Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Guinguettes et tourisme (3 études)

Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau.
Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau.

Découvrez aussi

Guinguettes et imagerie populaire

Carte réclame : Asnières.
Carte réclame : Asnières.

La Croisette

La Croisette : hôtels, plage et cabines de bains.
La Croisette : hôtels, plage et cabines de bains.
Jean GILETTA

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Jean-Louis DEMARNE

Joséphine Baker et la Revue Nègre

La Revue Nègre.
La Revue Nègre.
Paul COLIN

Nice. Place Masséna à l'angle de l'avenue de Verdun

Nice. Place Masséna à l'angle de l'avenue de Verdun.
Nice. Place Masséna à l'angle de l'avenue de Verdun.
Jean GILETTA

Les premiers syndicats d’initiative

Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau. Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau.
ANONYME.
Le Syndicat d'initiative. Le Syndicat d'initiative.
ANONYME.
commentaires 1 commentaire commentaires
Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Le Syndicat d'initiative de Fontainebleau.

Auteur : ANONYME
Date de création : 1946
Date représentée : 1946
Lieu de Conservation : Collection particulière
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 06-526114

Le Syndicat d'initiative.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Le Syndicat d'initiative.

Auteur : ANONYME
Date de création : 1946
Date représentée : 1946
Lieu de Conservation : Collection particulière
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 06-526113

  Contexte historique

Naissance et développement des syndicats d’initiative sous la Troisième République

Dans la seconde partie du XIXe siècle, de nombreuses localités tentent d’organiser et de développer le tourisme. Le 23 juillet 1875, Gérardmer est la première ville à se doter d’une structure qui lui est entièrement dédiée : le comité des promenades de Gérardmer. Le premier syndicat d’initiative est, quant à lui, créé à Grenoble le 2 mai 1889. Il s’agit d’une structure initiée par la commune et ayant une mission de service public à but non lucratif qui vise à promouvoir le lieu, accueillir, informer et retenir les visiteurs en leur proposant des activités. Opérant la liaison entre les pouvoirs publics, l’administration, les associations et les professionnels des transports et du tourisme, l’organisme peut, par exemple, obtenir l’arrivée du train, l’ouverture de sentiers, des subventions pour l’entretien du patrimoine, pour des manifestations sportives et culturelles, ou pour des campagnes de publicité. La naissance du Touring Club de France en 1890, la réalisation des premières cartes routières (impliquant la signalisation et la numérotation des routes) par Michelin et la parution de son Guide rouge en 1900 contribuent par ailleurs à l’essor et à la structuration de l’activité touristique, dans lesquels les syndicats d’initiative jouent un rôle central. Regroupés dès 1903 en un service central, puis en 1910 par un Office national du tourisme, on en compte 230 en 1914, et en 1930 ce sont presque toutes les localités classées sites ou stations touristiques qui en sont dotées.

  Analyse des images

Le syndicat d’initiative de Fontainebleau

Ces deux photographies anonymes, prises en 1946, représentent le syndicat d’initiative de Fontainebleau. Créé en janvier 1920 et situé 38 rue Grande, il est présidé par Émile Sinturel et dirigé par Ballen de Guzman.

« Le syndicat d’initiative de Fontainebleau » en présente une vue extérieure prise de la rue. L’organisme occupe le rez-de-chaussée d’une maison, et sa grande enseigne masque en partie les fenêtres du premier étage. À gauche de la porte d’entrée, l’inscription « tourisme », peinte à la verticale, renseigne sur ses attributions. Dans la vitrine, des affiches, des informations et des réclames (« Faites une cure de raisin »), offertes à la vue du passant.

« Le syndicat d’initiative » montre une partie de l’intérieur de l’office. Un haut comptoir en bois, sur lequel reposent un téléphone, une machine à écrire, des tampons et de nombreux documents bien rangés, coupe l’espace en deux. Devant le comptoir, un client signe un papier, sous le regard attentif de l’employé en costume qui se trouve de l’autre côté. Derrière ce dernier, au mur et de gauche à droite, une affiche publicitaire représentant le château de Fontainebleau et ses jardins, un calendrier illustré et un présentoir en bois avec des prospectus.

  Interprétation

Les fonctions du syndicat d’initiative

Le syndicat d’initiative joue un rôle considérable dans le développement du tourisme : il organise des événements sportifs, culturels (concerts, fêtes locales), obtient des subventions pour entretenir le patrimoine et lancer des campagnes publicitaires, passe des accords avec des sociétés de transport (avec la compagnie Paris-Lyon-Marseille pour Fontainebleau, par exemple, ce qui permet une desserte plus rapide et des tarifs préférentiels ou encore des formules « tout compris »). C’est grâce à son activité que Fontainebleau, désormais « à une heure de Paris » va progressivement devenir une destination du tourisme de masse des Parisiens, qui y passent les week-ends, entre pique-niques, baignades, escalades et visites. Mais les deux photographies illustrent surtout le rôle du syndicat vis-à-vis du visiteur : informer, promouvoir et proposer des services touristiques. L’image de l’intérieur suggère ainsi l’ordre et la modernité attachés à cette mission, qui est aussi commerciale. En effet, même si le syndicat, association à but non lucratif mais « patriotique et désintéressé » selon sa charte, ne vend pas lui-même des prestations, il est un vecteur et un relais efficace pour les commerces ou les activités de la ville liés au tourisme.

Ainsi, alors que l’enseigne et l’inscription, visibles de loin, permettent aux passants et aux arrivants qui cherchent des informations ou des suggestions de savoir à qui s’adresser, la vitrine laisse voir des publicités et des « marchandises » censées attirer le client. Le syndicat promeut entre autres le célèbre chasselas « de la Treille du roy » ainsi que les bienfaits de la cure uvale (« cure de raisin », dit l’affiche). Très réputée à l’époque, elle était recommandée par certains médecins (comme le docteur Marty, maire de Fontainebleau de 1925 à 1935). L’affiche France USA rappelle la présence, depuis 1921, du conservatoire américain de musique, qui accueille des étudiants venus des États-Unis et organise des concerts que le syndicat invite à aller écouter. Elle rappelle aussi, à travers une image positive et donc attirante, l’alliance et l’amitié entre les deux nations.

Le syndicat d’initiative est aussi l’endroit d’une célébration « patriotique et locale » qui promeut avec fierté les joyaux du lieu (d’ailleurs entretenus en partie grâce à lui). Ainsi, par exemple, l’affiche placardée à l’intérieur a une vertu à la fois publicitaire et identitaire : elle symbolise et glorifie la ville.

Auteur : Alban SUMPF


Bibliographie

  • Paul GOUJON, Cent ans de tourisme en France, Paris, Éditions du Cherche-Midi, 1990.
  • Georges CAZES, Le Tourisme en France, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 1995.
  • Annick NOTTER et Jean-Claude POLTON, Fontainebleau, son château et sa forêt : l’invention d’un tourisme (1820-1939), Paris, R.M.N., 2007.

Commentaires

je souhaite connaitre la date de naissance du syndicat d'initiative de les abrets (isère)
trebor
Par trebor le 23/02/14 à 05h24 - #2138

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page