Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Loisirs et modes de vie de la classe bourgeoise (4 études)

Le Salon de la princesse Mathilde, rue de Courcelles.
Le Salon de la princesse Mathilde, rue de Courcelles.
Charles GIRAUD

Le couple en image (13 études)

L'Averse.
L'Averse.
Louis Léopold BOILLY

Découvrez aussi

Stéphane Mallarmé

Portrait de Stéphane Mallarmé.
Portrait de Stéphane Mallarmé.
Pierre Auguste RENOIR

Une œuvre naturaliste

Manda Lamétrie, fermière.
Manda Lamétrie, fermière.
Alfred ROLL

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Les Huguenots - Le Verre d’eau, costumes de théâtre.
Les Huguenots - Le Verre d’eau, costumes de théâtre.

La baraque de la Goulue et le bal Bullier

Le bal Bullier.
Le bal Bullier.
Georges MEUNIER

Maurice Chevalier au Casino de Paris

Maurice Chevalier au Casino de Paris
Maurice Chevalier au Casino de Paris
Charles KIFFER

Parcs et jardins parisiens

Vue du parc Montsouris vers le kiosque à musique.
Vue du parc Montsouris vers le kiosque à musique.
Ludovic VALLÉE

Les ballets russes

Vaslav Nijinski dans le pavillon d'Armide.
Vaslav Nijinski dans le pavillon d'Armide.

Le bal, une pratique sociale

Danse à la ville. Danse à la ville.
Pierre Auguste RENOIR.
Danse à la campagne. Danse à la campagne.
Pierre Auguste RENOIR.
Retour du bal. Retour du bal.
Alfred ROLL.
commentaires 2 commentaires commentaires
Danse à la ville.

© Photo RMN-Grand Palais - H. Lewandowski

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Danse à la ville.

Auteur : Pierre Auguste RENOIR (1841-1919)
Date de création : 1883
Date représentée : 1883
Dimensions : Hauteur 180 cm - Largeur 90 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 96-016605 / RF1978-13

Danse à la campagne.

© Photo RMN-Grand Palais - H. Lewandowski

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Danse à la campagne.

Auteur : Pierre Auguste RENOIR (1841-1919)
Date de création : 1883
Date représentée : 1883
Dimensions : Hauteur 180 cm - Largeur 90 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 96-016603 / RF1979-64

Retour du bal.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Retour du bal.

Auteur : Alfred ROLL (1846-1919)
Date de création : 1886
Date représentée : 1886
Dimensions : Hauteur 205 cm - Largeur 122 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée des Beaux-Arts de Nantes (Nantes) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 02-007770 / Inv1159

  Contexte historique

Le siècle de la « dansomanie »

Au XIXe siècle, le bal fait partie, selon des modalités variées, des loisirs de toutes les couches de la population. En automne et en hiver, la saison mondaine est rythmée par un certain nombre de bals privés, réservés à la haute société, dont la fonction la plus importante est la préparation des alliances matrimoniales. Ouverts à tous (mais payants), les bals publics apparaissent à Paris sous le Directoire et regroupent salles d’hiver et jardins d’été. Le phénomène connaît son apogée sous la monarchie de Juillet ; dans les jardins installés pour la plupart aux Champs-Élysées – comme le bal Mabille – triomphent la valse, la polka et la mazurka. La décadence des bals publics à partir du Second Empire est contemporaine de l’essor des guinguettes le long de la Seine et de la Marne. Alors que les anciennes guinguettes établies aux barrières de Paris disparaissent, des bourgades comme Charenton, Suresnes ou Chatou (avec la célèbre maison Fournaise immortalisée par Renoir) accueillent dans leurs buvettes dansantes une clientèle parisienne venue goûter aux joies d’une nature plus ou moins factice. Dans ces lieux, bientôt appelés « bals musettes », apparaissent après 1900 de nouvelles danses importées de l’étranger : boston, matchiche, cake-walk. La danse s’impose ainsi comme un loisir pratiqué par tous. L’étudiant qui va « guincher » avec une grisette dans un bal de quartier, le fonctionnaire que sa carrière oblige à se rendre avec son épouse au bal de la préfecture, la jeune fille qui fait ses débuts lors d’un bal donné au faubourg Saint-Germain : tous participent à cette « dansomanie » observée par les contemporains.

  Analyse des images

Danse et bourgeoisie

Les personnages peints par Renoir et par Roll appartiennent au même monde, malgré les apparences. En effet, La Danse à la campagne n’est pas une scène populaire. Conçus comme un diptyque, les deux tableaux de Renoir sont les deux faces d’une même réalité sociale, comme le suggèrent mieux leurs titres primitifs : Danse à Paris et Danse à Chatou (en 1883 à la galerie Durand-Ruel), Danse l’hiver et Danse l’été (en 1886 lors d’une exposition à Bruxelles). C’est bien le même danseur (Paul Lhote, un ami du peintre ayant posé pour l’une et l’autre toiles) qui est deux fois mis en scène – dans un cas portant la traditionnelle tenue de soirée (habit noir et gants blancs) et dans l’autre un simple veston et un pantalon bleus. Sa partenaire à Chatou est peut-être une demi-mondaine ou une jeune fille de la campagne. Sa robe longue à volant, son chapeau rouge à brides et ses gants à manchettes jaunes n’aident guère à la situer socialement. Mais l’expression spontanée de joie qui se lit sur son visage tourné vers le spectateur fait supposer qu’elle se livre franchement au plaisir de la danse. Le coin de table avec ses restes de repas à l’arrière-plan tout comme le canotier de paille qui a roulé à terre suggèrent en outre un joyeux laisser-aller et un oubli des convenances que le danseur ne saurait s’autoriser, pour sa part, qu’exceptionnellement. La Danse à la ville, au contraire, montre le même personnage dans une posture bien plus guindée. Les marronniers de Chatou ont laissé place aux plantes vertes, la terrasse à balustrade est remplacée par une salle de bal en marbre. La seconde partenaire du danseur porte une robe de soirée à traîne et ses cheveux sont relevés en un élégant chignon qu’orne une fleur. Un critique remarque, en 1892 : « L’orchestre, qui sait la froideur des plaisirs mondains, ralentit la mesure et le couple circule paresseusement. Nulle animation, nulle fringale de plaisir en cette physionomie. » On peut imaginer que le tableau de Roll montre la même jeune femme quelques heures plus tard, de retour chez elle au petit matin. Secondée par sa bonne, elle délace son corset. La connotation érotique que pourrait avoir ce geste est atténuée par la mélancolie qui se dégage de la scène, comme si, dépouillée de sa parure mondaine, l’héroïne de Roll était renvoyée à une douloureuse solitude.

  Interprétation

Le tourbillon de la vie moderne

Élève de Gérôme et de Bonnat, Alfred Roll n’est pas pour autant un peintre académique et conventionnel ; comme les impressionnistes, il trouve de grands attraits aux scènes de la vie moderne. Aussi Retour du bal peut-il être légitimement placé à côté de La Danse à la ville et de La Danse à la campagne qui comptent pourtant parmi les toiles les plus célèbres de Renoir. Les trois tableaux ont du reste la particularité de présenter des personnages peints en pied et grandeur nature qui s’imposent avec force au spectateur. Renoir et Roll semblent rechercher dans le thème du bal comme une transposition du rythme nouveau imposé aux Français par la modernisation que connaît le pays à partir des années 1850. Tandis que le développement du chemin de fer rend possible la découverte de la vitesse, le bal apparaît comme la métaphore d’une société en perpétuel mouvement et où chacun est condamné à tourner dans le cercle qui lui est assigné. Quand ce mouvement s’arrête, comme dans le tableau de Roll, il semble ne pouvoir déboucher que sur l’ennui et sur le vide – en l’occurrence la vue grise que reflète le miroir face auquel elle se déshabille. Alors que la danse telle qu’elle se pratique à Chatou permet encore l’expression d’une vraie joie de vivre, le bal mondain n’est qu’un rite social où, malgré leur enlacement, les danseurs paraissent s’ignorer.

Auteur : Jean-Claude YON


Bibliographie

  • Anne DISTEL, John HOUSE et Lawrence Gowing, Renoir, catalogue de l’exposition du Grand Palais, 14 mai-2 septembre 1985, Paris, RMN, 1985.
  • François GASNAULT, Guinguettes et lorettes : bals publics et danse sociale à Paris entre 1830 et 1870, Paris, Aubier, 1986.
  • Henri JOANNIS-DEBERNE, Danser en société : bals et danses d’hier et d’aujourd’hui, Paris, C. Bonneton, 1999.

Commentaires

super site, superbes images
bravo aux deux peintres
yoyo44
Par yoyo44 le 03/12/10 à 16h23 - #54
Merci pour vos compliments.
Et merci aussi aux deux peintres. Il est vrai que ces tableaux sont captivants.
Histoire-image
Par Histoire-image le 06/12/10 à 16h57 - #57

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page