Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Métiers et conditions de travail (22 études)

Le lever de l'ouvrière.
Le lever de l'ouvrière.
Tony ROBERT-FLEURY

Images de paysans (17 études)

Cour de ferme.
Cour de ferme.
Nicolas-Bernard LEPICIE

Découvrez aussi

L'évolution de l'image du paysan

L'Angélus.
L'Angélus.
Jean-François MILLET

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Bénédiction des blés en Artois.
Bénédiction des blés en Artois.
Jules BRETON

L'ouvrier artisan

Raboteurs de parquet.
Raboteurs de parquet.
Gustave CAILLEBOTTE

Le travail à domicile

Le Tisserand.
Le Tisserand.
Paul SERUSIER

La mobilisation des femmes

The French Woman in War Time.
The French Woman in War Time.
Georges Émile CAPON

La majorité du Prince impérial

La majorité du Prince impérial.
La majorité du Prince impérial.
Eugène APPERT

L'influence de l'impressionnisme dans la peinture américaine

Le retour du troupeau.
Le retour du troupeau.
Charles Sprague PEARCE

La dénatalité en France

Fécondité par Emile Zola.
Fécondité par Emile Zola.
Raymond TOURNON

Le monde rural

La Terre par Émile Zola.
La Terre par Émile Zola.
Jules CHERET

Portrait du père Gérard

Portrait du père Gérard, bas Breton, député à l'Assemblée nationale en 1789.
Portrait du père Gérard, bas Breton, député à l'Assemblée nationale en 1789.

Le travail aux champs

Labourage nivernais ; le sombrage. Labourage nivernais ; le sombrage.
Rosa BONHEUR.
Des glaneuses. Des glaneuses.
Jean-François MILLET.
Le rappel des glaneuses. Le rappel des glaneuses.
Jules BRETON.
commentaires 0 commentaire commentaires
Labourage nivernais ; le sombrage.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Labourage nivernais ; le sombrage.

Auteur : Rosa BONHEUR (1822-1899)
Date de création : 1849
Date représentée : 1849
Dimensions : Hauteur 134 cm - Largeur 260 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 87EE304 / RF 64

Des glaneuses.

© Photo RMN-Grand Palais - J. Schormans

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Des glaneuses.

Auteur : Jean-François MILLET (1814-1875)
Date de création : 1857
Dimensions : Hauteur 83 cm - Largeur 111 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 82EE754-1/RF 592

Le rappel des glaneuses.

© Photo RMN-Grand Palais - J. Schormans

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Le rappel des glaneuses.

Auteur : Jules BRETON (1827-1906)
Date de création : 1859
Dimensions : Hauteur 90 cm - Largeur 176 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 86EE52/MI 289

  Contexte historique

La représentation du labeur paysan par le biais de figures grandeur nature, autrefois réservées à la peinture d’histoire, est une des nouveautés du XIXe siècle. Les peintres donnent du monde rural une image plus réaliste, qui tranche avec celle de la paysannerie pittoresque d’un Watteau ou d’un Boucher. Mais, dans la France rurale du XIXe siècle, la représentation du paysan est tout autant un enjeu qu’un message. Les campagnes françaises vivent encore dans un certain archaïsme. Les paysans s’opposent à l’introduction de plantes nouvelles ; les surplus monétaires sont destinés à l’achat de parcelles et non à la modernisation de l’équipement. Pour cette raison, tout au long du siècle, la mécanisation demeure faible. Quelques progrès, néanmoins, sont réalisés à partir des années 1840. Le Second Empire, assurant à la fois la croissance de la production et celle des prix, constitue pour la paysannerie un véritable âge d’or. L’accroissement concerne d’abord les céréales panifiables, sur lesquelles repose l’alimentation humaine ; et ce n’est pas un hasard si les scènes peintes par Millet, Breton, Bastien-Lepage et Van Gogh entretiennent souvent un lien avec la culture céréalière.

  Analyse des images

Ces tableaux permettent de distinguer quelques étapes dans la culture de la terre :
– le labourage, que représente Rosa Bonheur ;
– le glanage, “ droit commun ” qui autorise les femmes, les enfants, les pauvres d’une communauté à ramasser après la moisson les épis oubliés.
Le travail tel que les peintres le représentent est rude et fatigant. Les glaneuses de Millet sont courbées, dans une position douloureuse où la tête est plus basse que les hanches. La dureté du labeur agricole n’est donc en rien épargné aux femmes, même si les semailles et la moisson sont plutôt réservées aux hommes. Les tableaux traduisent l’effort du corps, ployé, usé, meurtri. Le paysan est représenté immergé dans la nature nourricière, non encore dépendant des machines. Mais le travail agricole est dépeint de deux manières antagonistes, critique sociale chez Millet, glorification chez Breton. Chez le premier, les glaneuses, éléments menaçants d’un prolétariat des champs, “ épouvantails en haillons ”, personnifient la misère rurale par leur forme massive et leur attitude, d’autant plus qu’à l’arrière-plan, les meules du maître offrent en spectacle une abondance dont elles sont exclues. Même si les glaneuses de Breton sont pieds nus et pauvrement vêtues, elles apparaissent sinon dignes, avec une beauté de caryatides classiques, du moins socialement inoffensives, actrices d’une vie rurale apaisée, avec ses travaux, ses enfants et son garde champêtre.

  Interprétation

Si les premiers tableaux de Millet firent scandale, celui de Jules Breton remporta un franc succès, puisqu’il fut acheté 8 000 francs pour la collection impériale et que son auteur reçut la Légion d’honneur en 1861. Le premier entend montrer sans fard la dureté du travail agricole et la misère rurale, tandis que le deuxième offre une vision idéalisée des rapports sociaux dans les campagnes ; et même si Breton professait qu’il fallait donner aux humbles “ la place autrefois réservée aux dieux et aux puissants ”, il n’en conforte pas moins le mythe bourgeois d’une vie rurale idyllique où, comme dans Le Peuple de Michelet, le paysan est investi d’une grandeur qui l’ennoblit. Quoi qu’il en soit, les tableaux présentent tous l’image d’une France traditionnelle, où l’essentiel du travail est manuel, comme si pour les chantres de la vie champêtre l’arriération économique était une forme de préservation. En ce sens, la campagne des peintres est archaïque, immuable, à une époque où les techniques nouvelles et les contrecoups du marché national et des évolutions de la ville transforment inéluctablement la vie des ruraux.

Auteur : Ivan JABLONKA


Bibliographie

  • Caroline et Richard BRETTEL, Les Peintres et le Paysan au XIXe siècle, Genève, Skira, 1983.
  • Jean-Claude CHAMBOREDON, " Peinture des rapports sociaux et invention de l’éternel paysan : les deux manières de Jean-François Millet ", Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17-18, novembre 1977.
  • Georges DUBY et Armand WALLON (dir.), Histoire de la France rurale, Apogée et crise de la civilisation paysanne de 1789 à 1914, tome 3, " Apogée et crise de la civilisation paysanne, 1789-1914 ", Seuil, 1976.
  • Annie MOULIN, Les Paysans dans la société française de la Révolution à nos jours, Seuil, coll. Points, 1988.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page