Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion et culture (33 études)

Les Petits Patriotes.
Les Petits Patriotes.
Philippe-Auguste JEANRON

Redécouvrons... les traditions catholiques (4 études)

Crématorium du Père-Lachaise, élévation principale.
Crématorium du Père-Lachaise, élévation principale.
Jean Camille FORMIGE

Découvrez aussi

Le travail aux champs

Le rappel des glaneuses.
Le rappel des glaneuses.
Jules BRETON

La guerre de Vendée vue par la IIIe République

Scène de la guerre des chouans.
Scène de la guerre des chouans.
Auguste Emile BELLET

Etre catholique à la fin du XIXe siècle

La Toussaint.
La Toussaint.
Emile FRIANT

Le serment du Jeu de paume, 20 juin 1789

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Jacques-Louis DAVID

Le renouveau religieux du milieu du XIXe siècle

La Fête-Dieu.
La Fête-Dieu.
Alexandre ANTIGNA

La paysannerie et le progrès social

Les paysans de Flagey revenant de la foire.
Les paysans de Flagey revenant de la foire.
Gustave COURBET

Le culte de la Vierge Marie

L'Assomption de la Vierge.
L'Assomption de la Vierge.
Pierre-Paul PRUD'HON

Le vêtement en Bretagne

Marché aux chiffons dans le Finistère.
Marché aux chiffons dans le Finistère.
Jean-Baptiste Jules TRAYER

Un palais social pour les ouvriers

Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.
Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Bénédiction des blés en Artois. Bénédiction des blés en Artois.
Jules BRETON.
La procession. La procession.
Lucien SIMON.
commentaires 0 commentaire commentaires
Bénédiction des blés en Artois.

© Musée des Beaux-Arts d'Arras - Photo Claude Thériez

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Bénédiction des blés en Artois.

Auteur : Jules BRETON (1827-1906)
Date de création : 1857
Dimensions : Hauteur 130 cm - Largeur 320 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée des Beaux-Arts d'Arras (Arras) ; site web
Contact copyright : Musée des Beaux-Arts, Abbaye de Vaast, 22, rue Paul-Doumer, 62000 Arras. Tél: 03-21-71-26-43. musee-arras@ville-arras.fr

La procession.

© ADAGP, © Photo RMN-Grand Palais - J.Schormans

Agrandissement
«

Titre : La procession.

Auteur : Lucien SIMON (1861-1945)
Date de création : 1900
Dimensions : Hauteur 134 cm - Largeur 173 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : ADAGP, 11, rue Berryer. 75008 Paris. Tél: 33+01-43-59-09-78. Adagp@adagp.fr. /
Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 88EE631/RF 1240

Animation

  Contexte historique

Alors que le XIXe siècle est souvent décrit comme un siècle de déchristianisation, due au déracinement que provoquent exode rural et urbanisation, à l’absence de repos dominical et au conservatisme des ecclésiastiques, on doit constater non seulement le maintien du fait religieux, mais la vivacité de certaines pratiques populaires.

Dans les campagnes, la catholicisme et le culte des saints sont souvent associés aux rites agraires. Ainsi, la bénédiction des semailles et les prières pour la pluie ou pour les récoltes visent à capter la bienveillance de Dieu (ou des forces surnaturelles) pour assurer la fécondité du sol. Les processions, interrompues pendant la Révolution et redécouvertes au XIXe siècle, servent plus généralement à sacraliser un espace en dehors de l’église : ainsi les processions des rogations, de la Vierge, de la Fête-Dieu, des saints locaux, etc. Toutes ces pratiques d’un catholicisme populaire ressortissent à ce que l’historien Philippe Boutry appelle la " culture magique des campagnes ".

  Analyse des images

À près de cinquante ans d’intervalle, la Bénédiction des blés en Artois de Jules Breton et la Procession à Penmarckde Lucien Simon offrent un exemple de ces cérémonies spectaculaires— expressions spatiales de la religion — qui impliquent à la fois le peuple et le clergé.

Le tableau de Breton met en scène des clercs et des jeunes laïcs parcourant les champs sous les yeux de villageois agenouillés. Les premières communiantes, en aubes blanches, précèdent les membres du clergé, vêtus de noir. La pompe de la procession est manifeste : on distingue les effigies d’un saint (ou de la Vierge), les ostensoirs, les cierges et un dais rouge. La perspective latérale du tableau permet à Breton de souligner la longueur de la procession qui sillonne cette riche plaine agricole. Dans le pays d’Artois, le rayonnement d’une paroisse est souvent lié à la présence d’un sanctuaire avec des reliques. Ainsi, " au "pays des pèlerinages", les pasteurs des années 1860 s’adonnent à une véritable quête des vestiges sacrés pour leurs églises " (Y.-M. Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse d’Arras, 1840-1914, thèse, Paris IV, 2 vol., 1976, p. 924).

Avec un naturalisme plus accentué, qui ne craint pas de montrer les visages avec leurs défauts et leurs rougeurs, Simon Lucien représente le flot humain d’une procession bretonne, qu’ouvrent le prêtre en blanc et la Sainte Croix. L’espace de la toile est entièrement occupé par les fidèles, comme si étaient présents ici tous les catholiques de Bretagne, cette " zone fort pratiquante, sinon unanimement fervente ".

  Interprétation

L’ampleur des processions dans le Nord et en Bretagne, deux régions très catholiques (et réfractaires à la Constitution civile du clergé pendant la Révolution), ne saurait surprendre. Mais, à travers toute la France, on note au XIXe siècle un fort attachement des populations aux pratiques du catholicisme populaire. Celui-ci s’efforce de répondre aux soucis quotidiens des paysans ; " le clergé, proche de l’âme paysanne, fait une large part dans ses prières à cette quête de la fertilité qui hante l’esprit des hommes de la terre " (Y.-M. Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse d’Arras, 1840-1914, thèse, Paris IV, 2 vol., 1976, p. 116). Pour cette raison, au milieu du siècle, les populations refusent la suppression officielle des fêtes secondaires.

En même temps, les processions, fondées sur l’idée préchrétienne qu’il faut se concilier les puissances surnaturelles, peuvent apparaître comme une forme de superstition. Les manifestations de ce " christianisme cosmique " gênent parfois la hiérarchie : dans la seconde moitié du siècle, elles paraissent " bien peu chrétiennes " à l’évêque d’Arras.

Par ailleurs, depuis le Concordat de 1801, elles sont rangées dans la catégorie des " manifestations extérieures du culte sur la voie publique ", si bien qu’elles sont du ressort de la police municipale. Elles se déroulent normalement, mais on note l’interdiction de certaines processions en Bretagne, comme à Nantes dans les années 1890. Pourtant, le succès de ces coutumes agraro-religieuses vient nuancer l’idée d’une déchristianisation générale en France.

Auteur : Ivan JABLONKA


Bibliographie

  • Association Buhez, les Bretons et Dieu, Éd. Ouest France, 1985.
    Gérard CHOLVY, Yves-Marie HILAIRE, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, 1880-1930, Privat, 1985.
  • Yves-Marie HILAIRE, Une chrétienté au XIXè siècle. La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), 2 vol., Lille, PUL, 1977.
  • Michel LAGRÉE, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle., le diocèse de Rennes, 1815-1848, Paris, Klincksieck, 1977.
  • Jacques LE GOFF, René REMOND (dir.), Histoire de la France religieuse , t.3, Philippe JOUTARD , Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 1991.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page