Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La France nouvelle (13 études)

Clôture de la Salle des Jacobins.
Clôture de la Salle des Jacobins.

Ecrits XVIIIème (29 études)

La disette du pain...
La disette du pain...
Charles-Alexandre LESUEUR

Découvrez aussi

Bonaparte en révolutionnaire

Le souper de Beaucaire.
Le souper de Beaucaire.
Jean Jules Antoine LECOMTE DU NOUY

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Fleurs, fruits et légumes du jour - La poire - M. Thiers.
Fleurs, fruits et légumes du jour - La poire - M. Thiers.
Alfred LE PETIT

Thermidor et l'imaginaire de la Terreur

Les formes acerbes.
Les formes acerbes.
Charles Pierre Jospeh NORMAND

Le club des Jacobins de Paris

Clôture de la Salle des Jacobins.
Clôture de la Salle des Jacobins.

Critique d'art et engagement

Portrait de Félix Fénéon.
Portrait de Félix Fénéon.
Maximilien LUCE

A la lanterne !

Discours de la Lanterne aux Parisiens.
Discours de la Lanterne aux Parisiens.

Les clubs jacobins en Province

Journal des Amis de la Constitution. Journal des Amis de la Constitution.
Choderlos de Laclos. Choderlos de Laclos.
Séance de société populaire. Séance de société populaire.
Trois cartes de membres de club jacobins. Trois cartes de membres de club jacobins.
commentaires 0 commentaire commentaires
Journal des Amis de la Constitution.

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Journal des Amis de la Constitution.

Date de création : 1790
Date représentée : 1790
Lieu de Conservation : Centre historique des Archives nationales (Paris) ; site web
Contact copyright : CARAN - service de reprographie, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75141 Paris cedex 03 ; site web
Référence de l'image : ADXX/A273 Jal des Amis de la Const.N°1 p.1,2,49,50

Choderlos de Laclos.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Choderlos de Laclos.

Technique et autres indications : Dessin de Louis Carrogis dit Carmontelle ; Morel Sculp.
Lieu de Conservation : Bibliothèque nationale de France (Paris) ; site web

Séance de société populaire.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Séance de société populaire.

Technique et autres indications : dessiné par M. Louis René Boquet.
Lieu de Conservation : Bibliothèque nationale de France (Paris) ; site web

Trois cartes de membres de club jacobins.

© Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Trois cartes de membres de club jacobins.

Lieu de Conservation : Centre historique des Archives nationales (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 01-019413/AE/V/368;AE/V/369;AE/V/372

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

L’évolution des clubs jacobins

Dans de nombreuses villes de France naissent spontanément des clubs en 1789, créations locales de citoyens désireux de prendre part à la Révolution. Dès qu’ils apprennent l’ouverture de la Société des amis de la Constitution, qui siège dans un ancien couvent de jacobins, ils cherchent à tisser des liens d’« association » et de « correspondance » avec le grand club de Paris, rapidement célèbre. S’ils s’y réfèrent comme à la société mère, c’est alors de façon plutôt abstraite, car ils ont leur fonctionnement propre, adapté à leur contexte local. Mais ils se font affilier selon le règlement strict donné par le club parisien et copient son organisation. Ainsi s’établit une forte ressemblance de fait : le déroulement des séances, une fois adopté, n’est plus guère modifié. L’apparition du réseau des clubs est une nouveauté de la Révolution, mais ses origines se trouvent, sous l’Ancien Régime, dans l’organisation de la franc-maçonnerie et dans certains cercles de lecture ou de littérature.

Le nombre de clubs affiliés s’accroît très rapidement, passant de 90 en 1790 à 434 en juillet 1791 ; il existe aussi 500 sociétés non affiliées aux jacobins mais correspondantes ou affiliées à d’autres clubs officiels. Les membres sont des citoyens actifs qui payent une cotisation. Leur principale activité est alors la lecture des journaux en groupe. Les jacobins développent leur action à la fois dans l’opinion, grâce aux journaux qu’ils contrôlent et qui accueillent leurs proclamations, et dans les organismes délibératifs. La sécession de membres qui créent le Club des feuillants provoque une réaction démocratique des jacobins qui, en octobre 1791, rendent leurs séances publiques et poussent à l’ouverture de sociétés populaires dans toute la France.

Après le renversement de la royauté, le 10 août 1792, s’effondre le projet d’une monarchie constitutionnelle, et les clubs jacobins changent leur nom en « Société des amis de la Liberté et de l’Égalité ». Bientôt, ils demeurent quasiment les seuls clubs en fonctionnement.

En 1793, des clubs existent dans 1 500 villes ; plusieurs centaines sont cependant inactifs. La lutte des girondins et des montagnards constitue l’événement charnière. Avant l’élimination des girondins, les clubs étaient autonomes, avaient des idées et des initiatives. Après, ils deviennent les exécutants du pouvoir parisien. Dans le contexte local, l’élimination des girondins entraîne la Terreur. Sous la Terreur, le recrutement des membres des comités de surveillance révolutionnaire se fera aisément parmi les éléments extrêmes des clubs.

Au temps de la dictature jacobine, 5 332 communes françaises parmi les plus importantes possèdent une société populaire. Elles assurent à la Convention les moyens d’exercice du pouvoir pendant les quatorze mois de la Terreur.

  Analyse des images

Journal des amis de la Constitution

Le Journal des amis de la Constitution est conçu par Pierre Ambroise Choderlos de Laclos (1741-1803), auteur des Liaisons dangereuses, qui est alors l’homme de confiance de Philippe d’Orléans (le futur Philippe-Égalité). Dans son premier numéro, le Journal publie ses intentions : répondre aux besoins qu’ont les sociétés affiliées aux jacobins de Paris de correspondre entre elles ; il donne aussi la première liste de sociétés affiliées.

Le volume des lettres échangées est considérable et entraîne des frais de poste qui pèsent lourdement sur leur trésorerie. Leur publication par le Journal permet de limiter cette dépense et connaît à sa parution un immense succès. Mais il échoue finalement en tant qu’organe de correspondance, car les clubs des départements ne veulent pas renoncer aux échanges de club à club ; il cesse de paraître en septembre 1791. La lecture de nombreux autres journaux se poursuit.

Séance de société populaire

Quarante-trois personnes, toutes des hommes, sont réunies dans une belle salle ; sur les murs apparaissent la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, un bonnet phrygien, des drapeaux et plusieurs lois ou textes. Un orateur, à la tribune, à droite, fait face à un président, à gauche, assis dans un fauteuil et coiffé du bonnet rouge. Au-dessous de lui, un secrétaire à un bureau prend note des déclarations. Un personnage moustachu, debout au centre, en sabots, semble s’adresser à l’ensemble des auditeurs, ou répondre aux questions du président et de l’orateur. Autour sont rassemblés des citoyens assis sur des bancs ou des gradins. D’après leurs vêtements, ils semblent de condition surtout populaire.

Le dessin de Louis René Bocquet, ancien inspecteur des Menus-Plaisirs du roi et dessinateur de l’Académie royale de musique, a reçu son titre ultérieurement à sa réalisation. Or, ces assistants sont trop nombreux pour composer un comité de surveillance révolutionnaire – généralement constitué d’une douzaine de sans-culottes. L’organisation évoque une réunion de société populaire, peut-être une de ces séances d’épuration que tous les clubs ont connues au cours de la Terreur. Chaque membre mis en cause publiquement était soumis à des questions telles que « Comment as-tu réagi à la mort du tyran ? », « À quel journal es-tu abonné depuis le début de la Révolution ? », « As-tu augmenté tes biens ? », « As-tu discrédité les assignats par tes propos ou tes actions ? ».

Le personnage central et plusieurs membres portent des insignes, différents des cocardes mises aux coiffures ; c’est sur le vêtement qu’étaient portées les cartes de membre de club.
Deux gardes nationaux veillent sur la séance, l’un semble exclure un paralytique en guenilles, qui porte pourtant une carte de membre…

Cartes de membres de clubs jacobins

Les termes « amis de la Liberté et de l’Égalité » désignent après le 10 août 1792 les clubs affiliés aux jacobins de Paris. Les membres doivent pendant les séances porter sur eux leur carte, semblable à celles-ci, pour être distingués du public. Pour faire preuve de zèle révolutionnaire, chacun va se faire inscrire sur les registres du club et essaie de protéger sa vie et ses biens en allant aux Jacobins se couvrir du bonnet rouge.

  Interprétation

La pratique jacobine

La dictature jacobine peut ici être observée dans sa pratique quotidienne : le lieu de réunion, souvent un bien d’Église confisqué, la tribune des orateurs, en face du fauteuil du président et du bureau des secrétaires, la disposition en gradins. Au moment de son hégémonie, le recrutement est surtout populaire. L’égalitarisme parmi les membres exclut cependant les indigents, les ouvriers trop pauvres et les femmes ; celles-ci sont toutefois présentes parmi les citoyens admis à assister.

Les séances observent un rituel assez strict de compte-rendu, lecture de discours, scrutin épuratoire, rédaction de multiples adresses envoyées à la Convention ou au Comité de salut public, pour influer sur les votes de l’Assemblée dans le sens souhaité par les jacobins de Paris. Tout cela alterne avec des vivats et des chants. Les altercations sont fréquentes. On vote par acclamation ou à la majorité, à main levée, rarement au scrutin secret, même dans le cas des épurations.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS


Bibliographie

  • Michael KENNEDY, The Jacobin Clubs in the French Revolution. The First Years, Princeton, Princeton University Press, 1982.
  • Michael KENNEDY, The Jacobin Clubs in the French Revolution. The Middle Years, Princeton, Princeton University Press, 1988.
  • Michael KENNEDY, The Jacobin Clubs in the French Revolution (1793-1795), 2 vol., 1982-1988, rééd. New York-Oxford, Bergahn Bouks, 2000.
  • Gérard MAINTENANT, Les Jacobins, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1984.
  • Gérard WALTER, Histoire des Jacobins, Paris, Aimery Somogy, 1946.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page