Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Le développement des médias au début du XXe siècle (5 études)

Le Tisserand.
Le Tisserand.
Paul SERUSIER

Portraits de famille (14 études)

Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, reine de France et ses enfants.
Marie-Antoinette de Lorraine-Habsbourg, reine de France et ses enfants.
Elisabeth Louise VIGEE-LE BRUN

Découvrez aussi

L'Empereur et l'Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel

L’Empereur et l’Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel à Roubaix, le 29 août 1867.
L’Empereur et l’Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel à Roubaix, le 29 août 1867.
Claudius JACQUAND

La guerre civile espagnole

Guernica bombardée.
Guernica bombardée.

14 avril 1931 : La première démonstration publique de télévision en France

Première démonstration publique en France de la télévision par l’ingénieur René Barthélemy à l’Ecole supérieure d’électricité
Première démonstration publique en France de la télévision par l’ingénieur René Barthélemy à l’Ecole supérieure d’électricité

Louis XVI et sa famille

Miniature sur ivoire représentant Louis XVI et sa famille
Miniature sur ivoire représentant Louis XVI et sa famille

La grève des viticulteurs

Crise viticole. Manifestants de l'Aube (vignerons de la Champagne), en 1911.
Crise viticole. Manifestants de l'Aube (vignerons de la Champagne), en 1911.

L'enfance de la radio

La première station d'émission de TSF en France à partir de la tour Eiffel
La première station d'émission de TSF en France à partir de la tour Eiffel

La radio conquiert l'oreille des Français

Diffusion de programme dans un jardin public, à Londres Diffusion de programme dans un jardin public, à Londres
ANONYME.
Une famille à l'écoute du concert Une famille à l'écoute du concert
ANONYME.
Une famille devant un poste de radio Une famille devant un poste de radio
ANONYME.
Une Famille écoutant la radio en 1938 Une Famille écoutant la radio en 1938
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Diffusion de programme dans un jardin public, à Londres

© L'illustration - droits réservés

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Diffusion de programme dans un jardin public, à Londres

Auteur : ANONYME
Date de création : 1925
Date représentée : 1925
Lieu de Conservation : L'illustration (Paris)

Une famille à l'écoute du concert

© L'illustration - droits réservés

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Une famille à l'écoute du concert

Auteur : ANONYME
Lieu de Conservation : L'illustration (Paris)

Une famille devant un poste de radio

© Keystone / Eyedea -
"reproduction et exploitation interdites sans accord préalablement écrit de l'agence"

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Une famille devant un poste de radio

Auteur : ANONYME
Lieu de Conservation : Eyedea - Keystone (Paris) ; site web
Contact copyright : Keystone. 21 rue du Renard.75004 Paris. Tél: 01-44-78-84-00 ; site web

Une Famille écoutant la radio en 1938

© Keystone / Eyedea -
"reproduction et exploitation interdites sans accord préalablement écrit de l'agence"

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Une Famille écoutant la radio en 1938

Auteur : ANONYME
Date de création : 1938
Lieu de Conservation : Eyedea - Keystone (Paris) ; site web
Contact copyright : Keystone. 21 rue du Renard.75004 Paris. Tél: 01-44-78-84-00 ; site web

  Contexte historique

Bienvenue sur les ondes !
Dès le début des années 1920, quand les premiers programmes de radio réguliers sont lancés, des associations d’auditeurs et des radio-clubs sont créés. Animés par des bénévoles, ils jouent un rôle important dans le développement de la radiodiffusion, étant même parfois à l’origine de stations privées comme à Fécamp (1926) et Mont-de-Marsan (1925). Mais cet engouement ne touche pas le plus grand nombre, pour plusieurs raisons. En premier lieu, à l’époque, la population ignore assez largement l’existence de la radio. D’autre part, les émetteurs sont encore peu nombreux, peu puissants, et les postes courants (« à galènes ») peu sensibles ne permettent ni une bonne réception ni le gonflement subséquent de l’audience. Il faut le relais des clubs, des salles d’audition radiophoniques comme à Montpellier, de tournées promotionnelles (le public citadin est alors convié à écouter la radio dans des lieux publics) pour que la radio étoffe son public. Enfin, la radio n’est pas encore un produit manufacturé à prix abordable. Le plus souvent, les premiers amateurs sans-filistes sont d’habiles bricoleurs qui construisent leur poste à partir d’un kit, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Toutefois, entre 1921 et la fin des années 1930, l’audience va exploser et le parc de postes passe de 40 000 unités en 1922 à 5 millions en 1939 ![1]

  Analyse des images

Un nouveau rituel de la vie quotidienne
La découverte de la radio passe d’abord par le biais de l’écoute collective. La scène londonienne de 1925 en illustre un des aspects : les haut-parleurs Marconi installés dans la rue servent à retransmettre des reportages de la BBC. «  Témoin de la contagion radiophonique qui gagne toute l’Europe[2] », ce type de dispositif existe aussi en France. A Paris, en 1922, le quotidien Le Matin installe des haut-parleurs devant son siège. Après ces espaces quotidiens et publics de sociabilité radiophonique, la radio conquiert la sphère privée. Elle charme vite les familles aisées. En témoigne la scène bourgeoise des années 1920 où deux générations se réunissent pour un rendez-vous avec les ondes. Ce rendez-vous est un rituel à heure fixe, limité (à l’origine les stations n’émettent que quelques heures par jour, souvent en soirée), qui conquiert une part du temps libre et introduit de nouvelles habitudes quotidiennes. Ainsi, durant l’entre-deux-guerres, « les émissions de radio se forgent progressivement un espace propre dans l’emploi du temps de leurs adeptes[3] », de façon d’autant plus prégnante que les stations élargissent leurs grilles et multiplient les genres, créant notamment des émissions de jeunesse qui captivent l’attention des enfants et constituent un motif supplémentaire d’écoute, ce dont peuvent témoigner les deux photographies de famille des années 1930.

  Interprétation

Du sans-filiste à l’auditeur : une radio démocratisée et intimisée
Quelques milliers de sans-filistes privilégiés en 1921 et 19 millions d’auditeurs en 1939 ! Histoire d’une démocratisation dont ces documents témoignent utilement. Au début des années 1920, sauf s’ils sont d’ingénieux radioélectriciens amateurs, ceux qui s’entichent de la radio au point d’acquérir un poste sont de catégorie sociale aisée, généralement citadins. Pour les autres, la découverte de la radio se fait souvent sur la voie publique, au café, dans les salles de spectacle. Une quinzaine d’années ans plus tard, l’apparition de postes de meilleure qualité, l’amélioration de la couverture du territoire par les ondes et l’électricité, enfin l’attractivité croissante de programmes diffusés par de nombreuses stations (elles sont quatre en 1923 et une trentaine en 1939) ont favorisé l’acculturation du plus grand nombre. La radio est devenue un objet de divertissement et un outil d’information populaire. Elle reste néanmoins un produit de luxe. Le prix d’un poste à lampe représente un tiers du salaire moyen. A ce titre, sa possession constitue un signe de l’accès à la société moderne de consommation et de loisir. C’est pourquoi, par cérémonial et commodité, on le place au cœur du foyer. Autour de lui gravite une partie de la vie familiale. On discerne bien cette dimension dans la très solennelle mise en scène d’un couple et de ses enfants posant avec « la » radio comme personnage central. Quoiqu’elle y soit moins figée, cette dimension transparaît aussi de la seconde photographie des années 1930. Ainsi, les deux derniers documents, mettant en scène des familles aux revenus moyens par opposition aux deux premiers, rappellent que la radio s’est démocratisée à la fin de l’entre-deux-guerres (elle est en effet présente dans presque six foyers sur dix en 1939) et que son écoute s’est intimisée.

Auteur : Philippe TETART


Notes

BROCHAND, 1994, p. 512-513 / MEADEL, 1994, p. 199.

SABBAGH, 1995, p. 36.

MEADEL, 1994, p. 225.


Bibliographie

  • BROCHAND Christian, I>Histoire générale de la radio et de la télévision en France, tome I « 1921-1944 », Paris, La Documentation Française-Comité d’Histoire de la Radiodiffusion, 1994.
  • CHAUVEAU Agnès et TETART Philippe, Introduction à l’histoire des médias, Paris, Armand Colin, 1999.
  • DESCAVES Pierre, Quand la radio s’appelait Tour Eiffel, Paris, La Table Ronde, coll. « Quelques pas en arrière », 1963.
  • DUVAL René, Histoire de la radio en France, Paris, Alain Moreau, 1979.
  • JEANNENEY Jean-Noël (dir.), L’Echo du siècle. Dictionnaire de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette-Arte-La Cinquième, 1999, deuxième édition mise à jour, coll. « Pluriel », 2001.
  • MEADEL Cécile, Histoire de la radio des années trente, Paris, Anthropos-INA, 1994.
  • SABBAGH Antoine, Rendez-vous sur les ondes, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1995.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page