaël GARNIER, Bonaparte et la Louisiane, Paris, Kronos/SPM, 1992.
  • Gilles HAVARD et Cécile VIDAL, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, « Champs », (1ère éd. 2003, 2e éd. 2006).
  • Bernard LUGAN, Histoire de la Louisiane française (1682-1804), Paris, Perrin, 1994.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page