Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La légende napoléonienne (13 études)

Paire de pichets à eau en forme de
Paire de pichets à eau en forme de "Napoléon" et "Joséphine".

Représentations équestres (21 études)

Valet de chien à cheval menant sa horde.
Valet de chien à cheval menant sa horde.
Pierre-Jules MENE

Découvrez aussi

Création de la Légion d'honneur

Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, le 14 juillet 1804.
Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, le 14 juillet 1804.
Jean-Baptiste DEBRET

Une vie religieuse encadrée par la loi (1802 à 1905)

Jean-Etienne Portalis.
Jean-Etienne Portalis.
Pierre GAUTHEROT

La Grande armée fidèle à l'Empereur

Napoléon harangue le 2ème corps de la Grande-Armée sur le pont de Lech à Augsbourg.
Napoléon harangue le 2ème corps de la Grande-Armée sur le pont de Lech à Augsbourg.
Pierre GAUTHEROT

Napoléon et sa légitimité de guerrier

Serment de l'armée fait à l'empereur après la distribution des Aigles au Champs de Mars.
Serment de l'armée fait à l'empereur après la distribution des Aigles au Champs de Mars.
Jacques-Louis DAVID

L'aura napoléonienne

Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.
Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.
Marie-Nicolas PONCE-CAMUS

La religion napoléonienne


"Astre brillant, immense, il éclaire, il féconde, Et seul fait à son grès tous les destins du monde".
Antoine AUBERT

Le sacre de Napoléon

Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine
Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine
Jacques-Louis DAVID

La bataille d'Austerlitz

Bataille d'Austerlitz.
Bataille d'Austerlitz.
François GERARD

La bataille d'Eylau

Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, 9 Février 1807.
Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau, 9 Février 1807.
Antoine-Jean GROS

Galanterie de Napoléon

Clémence de Napoléon envers Madame de Hatzfeld.
Clémence de Napoléon envers Madame de Hatzfeld.
Marguerite GERARD

Napoléon au combat

Napoléon rend hommage au courage malheureux. Napoléon rend hommage au courage malheureux.
Jean-Baptiste DEBRET.
Napoléon blessé devant Ratisbonne. Napoléon blessé devant Ratisbonne.
Pierre GAUTHEROT.
commentaires 0 commentaire commentaires
Napoléon rend hommage au courage malheureux.

© Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudet / C. Jean

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Napoléon rend hommage au courage malheureux.

Auteur : Jean-Baptiste DEBRET (1768-1848)
Date de création : 1806
Date représentée : 6 novembre 1805
Dimensions : Hauteur 390 cm - Largeur 621 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 78EE212/MV 1546

Napoléon blessé devant Ratisbonne.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Napoléon blessé devant Ratisbonne.

Auteur : Pierre GAUTHEROT (1769-1825)
Date de création : 1810
Date représentée : 23 avril 1809
Dimensions : Hauteur 370 cm - Largeur 510 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 94DE18145/MV.1745

  Contexte historique

Formé à l’Ecole militaire de Brienne puis à l’Ecole militaire de Paris, Napoléon Bonaparte en sortit sous-lieutenant d’artillerie en 1785. Homme de guerre, il ne craignait pas de s’exposer, menant directement les actions dans toutes les guerres qu’il conduisit. Son courage était indubitable. Pourtant, il ne fut blessé qu’une fois, devant Ratisbonne, en 1809. S’il prenait directement part aux batailles, menant lui-même l’action, il savait aussi reconnaître la valeur, et bien qu’il eût parfois des paroles malheureuses – « Tant qu’il me restera vingt mille hommes… » –, il savait se montrer généreux envers les blessés. On le vit bien à Eylau en particulier. Homme d’honneur, il savait rendre justice au courage de ses adversaires.

Le dévouement des chirurgiens et des médecins fut immense durant toute la période de la Révolution et de l’Empire, souvent sans résultat. Napoléon saura cependant honorer ses chirurgiens, mais jamais il ne leur donna le soutien efficace qu’ils étaient en droit d’attendre de lui. En 1805, il ira même jusqu'à interdire tout transport vers l’arrière avant la fin de l’action. Les désespérés pouvaient encore servir…

L’Empereur lui-même avait à son service un médecin, Corvisart, et un chirurgien, Yvan. Ce fut celui-ci qui intervint lors de la blessure de Ratisbonne, et surtout en 1814, lorsqu’à la chute de son empire, Napoléon tenta de se suicider.

  Analyse des images

Napoléon rend hommage au courage malheureux de Jean-Baptiste Debret

Après la prise de la ville d’Ulm et la capitulation des troupes autrichiennes du général Mack le 19 octobre 1805, Napoléon fit défiler devant lui la garnison prisonnière. Devant les blessés, il souleva son chapeau et rendit hommage à leur courage. Ce fut à cette époque que l’Empereur prit les mesures nécessaires à la sauvegarde des blessés en instituant le service de santé, tout en limitant l’efficacité de l’action des chirurgiens volants.

Ce tableau de Debret, artiste qui partit en 1815 au Brésil pour ouvrir une école de dessin, est inspiré par un article du Journal de Paris du 15 brumaire an XIV. Il fut l’un des plus diffusés par la légende napoléonienne, en raison de l’hommage qu’elle rend aux soldats autrichiens, rapidement transformés d’ailleurs en militaires français par les graveurs. En effet, les demi-soldes, soldats démobilisés nostalgiques de l’Empire et mis au ban de la société par la Restauration, devaient évidemment se reconnaître dans ce sujet qui leur rendait leur dignité perdue. C’était ainsi Napoléon lui-même qui saluait ses compagnons d’armes.

Napoléon blessé devant Ratisbonne de Pierre Gautherot

Son dessein étant d’investir Vienne, Napoléon prit d’assaut la ville de Ratisbonne le 23 avril 1809 pendant que l’armée autrichienne de l’archiduc Charles poursuivait sa retraite. Durant l’action, l’Empereur reçut une balle perdue au talon. Yvan vint le panser sous les yeux d’Heurteloup, successeur de Percy comme chirurgien de la Grande Armée. L’Empereur n’avait pas quitté ses bottes depuis trois jours, ce qui amplifia sa souffrance, qui fut réelle, et que traduit parfaitement l’expression que lui a conférée Gautherot. Mais il remonta à cheval avant même que son pied fût entièrement soigné, poursuivant sa tâche guerrière. Le tableau vaut surtout par le dynamisme de l’attitude de Napoléon qui, descendu de cheval à demi, essentiellement pour se faire soigner, n’en demeure pas moins le chef de guerre insensible qui continue à poursuivre le but de victoire qu’il s’est fixé.
Le sujet permet à l’artiste de peindre un moderne Achille, blessé comme lui au tendon, mais qui à l’inverse du héros homérique ne meurt pas de sa blessure. C’est à un Napoléon invulnérable que nous avons affaire ici, et comme toujours avec ce type de peintures, en arrière-plan, c’est l’homme providentiel qui est peint. L’homme sacré protégé par Dieu.

  Interprétation

Ces deux tableaux permettent de poser une problématique originale dans l’ensemble de la production napoléonienne. Ce sont certes de nobles actions de l’Empereur qui sont peintes, mais ce sont aussi des événements qui montrent la proximité de Napoléon avec les soldats, tant ennemis que français. Car c’est à Napoléon homme d’honneur, homme de courage et combattant de la Patrie, que se sont attachés Gautherot et Debret. Certes ces œuvres sont un peu froides, trop directes sans doute avec leurs couleurs acidulées, mais elles révèlent un Napoléon attaché à de hautes valeurs morales, celles du combattant qu’il ne cessa jamais d’être.

L’expression douloureuse du tableau de Debret est à relever. C’est l’une des rares fois, avec la Bataille d’Eylau de Gros et la Reddition de Madrid de Vernet, où l’Empereur laisse transparaître un sentiment. Chez Gros, il s’agissait de compassion, chez Vernet de colère. Tout se passe dans la plupart des tableaux comme si un homme de son envergure ne pouvait condescendre à de simples considérations humaines.

Auteur : Jérémie BENOÎT


Bibliographie

  • Jacques BAINVILLE, Napoléon, Paris, Fayard, 1931, rééd. Balland, 1995.
  • Marcel BALDET, La Vie quotidienne dans les armées de Napoléon, Paris, Hachette, 1965.
  • Claire CONSTANS, Musée national du château de Versailles. Les Peintures, 2 vol., Paris, RMN, 1995.
  • Roger DUFRAISSE, Michel KERAUTRET, La France napoléonienne. Aspects extérieurs, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.
  • Alain PIGEARD, L’Armée de Napoléon, organisation et vie quotidienne, Paris, Taillandier, 2000.
  • Gunther E. ROTHENBERG, Atlas des guerres napoléoniennes : 1796-1815, Paris, Autrement, 2000.
  • Jean TULARD (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1987.
  • Jean TULARD(dir.), L’Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991.
  • Jean TULARD, Louis GARROS, Itinéraire de Napoléon au jour le jour. 1769-1821, Paris, Tallandier, 1992.
  • Collectif, De David à Delacroix, catalogue de l’exposition au Grand-Palais, Paris, RMN, 1974-1975.
  • Collectif, Dominique Vivant Denon. L’œil de Napoléon, catalogue de l’exposition au Louvre, Paris, 1999.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page