Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

métiers (17 études)

Abainville (Meuse) - Vue extérieure des bâtiments de la forge.
Abainville (Meuse) - Vue extérieure des bâtiments de la forge.
François Ignace BONHOMMÉ

Petits métiers et marchés populaires (4 études)

Le Petit ramoneur.
Le Petit ramoneur.
Jean ULYSSE-ROY

Découvrez aussi

La toilette, un moment d’intimité féminine

La salle de bain gothique.
La salle de bain gothique.
Jean Baptiste MALLET

Le rétablissement de l'esclavage en Guyane (1802)

Vente d'esclave au Surinam.
Vente d'esclave au Surinam.
Pierre Jacques BENOIT

Les métiers de rue des enfants pauvres

La petite blanchisseuse.
La petite blanchisseuse.
Pierre BONNARD

Promenades aériennes

Promenades aériennes.
Promenades aériennes.
Louis GARNERAY

La grande roue de Paris

La grande roue de Paris.
La grande roue de Paris.
Albert DORFINANT

Les petits métiers et la musique populaire

Le marchand de chansons.
Le marchand de chansons.
Xavier LEPRINCE

Le vieux Paris - la photographie documentaire

Raccommodeur de faïences.
Raccommodeur de faïences.
Eugène ATGET

Les Halles et le commerce alimentaire à Paris

Le Carreau des Halles.
Le Carreau des Halles.
Victor-Gabriel GILBERT

Les Halles de Paris à travers l'histoire

Les Halles et la rue de la Tonnellerie.
Les Halles et la rue de la Tonnellerie.
Giuseppe CANELLA

Les cris de Paris

Le Petit ramoneur. Le Petit ramoneur.
Jean ULYSSE-ROY.
Les livreurs de farine. Les livreurs de farine.
Pierre CARRIER-BELLEUSE.
La ravaudeuse. La ravaudeuse.
Jean Baptiste MALLET.
Scène et mœurs de Paris : Paris qui s’éveille. Scène et mœurs de Paris : Paris qui s’éveille.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Le Petit ramoneur.

© Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudet

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Le Petit ramoneur.

Auteur : Jean ULYSSE-ROY
Date de création : 1891
Date représentée : 1891
Lieu de Conservation : Musée-Château d'Annecy (Annecy) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 86-000526 / 19841

Les livreurs de farine.

© Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Les livreurs de farine.

Auteur : Pierre CARRIER-BELLEUSE (1851-1932)
Date de création : 1885
Date représentée : 1885
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée du Petit Palais (Paris)
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 00-024303

La ravaudeuse.

© Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : La ravaudeuse.

Auteur : Jean Baptiste MALLET (1759-1835)
Technique et autres indications : Estampe en couleur
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 01-023973-01

Scène et mœurs de Paris : Paris qui s’éveille.

© Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Scène et mœurs de Paris : Paris qui s’éveille.

Auteur : ANONYME
Technique et autres indications : Estampe.
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 02-005540

  Contexte historique

Histoire des cris de Paris

Les cris des marchands ambulants remontent à l’époque médiévale. Première forme orale de publicité, ils faisaient partie intégrante du bruit des villes. L’un des plus anciens témoignages historiques sur les cris de Paris nous est fourni par Le livre des métiers d’Étienne Boileau, ouvrage du XIIIe siècle où l’auteur décrit les mœurs et les coutumes des marchands. Le criage y apparaît comme un service public placé sous la dépendance de l’autorité royale. Hommes, femmes ou enfants déambulaient dans les rues et criaient leurs marchandises ou leurs services pour attirer le chaland. Chaque corps de métier possédait son propre cri caractéristique. Cette forme de commerce nomade s’est perpétuée tout au long de l’époque moderne, faisant concurrence aux échoppes et boutiques ayant pignon sur rue.

  Analyse des images

Les cris de Paris, une tradition iconographique

D’une grande diversité, les cris des commerçants ambulants furent célébrés à toutes les époques aussi bien par les écrivains que par les artistes. Dans La Prisonnière, volume publié en 1923, Marcel Proust a consacré plusieurs pages célèbres aux scènes de rue parisiennes, évoquant en particulier les marchands ambulants et leurs cris variés qui « orchestraient légèrement l’air matinal, en une « ouverture pour un jour de fête » ». Son témoignage rejoint celui des peintres et des graveurs du XIXe siècle qui se sont intéressés aux petits métiers parisiens. Héritiers d’une longue tradition iconographique, ceux-ci rendent compte de leur diversité et en brossent des portraits individuels. C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle les peintres Pierre Carrier-Belleuse et Ulysse Roy ont représenté dans une veine réaliste des livreurs de farine devant une boulangerie pour l’un, un petit ramoneur pour l’autre, s’attachant à dépeindre avec précision leurs attitudes et leurs caractères distinctifs. La figure du ramoneur, d’origine savoyarde ou piémontaise, est un lieu commun dans l’art et la littérature : Rabelais l’évoquait déjà en 1532 dans son Pantagruel. Ce travail était traditionnellement exercé par des enfants qui, grâce à leur petite taille, pouvaient se glisser dans les conduits de cheminée de plus en plus étroits. Noir de suie, le petit ramoneur d’Ulysse Roy porte son instrument de travail sur le dos, un hérisson, et fait retentir son chant dans les rues. Les petits métiers ont également fait l’objet de scènes de genre, telle cette estampe en couleur où Jean-Baptiste Mallet a représenté une ravaudeuse installée dehors, au pied d’une maison, son attirail autour d’elle, ou cette autre estampe anonyme intitulée « Paris qui s’éveille ». Dans cette dernière, l’artiste s’est plu à croquer sur le vif l’animation d’une rue parisienne le matin, avec les boutiquiers ouvrant leurs échoppes et les commerçants ambulants arpentant le pavé en quête de clients. L’attirail et les postures variées de ces derniers permettent d’y reconnaître entre autres un ramoneur, un chiffonnier et un marchand de chapeaux.

  Interprétation

Déclin des petits métiers

D’un point de vue historique, ces différentes œuvres offrent un précieux témoignage sur le vieux Paris et ses personnages typiques, à une époque où les petits métiers commençaient à se raréfier. Florissants tout au long de l’époque moderne, ceux-ci virent en effet leur existence menacée par la révolution industrielle : avec le développement des usines et l’accroissement de la population ouvrière, le nombre d’artisans indépendants ne cessa de reculer dès la fin du XIXe siècle. Notons que si ce déclin fut progressif, ces métiers restèrent vivaces durant l’entre-deux-guerres pour ne disparaître vraiment que dans les années 1950. La métamorphose de Paris, entamée sous le préfet Haussmann, et une réglementation plus stricte de la voirie n’y furent pas non plus étrangères. Dès le milieu du XIXe siècle, pressentant le changement, de nombreuses voix s’élevèrent ainsi parmi les écrivains, Balzac en tête, pour déplorer cette disparition progressive des petits métiers et des cris parisiens, tandis qu’on commençait à s’intéresser d’un point de vue folklorique à leurs particularités et à leurs aspects pittoresques. Tandis que la fin du XIXe siècle vit la publication de nombreux ouvrages traitant de ce sujet, les photographes, professionnels comme amateurs, profitèrent des facilités que leur offraient les progrès de la technique photographique pour descendre dans la rue et fixer sur le papier le souvenir de ces petits métiers. Eugène Atget, en particulier, leur consacra plusieurs séries documentaires dans le cadre de son travail sur les scènes de rue à Paris.

Auteur : Charlotte DENOËL


Bibliographie

  • Jean FAVIER, Paris, deux mille ans d’histoire, Paris, Fayard, 1997.
  • Alfred FRANKLIN, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, Paris-Leipzig, H. Welter, 1906 (rééd. Marseille, Laffitte Reprints, 1977).
  • MASSIN, Les Cris de la ville : commerces ambulants et petits métiers, Paris, Gallimard, 1978.
  • Marcel POUST, La Prisonnière, Paris, Gallimard, 1954.
  • Fabienne REBOUL-SCHERRER, Petits métiers des villes, petits métiers des champs, Paris, France Loisirs, 2005.
  • Vincent MILLOT, Les Cris de Paris, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.
  • Petits métiers et types parisiens vers 1900 : Atget, Géniaux, Vert, catalogue de l’exposition du musée Carnavalet, 6 novembre 1984-13 janvier 1985, Paris, Musée Carnavalet, 1984.
  • Petits métiers – Paris 1900, 800 cartes postales. Hommage à Albert Monier, catalogue de l’exposition organisée dans les mairies des 15e et 17e arrondissements, Paris, Délégation à l’action artistique, 1982.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page