Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion (7 études)

« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue <em>La Lanterne</em>.
« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue La Lanterne.

L’anticléricalisme (5 études)

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Découvrez aussi

Le Cartel des gauches de 1924

La « Grande Armée » du Bloc national.
La « Grande Armée » du Bloc national.
Pierre DUKERCY

Ex-voto de 1662

Portrait de mère Agnès Arnauld et de sœur Catherine de Sainte-Suzanne, dit L’Ex-voto.
Portrait de mère Agnès Arnauld et de sœur Catherine de Sainte-Suzanne, dit L’Ex-voto.
Philippe de CHAMPAIGNE

Le boulangisme

Portrait-charge du Général Boulanger.
Portrait-charge du Général Boulanger.
Gabriel ROQUES

Le cardinal Lavigerie

Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.
Cardinal Charles Lavigerie Cardinal-Primat-d'Afrique.
Léon BONNAT

La propagande boulangiste

Scène de propagande boulangiste.
Scène de propagande boulangiste.
Jean Eugène BULAND

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.
La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Jaurès et le pacifisme

Manifestation pacifiste au Pré-Saint-Gervais en 1913.
Manifestation pacifiste au Pré-Saint-Gervais en 1913.
Gaston PRUNIER

L'Union des gauches de 1932

Le peuple enchaîné.
Le peuple enchaîné.
Pierre DUKERCY

Le boulangisme et les autres tendances politiques

La République devant les élections. Supplément du Figaro daté du 30 mars 1889, p.1.
La République devant les élections. Supplément du Figaro daté du 30 mars 1889, p.1.

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la IIIe République

Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo. Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.
HODE.
La danse combiste. La danse combiste.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.

Auteur : HODE
Date de création : 1884
Date représentée : 1884
Lieu de Conservation : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC (Paris) ; site web
Contact copyright : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ./MHC. 6, allée de l'Université. 92001 Nanterre Cedex. Tél. ,: 01 40 97 79 00 / Fax : 01 40 97 79 40. ; site web

La danse combiste.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Agrandissement - Zoom
«

Titre : La danse combiste.

Auteur : ANONYME
Date de création : 1905
Date représentée : 1905
Lieu de Conservation : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC (Paris) ; site web
Contact copyright : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ./MHC. 6, allée de l'Université. 92001 Nanterre Cedex. Tél. ,: 01 40 97 79 00 / Fax : 01 40 97 79 40. ; site web

  Contexte historique

Une querelle longue de plus de 20 ans

Vingt ans séparent la date de réalisation de ces deux affiches. En 1884, l’ouvrage de Léo Taxil publié par la Librairie anticléricale s’inscrit dans les prémices du conflit religieux qui va marquer la France de la IIIe République. A cette époque, les Républicains, même s’ils viennent d’affaiblir le rôle scolaire de l’Eglise Catholique par les Lois Ferry de 1881-1882, sont encore marqués par la force du mouvement monarchiste et clérical majoritaire à la Chambre des Députés jusqu’en 1877 et représenté jusqu’à cette même date par le Maréchal Mac-Mahon. La carte postale intitulée la Danse Combiste évoque en revanche l’apogée de la crise religieuse puisque le débat sur la Loi de Séparation est engagé. Le parti radical, violemment anticlérical, est au pouvoir et le Président du Conseil Emile Combes souhaite parvenir à la séparation officielle de l’Eglise et de l’Etat.

  Analyse des images

Des idéologies opposées mais des critiques similaires

L’affiche de Hodé illustre l’ouvrage de Léo Taxi et Kar Milo de manière explicite : un homme d’Eglise reçoit dans une chambre, la sienne certainement, une jeune femme venue se confesser. Pour expier ses fautes, cette dernière accepte un châtiment corporel violent, la flagellation. Sur cette image, les deux personnages y prennent un certain plaisir. L’évocation de « la débauche » et du péché de chair sont bien plus que suggérées. Les références aux pratiques décrites un siècle plus tôt par le Marquis de Sade renforcent ce sentiment d’immoralité. Aucun élément appartenant à la symbolique religieuse (une croix, une image du Christ, d’un Saint…) n’est présente : l’ennemi est clairement désigné, il s’agit des hommes d’Eglise et non pas de la religion. C’est une constante dans la politique anticléricale qui était destinée à rassembler le plus de personnes possible et qui se devait donc d’éviter les attaques frontales contre des personnages sacrés.
C’est le même angle d’attaque qu’adopte l’auteur de la carte postale La Danse Combiste. Les principaux dirigeants du Bloc des Gauches : André (ministre de la Guerre), Brisson (chef du parti radical), Pelletan (ministre de la Marine), Vallé (membre du parti radical), Combes (Président du Conseil) et Jaurès (socialiste engagé dans le combat anticlérical) sont représentés dans des positions suggestives, presque entièrement dénudés. Cette image est une reprise de la sculpture La Danse de Carpeaux (du nom de son auteur) qui orne l’Opéra Garnier à Paris depuis 1869. Cette œuvre avait suscité une violente polémique puisqu’elle représentait une ronde de femmes nues et de bacchantes ivres qui tournoyaient autour du génie de la Danse. Zola avait vu dans cette sculpture les signes de la décadence morale du Second Empire, quelques mois avant sa chute. Combes est représenté à la place du génie de la Danse, il est donc l’instigateur de la politique anticléricale, un des personnages les plus haïs par les catholiques.

  Interprétation

La mise en cause morale de l’adversaire
Dans les deux affiches, le camp adverse est désigné comme ne répondant pas aux bonnes mœurs. Le confesseur violent, prenant du plaisir dans la souffrance physique de ses ouailles fait écho dans la carte postale à Emile Combes et ses acolytes qui maltraitent les hommes d’Eglise.
Combes est d’ailleurs en lévitation au-dessus d’un moine en perdition, comme englouti par ses adversaires, et il tient dans ses mains une bonne sœur et un prêtre dont la petite taille évoque leur fragilité et leur impuissance face à l’immoralité du gouvernement radical. L’impression finale se résume à deux êtres abandonnés, livrés en sacrifice et en pâture à un groupe de personnages aux pratiques douteuses et équivoques, proches de l’homosexualité. Le ministère Combes tombera d’ailleurs à l’issue d’une campagne de dénigrement moral puisque le ministère de la Guerre André (présent sur cette image) sera convaincu d’avoir fait réaliser grâce à ses relations maçonniques une enquête sur les opinions religieuses des officiers républicains : cette carte postale est d’ailleurs contemporaine de ce scandale.
La violence et la perversion symbolisées par les souillures rouges sont omniprésentes sur l’affiche du livre de Taxil et Milo : le dos lacéré de la jeune fille, le chemisier blanc, la robe et le jupon, les semelles mais également le terme « débauches » et l’encart au bas de la page. Grâce à cette image, on comprend pourquoi l’anticléricalisme fut pendant longtemps porteur d’une idéologie misogyne, la femme étant supposée proche de l’Eglise, influençable. On y voit une des causes du suffrage universel masculin en application à cette époque : pour beaucoup d’anticléricaux, la femme ne pouvait voter que pour « le parti du curé ». En outre, le sourire satisfait de la jeune fille en fait une créature ambiguë, suscitant toutes les perversions : l’image de la femme tentatrice, évocation du péché originel, d’Eve dans la Bible, se retrouve donc de manière curieuse dans cet ouvrage anticlérical. Paradoxe dans la vie de Léo Taxil qui ne sera pas le seul puisque, après une œuvre souvent violente et outrancière, il demandera l’absolution au Pape Léon XIII en 1885 et deviendra un pamphlétaire au service de la cause de l’Eglise.

Auteur : Vincent DOUMERC


Bibliographie

  • Jacqueline LALOUETTE, La République anticléricale, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2002.
  • Jean-Marie MAYEUR, La vie politique sous la IIIe République, Paris, Le Seuil, 1984.
  • Gabriel MERLE, Emile Combes, Paris, Fayard, 1995.
  • Madeleine REBÉRIOUX, La République radicale (1898-1914), Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1975.
  • René RÉMOND, L'Anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page