Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Les femmes et le travail (10 études)

Le lever de l'ouvrière.
Le lever de l'ouvrière.
Tony ROBERT-FLEURY

Le travail des femmes et des enfants au XIXe siècle (5 études)

Cosette.
Cosette.
Emile Antoine BAYARD

Découvrez aussi

L'interrogatoire du prisonnier

L'interrogatoire du prisonnier.
L'interrogatoire du prisonnier.
Édouard VUILLARD

Le grand magasin, « temple de la Femme »

Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.
Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.
Joseph HORNECKER

Le génie wagnérien

Frontispice d'un recueil de musique.
Frontispice d'un recueil de musique.
Henri FANTIN-LATOUR

Femmes au travail

La rentrée des ouvrières.
La rentrée des ouvrières.
Théophile Alexandre STEINLEN

Les réunions syndicales

Camarade, ton devoir est d’assister à l’Assemblée générale de ton syndicat.
Camarade, ton devoir est d’assister à l’Assemblée générale de ton syndicat.

Origines du carnaval à la Jamaïque

French Set Girls.
French Set Girls.
Isaac Mendez BELISARIO

Femmes à l'usine

Usine de fabrication d'armement à Lyon : les tours. Usine de fabrication d'armement à Lyon : les tours.
Édouard VUILLARD.
Gustave Charpentier - cours de chant de Mimi Pinson. Gustave Charpentier - cours de chant de Mimi Pinson.
ANONYME.
commentaires 0 commentaire commentaires
Usine de fabrication d'armement à Lyon : les tours.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Usine de fabrication d'armement à Lyon : les tours.

Auteur : Édouard VUILLARD (1868-1940)
Dimensions : Hauteur 75 cm - Largeur 154 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée d'Art moderne de Troyes (Troyes) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 96-017571 / MNPL334

Gustave Charpentier - cours de chant de Mimi Pinson.

© Photo RMN-Grand Palais - R. G. Ojeda

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Gustave Charpentier - cours de chant de Mimi Pinson.

Auteur : ANONYME
Dimensions : Hauteur 12 cm - Largeur 15.5 cm
Technique et autres indications : Aristotype.
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-012843 / Pho1997-2-58

  Contexte historique

Dans le second XIXe siècle, avec la généralisation des machines qui exécutent elles-mêmes les travaux de force, le travail féminin s'impose dans les manufactures. Les femmes sont d’abord massivement employées dans les grandes fabriques textiles de Lyon, Lille et Mulhouse... où elles perçoivent un salaire souvent inférieur de moitié à celui des hommes. Comme les congés de maternité n'existent pas, elles besognent jusqu'au dernier moment et reprennent leur tâche le plus rapidement possible après l’accouchement.
Au départ, cette main d’œuvre est déconsidérée. Médecins, économistes, enquêteurs sociaux…tous reprochent à l’ouvrière de ne plus être l'éducatrice de ses enfants et de négliger son foyer, incitant par là même son mari à se réfugier au cabaret. Mais durant la Grande Guerre, dès que les femmes doivent relayer les maris mobilisés, au champ comme à l’usine, spécialement dans les fabriques d’armement, le discours change. Les élites ne condamnent plus le travail féminin mais se préoccupent simplement de la santé des ouvrières et de l’encadrement de leurs loisirs pour les empêcher de verser dans la prostitution, communément appelée « cinquième quart » de la journée.

  Analyse des images

En 1916, à l'invitation du propriétaire, Lazare Lévy, Édouard Vuillard se rend à Lyon pour peindre, en deux tableaux, l’effort d’armement des Français. La première toile, qui présente une Forge en plan général, s’attache peu aux personnages. La seconde, en revanche, intitulée Les Tours, place sur le devant de la scène plusieurs ouvrières et souligne, par divers procédés artistiques, la pénibilité de leurs tâches. Les femmes, habillées du même marron que les machines colossales, font corps avec l’atelier et le fouillis des rouages qui semblent les happer. Elles se fondent dans cet espace, encombré de poulies, de câbles et de courroies géantes qui les frôlent dangereusement. L’employée, qui se tient debout au premier plan, est penchée sur sa machine infatigable, sa bouche ouverte exprime le bâillement et rappelle que la durée de travail dépassait fréquemment les dix heures, à laquelle s’ajoutaient, pour les mères de famille, le temps consacré aux enfants et aux files d'attente interminables pour obtenir à peine de quoi manger et se chauffer.
Et pourtant, comme l’atteste sur une photographie anonyme la lampe électrique allumée et l’obscurité par delà les fenêtres, les ouvrières, exténuées, prenaient volontiers, le soir, des cours de chant. Et cette activité culturelle les métamorphosait : souriantes et concentrées sur le pianiste, coiffées d’élégants chapeaux et bien vêtues de couleurs sombres, elles se détachaient alors nettement du décor, de la grande salle blanche et dépouillée.

  Interprétation

Dès les années 1840, plusieurs grands patrons français, tels ceux de la société industrielle de Mulhouse, des forges du Creusot et de Fourchambault, mettent tout en œuvre pour améliorer le sort de leurs ouvrières et préserver leur moralité : ils les incitent à épargner une part de leur salaire qu'elles toucheront avec les intérêts accumulés, quand elles quitteront la fabrique pour se marier ; ils luttent conte la malnutrition en créant des restaurants pour jeunes filles qui servent une nourriture équilibrée ; ils créent des bibliothèques, des théâtres et des conservatoires dans les cités qu’ils ont édifiées.
Ce mouvement, successivement qualifié de « patronage » et de « paternalisme » trahit une mauvaise conscience des élites. Le patron, sorte de suzerain des temps modernes, se veut le père de ses ouvrières ; il exerce sur elles une tutelle à la fois forte et bienveillante pour les faire échapper au déterminisme de la misère. Persuadé qu’il leur doit plus qu’un salaire, il leur offre une protection sociale, sans intervention de l’État, et des loisirs sains, pensant que l’art, et la musique en particulier, sont des liens sociaux majeurs.
Mais le patronage est aussi et avant tout une stratégie de recrutement et d’organisation du travail. Le dirigeant vise, en proposant à son personnel une vie décente, des activités sportives et culturelles, à pallier le déficit chronique de main-d'œuvre, à attirer, former puis retenir des populations jugées instables, à attacher l’ouvrière et sa famille à la manufacture.

Auteur : Myriam TSIKOUNAS


Bibliographie

  • Jules MICHELET, La Femme, aris, Hachette, 1859, 327 p.(rééd Flammarion, coll. « Champs », 1981, 364 p).
  • Paul LEROY-BEAULIEU, Le Travail des femmes au XIXe siècle, Paris, Charpentier, 1873, 222 p.
  • Jules SIMON, L'Ouvrière, Paris, Hachette, 1861, 368 p. (rééd Gérard Monfort, 1977, 444 p.).
  • Françoise BATTAGLIOLA, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, « coll. Repères », 2000.
  • Sophie-Anne LETERRIER, « Musique populaire et musique savante au XIXe siècle. Du "peuple" au "public" », Aspects de la production culturelle au XIXe siècle, formes, rythmes, usages, Revue d'histoire du XIXe siècle, n° 19, 1999.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page