Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Les États-Unis et la guerre (8 études)

Anne Morgan en uniforme.
Anne Morgan en uniforme.

L’Escadrille Lafayette (6 études)

Drapeau français avec signatures des aviateurs.
Drapeau français avec signatures des aviateurs.

Découvrez aussi

Les premiers aéroplanes militaires

La première utilisation des aéroplanes lors des manœuvres de Picardie de 1910. Planche 7.
La première utilisation des aéroplanes lors des manœuvres de Picardie de 1910. Planche 7.

Vols de nuit

Retour d'un vol de nuit sur avions
Retour d'un vol de nuit sur avions "Voisin" de bombardement.
François FLAMENG

Le bal de la liberté

Fête du 14-Juillet à Cherbourg.
Fête du 14-Juillet à Cherbourg.

Mémorial de l'Escadrille Lafayette

Etats de service de James Norman Hall.
Etats de service de James Norman Hall.

Emblème de l'escadrille La Fayette

Insigne à la tête de Sioux.
Insigne à la tête de Sioux.

Rockwell, une légende de l’Escadrille Lafayette

Drapeau français avec signatures des aviateurs. Drapeau français avec signatures des aviateurs.
La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil. La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Drapeau français avec signatures des aviateurs.

© Photo RMN-Grand Palais - R. G. Ojeda

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Drapeau français avec signatures des aviateurs.

Dimensions : Hauteur 45.8 cm - Largeur 62 cm
Lieu de Conservation : Musée national de la Coopération Franco-américaine (Blérancourt) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-519528 / Dsb 163

La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil.

© Photo RMN-Grand Palais - R. G. Ojeda

Agrandissement - Zoom
«

Titre : La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil.

Auteur : ANONYME
Dimensions : Hauteur 19.5 cm - Largeur 23.3 cm
Lieu de Conservation : Musée national de la Coopération Franco-américaine (Blérancourt) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-519436 / DSB189.6

  Contexte historique

Rockwell, une légende de Lafayette

L’escadrille La Fayette, composée de jeunes pilotes américains, combattants volontaires du côté français avant l’entrée en guerre des États-Unis (6 avril 1917), est créée le 20 avril 1916 à Luxeuil-les-Bains. Figurant parmi les sept premiers pilotes de l’escadrille, Kiffin Rockwell est aussi le second à mourir, abattu par l’ennemi le 23 septembre 1916. Deux jours plus tard, il est enterré à Luxeuil-les-Bains lors d’une cérémonie digne d’un général, tant pour son sacrifice que pour son excellence au combat (il a signé la première victoire de l’unité sur un avion ennemi). Après la guerre, des manifestations commémoratives auront régulièrement lieu à Luxeuil afin d’honorer la mémoire de Rockwell et, par là, d’entretenir le souvenir de la légendaire escadrille, symbole de l’alliance franco-américaine.

  Analyse des images

Signatures et commémoration

Drapeau français avec signatures des aviateurs montre un drapeau tricolore qui a visiblement une histoire. Usé (la partie rouge est même partiellement effilochée et, de ce fait, moins large que les deux autres bandes), sali (quelques taches çà et là), les couleurs passées, on peut penser qu’il a accompagné les aviateurs de l’escadrille La Fayette au cours de leurs différentes affectations sur le front. Dans la partie bleue, trois œillets prévus pour le passage de la drisse qui permettait de le hisser. La partie centrale et blanche porte de multiples inscriptions : des signatures et dédicaces des différents pilotes, des noms de lieux et de batailles, des dessins (un avion sur la gauche), des symboles et des phrases un peu plus longues. Les nuances de couleur et de netteté qu’elles présentent s’expliquent par l’échelonnement des inscriptions dans le temps (de 1916 à 1918), la qualité des encres utilisées (certaines ont moins tenu que d’autres) ou encore la manière dont elles ont été faites. Particulièrement remarquables, la signature de Georges Thénault, le commandant de l’escadrille (en bas au centre), un dessin du coq français et l’ancienne devise de la Légion étrangère (de 1848 à 1920), « Valeur et Discipline ».

La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil présente une scène de commémoration que les costumes des civils permettent de dater des années 20 ou du début des années 30. La foule nombreuse qui se presse autour de la tombe de l’aviateur remplit presque tout l’espace. En ce moment solennel, tous se sont figés, au garde-à-vous pour les militaires (des officiers à en juger par les uniformes), et tous les regards convergent vers le même point, au premier plan. La tombe de Rockwell structure ainsi toute l’image, alors même qu’elle est presque entièrement cachée aux yeux du spectateur par les drapeaux inclinés au-dessus de la sépulture en signe d’hommage.

Les drapeaux américains et français, ainsi que d’autres bannières militaires se mêlent, tous ornés d’inscriptions lisibles seulement en partie (on distingue les mots « Luxeuil », « anciens », « volontaires ») et d’insignes (la Croix de guerre par exemple). Les haut-parleurs visibles sur le poteau du second plan donnent à penser que la commémoration a lieu en musique. Plus à droite apparaît l’image étonnante du buste d’un homme qui se trouve à l’extérieur du cimetière et qui se découvre respectueusement. Au-delà du mur d’enceinte, quelques maisons, des arbres, la ville de Luxeuil avec, au loin, le clocher de l’église.

  Interprétation

La valeur du drapeau

Ces images ont une forte valeur symbolique, assez émouvante : toutes deux disent l’engagement de ces jeunes Américains pour la France, au nom de laquelle ils sont parfois tombés. Ainsi, Drapeau français avec signatures des aviateurs marque-t-elle l’inscription (au sens littéral comme figuré) des pilotes (et de leurs faits d’armes) dans la nation, du moins pendant la période du temps qui marque (au propre comme au figuré, là encore) le drapeau, c’est-à-dire pendant l’existence de l’escadrille (ce que confirment les dates qu’on peut y lire). La mention de la Légion étrangère rappelle, quant à elle, que les membres de l’escadrille appartenaient en majorité à ce corps, condition pour intégrer l’armée française et combattre dans ses rangs quand leur pays était encore neutre.

De même La tombe de Kiffin Rockwell, à Luxeuil dit l’alliance des deux pays (les drapeaux), et presque l’appartenance de Rockwell aux deux nations, via son incorporation dans l’armée (là aussi rappelée par les drapeaux) française. Sur cette dernière photographie et dans un effet assez saisissant, les hampes armées de piques semblent converger et donnent l’impression que les bannières s’unissent pour couvrir la tombe d’un linceul symbolique et finir d’envelopper Rockwell dans ces différents corps. Le lieu de la cérémonie (Luxeuil, là même où est née l’escadrille) achève de lier son destin à celui de l’escadrille et à celui de la France.

Auteur : Alexandre SUMPF


Bibliographie

  • Annette BECKER, Les Monuments aux morts : patrimoine et mémoire de la Grande Guerre, Paris, Errance, 1988.
  • Jean GISCLON, Chasseurs au groupe La Fayette, 1916-1945, Paris, Nel, 1997.
  • Jean GISCLON, L’Escadrille La Fayette. De l’Escadrille La Fayette au La Fayette Squadron, 1916-1945, Paris, France Empire, 1975.
  • Dennis GORDON, The Lafayette Flying Corps. The American Volunteers in the French Air Service in World War I, Atglen, A Schiffer Military History Book, 1991.
  • Pierre VALLAUD, 14-18, la première guerre mondiale, Paris, Fayard, 2004.
  • « L’Escadrille La Fayette », in revue Icare n° 158 (1996) et n° 160 (1997).
  • .

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page