Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Egypte (30 études)

Folies Bergères. Tous les soirs la Loïe Fuller.
Folies Bergères. Tous les soirs la Loïe Fuller.
Jean de PAL

L'assyriologie (2 études)

Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Félix THOMAS

Mots-clés

Découvrez aussi

Frontispice de la Description de l'Egypte

Frontispice de la Description de l'Egypte, vol.I
Frontispice de la Description de l'Egypte, vol.I
François-Charles CECILE

Edification de la légende napoléonienne

Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 Mars 1799.
Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 Mars 1799.
Antoine-Jean GROS

La seconde mission française à Khorsabad

Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Félix THOMAS

Napoléon Bonaparte et l'Egypte

Les pyramides de Memphis, le Sphinx, au soleil couchant.
Les pyramides de Memphis, le Sphinx, au soleil couchant.
Charles BALZAC

Les fouilles de Khorsabad

Deux Génies assyriens. Deux Génies assyriens.
Paul-Emilie BOTTA.
Taureau androcéphale ailé, site de Khorsabad. Taureau androcéphale ailé, site de Khorsabad.
Eugène FLANDIN.
commentaires 0 commentaire commentaires
Deux Génies assyriens.

© Photo RMN-Grand Palais (Institut de France) - Gérard Blot

Agrandissement
»

Titre : Deux Génies assyriens.

Auteur : Paul-Emilie BOTTA (1802-1870)
Lieu de Conservation : Bibliothèque de l'Institut (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 08-513773 / MS2995-4

Taureau androcéphale ailé, site de Khorsabad.

© Photo RMN-Grand Palais (Institut de France) - Agence Bulloz

Agrandissement
«

Titre : Taureau androcéphale ailé, site de Khorsabad.

Auteur : Eugène FLANDIN (1803-1876)
Lieu de Conservation : Bibliothèque de l'Institut (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 06-515330 / Ms2734

  Contexte historique

Paul-Émile Botta, l’inventeur de l’assyriologie.

En 1842, lorsque Louis-Philippe ouvre une nouvelle agence consulaire à Mossoul, le poste de consul est confié à Paul-Émile Botta (1802-1870), un énergique Italien dont la famille s’était installée en France au moment de l’annexion du Piémont par Napoléon.

Médecin de formation, mais également naturaliste et passionné par les langues, Paul-Émile Botta a débuté sa carrière de diplomate à Alexandrie en 1833 et c’est sans doute en Egypte qu’il commence à s’intéresser aux recherches archéologiques. Ce n’est donc pas un débutant qui s’installe sur les bords du Tigre : l’agent consulaire a une bonne connaissance du monde oriental et il sait que sous le sable dorment les ruines de la ville antique de Ninive. La civilisation assyrienne n’est alors connue que par les récits bibliques et par certains textes classiques, tandis que les écritures cunéiformes ne sont pas encore déchiffrées.

Les premières fouilles de Botta portent sur l’un des deux tells (tertres constitués de ruines) en face de Mossoul, de l’autre côté du fleuve. Elles se révèlent infructueuses, même si l’archéologue anglais Henry Layard prouvera plus tard que les restes de Ninive s’y trouvaient bel et bien.

Au printemps 1843, Botta déplace ses ouvriers à seize kilomètres au nord-est sur le site de Khorsabad. En quelques semaines, ils dégagent les vestiges de plusieurs salles et cours appartenant à un vaste édifice. Les bases des murs en brique crue sont protégées de dalles en albâtre gypseux sculptées en bas relief et portant des inscriptions cunéiformes. Pensant avoir découvert Ninive, il vient de mettre au jour le palais du roi assyrien Sargon II (721-705) édifié dans sa nouvelle capitale de Dour Sharroukin, dont le nom signifie « forteresse de Sargon ».
Au fur et à mesure de leur exhumation les dalles d’albâtre gypseux se délitent au contact de l’air et Botta voit s’anéantir le fruit de ses patientes recherches. Afin de conserver un témoignage des vestiges, il tente de dessiner les bas-reliefs dès que les ouvriers les sortent de terre.

Ne pouvant seul mener à bien l’enregistrement des découvertes et craignant une dégradation rapide de ses découvertes, il obtient de l’Académie des inscriptions et belles-lettres qu’un dessinateur lui soit adjoint. Le peintre orientaliste Eugène Flandin (1809-1876), qui revient à peine d’une mission de plus de deux ans et demi en Perse, repart aussitôt en Mésopotamie. Arrivé à Mossoul en mai 1844, il dresse le plan topographique des ruines et exécute le relevé complet des reliefs subsistants. Botta se réserve l’estampage et la copie de toutes les inscriptions cunéiformes. Cette immense moisson de textes permettra d’accélérer le déchiffrement du cunéiforme en Mésopotamie.

  Analyse des images

Eugène Flandin, un artiste au secours de l’archéologue

Si Botta a conscience de la nécessité d’effectuer des relevés afin de ne pas perdre le contexte archéologique de sa découverte, il n’a reçu aucune formation en dessin et n’a pas la dextérité nécessaire pour produire rapidement des relevés pouvant servir à des fins scientifiques. Il s’épuise à des dessins maladroits et approximatifs. Ici, par exemple, il évite soigneusement de représenter les visages des génies, et l’on sent une certaine gaucherie dans les articulations des bras aux corps ou dans le traitement des genoux. En revanche, il s’attarde sur les détails ornementaux, telles les plumes des ailes du génie de gauche ou les passementeries du vêtement de celui de droite. Ces dessins n’en restent pas moins le témoignage émouvant de la ténacité et de la volonté de Botta.

Flandin avait reçu la Légion d’honneur en 1842 pour les relevés iconographiques effectués lors de sa mission en Perse pour le compte de l’Institut, et maîtrise parfaitement les croquis archéologiques : son trait est net et sûr, précis et élégant.

Sa compétence artistique apparaît largement dans ses œuvres, et en particulier dans les figures indépendantes comme ce taureau androcéphale ailé. Il conserve la rigueur scientifique indispensable aux relevés archéologiques (accidents du support, justesse des proportions), sait aller à l’essentiel sans pour autant sacrifier les nombreux détails décoratifs auxquels il porte une attention méticuleuse mais parvient néanmoins à traduire la puissance et la grandeur de cette sculpture monumentale par une habile distribution de l’ombre et de la lumière.

Les dessins de Flandin ont été gravés pour illustrer la publication de Botta, Monument de Ninive (1849-1850), monumentale publication en cinq volumes que l’on peut considérer comme le premier rapport de fouilles rédigé avec une grande objectivité et une parfaite rigueur scientifique.

  Interprétation

Le temps des consuls archéologues

En octobre 1844, il faut fermer le chantier de Khorsabad à cause de l’épuisement des crédits. Botta fait alors un choix des sculptures les plus remarquables et les mieux conservées et les expédie en France, où elles arrivent trois ans plus tard, après maintes péripéties. Ces premières fouilles en Mésopotamie ont de grandes répercussions : les Anglais envoient Layard et Rawlinson à Nimrud puis à Ninive et, en 1851, la France expédie Victor Place afin de rouvrir le consulat de Mossoul et reprendre le chantier de Khorsabad.

Botta inaugure l’épopée des consuls archéologues, français ou anglais, qui, nommés à Mossoul, Bagdad et Bassora au milieu du XIXe siècle, ont joué un rôle pionnier dans la recherche archéologique.

Auteur : Béatrice MÉON-VINGTRINIER


Bibliographie

  • Élisabeth FONTAN (dir.) avec la collaboration de Nicole Chevalier, De Khorsabad à Paris, la découverte des Assyriens, catalogue de l’exposition au musée du Louvre, département des Antiquités orientales, Paris, RMN, 1994.
  • Jean BOTTERO et Marie-Joseph STEVE, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, Découvertes Gallimard, 1993.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page