Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

la mer (8 études)

Le Bal du Moulin de la Galette.
Le Bal du Moulin de la Galette.
Pierre Auguste RENOIR

art moderne (10 études)

Les cribleuses de blé.
Les cribleuses de blé.
Gustave COURBET

Découvrez aussi

La vision de la mer au XIXe siècle

Jeunes filles au bord de la mer.
Jeunes filles au bord de la mer.
Pierre PUVIS DE CHAVANNES

Antibes vu par les peintres

Le Phare d'Antibes.
Le Phare d'Antibes.
Paul SIGNAC

Le cirque, spectacle populaire

Le Cirque.
Le Cirque.
Georges SEURAT

Anatole France, un écrivain militant

Anatole France, in Camera Work, avril-juillet 1913.
Anatole France, in Camera Work, avril-juillet 1913.
Edward STEICHEN

Le géant Sennep

Le géant Sennep.
Le géant Sennep.
Ralph SOUPAULT

Vision de la servitude paysanne

Aujourd'hui.
Aujourd'hui.
Théophile Alexandre STEINLEN

La troïka

La troïka.
La troïka.
Roger ROY

Almanach des postes et des télégraphes. 1898. La sculpture au Salon

Almanach des postes et des télégraphes. 1898. La sculpture au Salon.
Almanach des postes et des télégraphes. 1898. La sculpture au Salon.

Louis XVIII couronne la rosière de Mittau. 1799

Louis XVIII couronne la rosière de Mittau. 1799.
Louis XVIII couronne la rosière de Mittau. 1799.
Jean-Charles TARDIEU

Visions du bonheur

Inter Artes et Naturam. Inter Artes et Naturam.
Pierre PUVIS DE CHAVANNES.
Au temps d’harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir). Au temps d’harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir).
Paul SIGNAC.
commentaires 0 commentaire commentaires
Inter Artes et Naturam.

© Musée des Beaux-Arts de Rouen

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Inter Artes et Naturam.

Auteur : Pierre PUVIS DE CHAVANNES (1824-1898)
Date de création : 1888
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée des Beaux-Arts de Rouen (Rouen) ; site web
Contact copyright : Musée des Beaux-Arts de Rouen, Square Verdrel 76000 Rouen ; site web

Au temps d’harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir).

© Mairie de Montreuil

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Au temps d’harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir).

Auteur : Paul SIGNAC (1863-1935)
Date de création : 1893
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Mairie de Montreuil (Montreuil) ; site web
Contact copyright : HÔTEL DE VILLE - place Jean Jaurès - 93105 MONTREUIL Cedex.

  Contexte historique

Une France affaiblie

Période sombre pour la France, le dernier tiers du XIXe siècle se caractérise par une double fracture, économique et politique. D’une part, l’essor économique du Second Empire fait place à un fort ralentissement de la croissance, qui touche de nombreux secteurs. Cette stagnation s’accompagne d’une succession cyclique de crises, dont les principales manifestations – baisse des profits et montée du chômage – nourrissent les revendications ouvrières et assurent le succès des mouvements socialistes et syndicaux. D’autre part, la jeune République, ébranlée dès 1885 par les divisions des républicains et par l’instabilité croissante des ministères, doit en outre surmonter une série de crises, du boulangisme à l’affaire Dreyfus, qui favorisent l’ascension des opposants au régime. Ainsi, les désillusions produites par la IIIe République conduisent-elles certains artistes, mus par un idéal de régénération, à prendre leurs distances avec la modernité et à partir à la recherche d’un paradis mythique.

  Analyse des images

Le mythe d’un âge d’or

Parmi ces artistes, Pierre Puvis de Chavannes, décorateur officiel sous la IIIe République, aspirait à recréer l’ordre, l’harmonie et la beauté qui régnaient sous l’Antiquité. Sollicité en 1888 par le Comité des musées de Rouen pour décorer l’escalier d’honneur du nouveau musée des Beaux-Arts de la ville, le peintre a choisi de traiter le thème des rapports entre l’art et la nature, qui s’accordait avec l’esprit méditatif et contemplatif du lieu, dans une vaste composition au titre suggestif : Inter Artes et Naturam. Ce tableau des activités humaines idéales met en scène plusieurs personnages vaquant à des activités très diverses : un jeune homme porte des poteries au four, deux hommes dégagent des ruines anciennes devant un morceau de peinture antique figurant Pégase, symbole de l’inspiration poétique, une mère et son enfant cueillent une pomme, un autre groupe est occupé à dessiner… Des arbres réunis en arceaux naturels rythment la composition et séparent les groupes les uns des autres. La répétition du motif décoratif de l’arcade dans les fragments d’architecture antique semble indiquer que l’art ne serait qu’une imitation de la nature. Ainsi, cette œuvre allégorique et classicisante est-elle placée sous le signe de la nostalgie d’une Antiquité mythique disparue. Pourtant, la simplification hiératique des formes, l’homogénéisation et l’aspect mat de la gamme chromatique, la vue de la vallée de la Seine et de Rouen en arrière-plan, l’inscrivent dans un cadre contemporain qui suggère la possibilité d’une rencontre entre l’Antiquité et la modernité. Dans le même esprit, Paul Signac, dont la dette est grande à l’égard de Puvis de Chavannes, a peint quelques années plus tard une toile de grandes dimensions intitulée Au temps d’harmonie, dont l’iconographie exprime une croyance en un avenir meilleur : dans cette image radieuse d’un phalanstère bucolique, situé dans un cadre méditerranéen idyllique, divers personnages s’adonnent à des activités intellectuelles ou ludiques telles que la lecture, la peinture, le jeu de boules ou la farandole. Comme la précédente, cette œuvre comporte une dimension universelle et intemporelle ; en revanche, elle est chargée d’intentions politiques et sociales avouées, ainsi que le suggèrent plusieurs éléments : le titre primitivement retenu par Signac, Au temps d’anarchie, les vêtements à la mode des personnages et la présence d’un coq au premier plan, symbole républicain et patriotique, mais aussi révolutionnaire. Ainsi, la volonté d’édifier une société plus harmonieuse, où chacun puisse développer ses capacités personnelles et vivre en parfaite symbiose avec la nature, s’inscrit-elle en filigrane dans cette célébration de la douceur de vivre méditerranéenne.

  Interprétation

Politique et utopie

Achevé en 1895, le tableau de Signac a été immédiatement perçu comme un manifeste anarchiste, car il s’inscrivait dans un contexte historique bien précis, marqué par les débuts de l’affaire Dreyfus, la vague d’attentats anarchistes en France entre 1892 et 1894 et l’assassinat du président Sadi Carnot à Lyon, en juin 1894, par un anarchiste italien. Attiré par les projets de la gauche révolutionnaire et par les théories de Kropotkine, disciple de Bakounine qui prônait l’abolition de toutes les formes de gouvernement et défendait un communisme libertaire, Signac assignait à son art une vocation sociale et utilitaire. D’une manière plus générale, sa toile, comme celle de Puvis, est marquée par l’esprit et la sensibilité de l’époque : le XIXe siècle, siècle du progrès technique, mais aussi de l’ébranlement de la doctrine positiviste comme des luttes sociales, a en effet été traversé par divers courants messianiques et utopistes, dérivés du saint-simonisme ou parallèles à lui, dont le point commun était l’aspiration à construire un avenir radieux. Loin de disparaître à la fin du siècle, ces rêves de bonheur et de régénération ont trouvé dans l’art de nouveaux prolongements sous l’influence de Puvis de Chavannes. Citons en particulier trois œuvres aux titres évocateurs : L’Age d’or de Maurice Denis, Luxe, calme et volupté et La Joie de vivre d’Henri Matisse, qui participent également de cette quête spirituelle.

Auteur : Charlotte DENOËL


Bibliographie

  • Maurice AGULHON, La République de 1880 à nos jours, Paris, Hachette, rééd. coll. « Pluriel », 1997.
  • Françoise CACHIN, Signac, catalogue raisonné de l’œuvre peint, Paris: Gallimard, 2000.
  • Madeleine AMBRIERE, Dictionnaire du XIXe siècle européen, Paris, PUF, 1997.
  • Bertrand de JOUVENEL, Arcadie, essais sur le mieux vivre, Paris, rééd. Gallimard coll. « TEL », 2002.
  • Jean-Christian PETITFILS, Les Socialismes utopiques, Paris, PUF, 1977.
  • Puvis de Chavannes 1824-1898, catalogue de l’exposition, Paris, Grand Palais, 26 novembre 1976-14 février 1977, Paris, Editions des Musées Nationaux, 1976.
  • Signac 1863-1935, catalogue de l’exposition, Paris, Grand Palais, 27 février-28 mai 2001, Paris, RMN, 2001.
  • Utopie. La quête de la société idéale en Occident, catalogue de l’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 4 avril-9 juillet 2000, Paris, BNF-Fayard, 2000.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page