Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Soldats étrangers (11 études)

Dahomey : milicien, petite tenue.
Dahomey : milicien, petite tenue.
FREVILLE

Les troupes coloniales (8 études)

Tirailleur annamite en grande tenue.
Tirailleur annamite en grande tenue.
Pierre Albert LEROUX

Découvrez aussi

Le vin et l'armée

Scènes de Crimée.
Scènes de Crimée.

L’emprunt de la libération de 1918

Comptoir national d'escompte de paris, emprunt national, 1918.
Comptoir national d'escompte de paris, emprunt national, 1918.
Pierre Albert LEROUX

La fascination des ruines : Arras dans la Grande Guerre

Intérieur de la cathédrale d'Arras en ruines.
Intérieur de la cathédrale d'Arras en ruines.
Fernand SABATTE

Les soldats indigènes dans les troupes coloniales

Dahomey : milicien, petite tenue.
Dahomey : milicien, petite tenue.
FREVILLE

Les tirailleurs sénégalais dans la guerre de 1914-1918

Soldats sénégalais au camp de Mailly.
Soldats sénégalais au camp de Mailly.
Félix VALLOTTON

Les zouaves sur tous les fronts

Le Zouave blessé. Crimée, le 29 février 1855.
Le Zouave blessé. Crimée, le 29 février 1855.
Roger FENTON

Le recrutement de la Coloniale

Troupes d’Afrique. Engagez-vous.
Troupes d’Afrique. Engagez-vous.
Georges Bertin SCOTT

La reprise de Mondement

Reprise de Mondement.
Reprise de Mondement.
Espérance Léon BROQUET

Les Annamites dans la Grande Guerre

Tirailleur annamite en grande tenue.
Tirailleur annamite en grande tenue.
Pierre Albert LEROUX

Les troupes coloniales au service de la patrie

Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917.
Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917.
Paul CASTELNAU

Les tirailleurs sénégalais dans la Grande Guerre

Le dos au feu, le ventre à table. Le dos au feu, le ventre à table.
Paul DUFRESNE.
Un groupe de sénégalais : trois hommes en train de travailler. Un groupe de sénégalais : trois hommes en train de travailler.
Fernand CUVILLE.
commentaires 0 commentaire commentaires
Le dos au feu, le ventre à table.

© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Pascal Segrette

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Le dos au feu, le ventre à table.

Auteur : Paul DUFRESNE
Date de création : 1914
Date représentée : 1914
Dimensions : Hauteur 9 cm - Largeur 14 cm
Technique et autres indications : Offset sur carton.
Lieu de Conservation : Musée de l'Armée (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 06-506039 / 2004.1.30.8

Un groupe de sénégalais : trois hommes en train de travailler.

© Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Fernand Cuville

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Un groupe de sénégalais : trois hommes en train de travailler.

Auteur : Fernand CUVILLE (1887-1927)
Date de création : 1917
Date représentée : 1917
Technique et autres indications : Autochrome.
Lieu de Conservation : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-532456 / CVL00255

  Contexte historique

Les troupes coloniales au secours de la métropole

La France a pris pied au Sénégal sous l’impulsion de Colbert, sous le règne de Louis XIV. A partir du comptoir initial, Faidherbe entreprend entre 1854 et 1865 de conquérir l’intérieur du continent et crée le port de Dakar, qui devient capitale de l’Afrique occidentale française en 1902. Traditionnellement, l’armée coloniale opère un recrutement local de supplétifs qui maintiennent l’ordre parmi la population indigène, offrant ainsi une étroite voie d’intégration et d’identification patriotique. A la suite de la défaite de 1870 face à la Prusse, et devant l’inquiétante dénatalité française, le colonel Mangin avait théorisé dès 1910 l’emploi décisif de la « force noire ». A cela s’ajoute en 1914 la nécessité de remplacer les masses de soldats tués dans les premiers mois du conflit. La France a ainsi engagé sur le front environ 134 000 combattants d’Afrique noire – des tirailleurs sénégalais, corps créé en 1857 pour engager les Africains subsahariens dans l’Armée d’Afrique. Ces unités sont reconnaissables entre autres à la chéchia rouge, empruntée aux tirailleurs algériens.

  Analyse des images

Du festin à la popote

En 1914, Paul Dufresne, illustrateur prolifique de temps de guerre, dessine une série de cartes postales en couleur mettant en images des dictons populaires dans un contexte décalé, celui du front. Au centre de la composition, un Sénégalais portant l’uniforme d’apparat bleu, or et rouge. Sa pose rappelle la publicité pour le chocolat en poudre Banania dont la carte est la contemporaine : la cuillère en l’air, la main qui se frotte la panse et les dents blanches de contentement. Le bivouac improvisé au milieu des combats mêle le festin (champagne) et le rata (gamelle). Il est né de la guerre, avec ses ruines, son mort (allemand), ses explosions aux couleurs de l’artifice, ses flammes et ses fumées, la poursuite du Prussien à casque à coups de baïonnettes qui le repoussent loin à droite (à l’Est).
Fernand Cuville (1887-1927), musicien de formation, engagé à la Section photographique (créée en 1915), couvre pendant deux ans l’ensemble des fronts en France, puis les Balkans en 1918. A travers une scène de groupe, il offre un aspect méconnu du conflit : l’utilisation fréquente de main d’œuvre issue des colonies à l’arrière-front. Les trois cuistots posent devant le mess réservé aux officiers, comme l’indique l’inscription sur le mur décati. Les Sénégalais portent le calot, les jambières et l’uniforme, dissimulé par les tabliers révélant leur fonction réelle. A gauche, le plus jeune écope des tâches salissantes : son tablier est trempé par l’eau puisée dans les sceaux de toile goudronnée. Au milieu, le plus âgé se place en position de décideur : c’est le chef cuistot. A droite, le soldat sans tablier a légèrement bougé pendant la pose ; il est probablement chargé de transporter le bois dans la brouette rustique à côté de lui. Les murs effondrés et l’absence de vitrage soulignent l’inconfort généralisé du campement provisoire.

  Interprétation

Actions imaginaires et emploi réel

Les deux images diffèrent par leur nature mais se rejoignent dans l’objectif de populariser la guerre en cours et d’en donner une représentation conforme aux nécessités de la propagande. Elles révèlent toutefois tout autre chose que ce qu’elles veulent bien montrer. Ainsi, la carte postale de Dufresne pratique un double jeu périlleux entre cliché rassurant du « bon nègre » et imaginaire frissonnant des nettoyeurs de tranchées. Si le personnage central sourit, ses dents forment un rictus inquiétant et ses lèvres sont d’un rouge très sanguin. L’exagération des proportions, typique de ce genre de dessin, rend quasi monstrueuses mains et tête. Surtout, la mort et la violence de guerre sont à la fois cachées et suggérées. Au second plan, on devine un cadavre plus qu’on ne le voit, et il a sans doute été écrasé par des poutres, plutôt que tué au combat. Mais au tout dernier plan, une scène de meurtre à la baïonnette est bien visible, assez confuse toutefois pour que la censure ne sévisse pas. L’intention première est de vendre des cartes postales grâce aux attraits combinés de l’exotisme, de la sagesse populaire, de l’humour militaire et du sensationnalisme. Plus largement, on fait l’apologie de l’usage déchaîné de la « force noire » dans les zones d’ombre du conflit.
En couleurs également mais avec une approche censément documentaire, Cuville utilise pour ses clichés le procédé autochrome breveté par les frères Lumière en 1903 et commercialisé en 1907. Cette technique aux résultats convaincants nécessite une forte lumière (c’est l’été) et un certain temps de pose, ce qui explique que l’on a souvent pris des bâtiments (en ruines), des paysages (avec des barbelés) et des portraits. Cuville a immortalisé à plusieurs reprises des travailleurs sénégalais et algériens, seuls ou en groupe, dans la Somme et dans l’Aisne. Ces images devaient présenter une guerre acceptable parce qu’humaine, sereine dans le quotidien du combat. Par cette mise en scène maladroite étant donnée la masse d’informations sur les violences de guerre, on dédouane les Sénégalais de leur réputation de sauvagerie. Au-delà, ce cliché met en évidence le fossé entre soldats du rang et officiers, entre blancs de métropole et noirs des colonies.

Auteur : Alexandre SUMPF


Bibliographie

  • Jean-Jacques BECKER, La Première Guerre mondiale, Paris, Belin, 2008 (rééd.).
  • Antoine CHAMPEAUX, Eric DEROO, La Force noire : gloire et infortunes d’une légende coloniale, Paris, Tallandier, 2005.
  • Eugène-Jean DUVAL, L’épopée des tirailleurs sénégalais, Paris, L’Harmattan, 2005.
  • Marc MICHEL, L’Appel à l’Afrique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.
  • Collectif, Les Troupes coloniales dans la Grande Guerre, actes du colloque de Verdun, Economica, 1997.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page