Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Photos du XIXème (37 études)

Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.
Ecoliers dans la cour intérieure du Palais social du Familistère.

Eugène Atget (5 études)

Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.
Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.
Eugène ATGET

Mots-clés

Découvrez aussi

L'haussmannisation

Boulevard des Italiens, 33 - Pavillon de Hanovre.
Boulevard des Italiens, 33 - Pavillon de Hanovre.
Eugène ATGET

Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré

Firme Monduit : vue de la Sainte-Chapelle après restauration.
Firme Monduit : vue de la Sainte-Chapelle après restauration.
Charles MARVILLE

Lucien Bonaparte, un collectionneur mercantile

Lucien Bonaparte, prince de Canino (1775-1840).
Lucien Bonaparte, prince de Canino (1775-1840).
Joseph-Charles MARIN

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Petit Intérieur  d'un artiste dramatique.
Petit Intérieur d'un artiste dramatique.
Eugène ATGET

Gertrude Vanderbilt Whitney

Etude de tête pour le monument du Titanic.
Etude de tête pour le monument du Titanic.
Gertrude VANDERBILT WHITNEY

Le développement des pratiques amateur féminines

Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame. Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.
Eugène ATGET.
Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame. Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.
Eugène ATGET.
commentaires 0 commentaire commentaires
Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.

Auteur : Eugène ATGET (1857-1927)
Date de création : 1910
Date représentée : 1910
Dimensions : Hauteur 22.6 cm - Largeur 17.8 cm
Technique et autres indications : Photographie positive sur papier albuminé d'après négatif sur verre au gélatinobromure
Lieu de Conservation : Bibliothèque nationale de France (Paris) ; site web

Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame.

Auteur : Eugène ATGET (1857-1927)
Date de création : 1910
Date représentée : 1910
Dimensions : Hauteur 22.3 cm - Largeur 17.8 cm
Technique et autres indications : Photographie positive sur papier albuminé d'après négatif sur verre au gélatinobromure
Lieu de Conservation : Bibliothèque nationale de France (Paris) ; site web

  Contexte historique

S’occuper, une nouvelle nécessité pour les femmes

Au cours du XIXe siècle, les femmes se retirèrent progressivement de la vie active pour rester au foyer. Avec l’augmentation du niveau de vie, elles n’avaient plus besoin de travailler pour subvenir aux besoins de la famille et les représentations négatives entourant la sphère publique masculine, amorale et dangereuse, les enjoignaient à demeurer à la maison.
Si le travail à l’extérieur était vivement réprouvé, afin de ne pas pervertir la cellule familiale, l’oisiveté totale, qui s’apparentait à la fainéantise ou à la paresse, était tout aussi dangereuse pour la vertu féminine et, par extension, pour celle du foyer. A cette exigence sociale, qui valorisait l’activité d’intérieur, l’ennui, le désœuvrement, nés de journées s’écoulant dans la passivité, inspirèrent aussi la recherche d’occupations.
Ainsi, parallèlement aux charges diverses, telles que gouverner la maison, effectuer les tâches ménagères ou élever les enfants, les femmes s’adonnèrent aux travaux artistiques d’amateurs, ou « arts d’agréments ».

  Analyse des images

L’atelier de Mme F. : un témoignage des pratiques artistiques amateur féminines

Parmi les photographies d’intérieurs parisiens d’Atget, deux clichés témoignent de ces nouvelles occupations féminines : intitulés Intérieur de Mr F., Négociant : atelier de Madame, Sculpteur amateur, ils présentent une pièce de l’appartement dédiée à la pratique d’une activité artistique amateur.
La première image montre un chevalet, encombré de papiers et entouré de nombreuses sculptures – bas-reliefs, têtes, statuettes, morceaux de bras – entreposés pêle-mêle sur une étagère ou à même le sol. Un porte-revues supporte également une accumulation de feuilles, sans doute des esquisses ou des reproductions servant de modèles à Mme F. pour réaliser ses sculptures. La seconde photographie dévoile une autre partie de la pièce, un peu mieux rangée, où se trouvent un deuxième chevalet, une sellette avec un buste et de nombreuses autres sculptures, sûrement accomplies par la femme du négociant.
Qu’une pièce entière soit consacrée à ce loisir et équipée à cette fin, manifeste bien la place considérable prise par ces pratiques artistiques dans la vie des femmes au foyer. Chacune choisissait, selon ses goûts, entre les nombreuses activités manuelles qui leur étaient proposées. Des marchands s’étaient en effet spécialisés dans la vente de produits destinés aux amateurs et des manuels s’attachaient à enseigner des techniques artistiques et artisanales (dessin, sculpture, peinture, gravure, reliure, poterie, vannerie, mosaïque, vitrail, tissage, travail et tannage du cuir…) ou à guider la lectrice dans la confection d’artefacts divers (cadres, statuettes, boîtes, tableaux, vases, corbeilles, fleurs artificielles, bijoux, jouets….).

  Interprétation

Un loisir aux vertus multiples

Les travaux artistiques amateur répondaient de la manière la plus adéquate possible au dilemme féminin : sans avoir à sortir de la maison, ils permettaient d’occuper les heures creuses tout en s’attachant à embellir le domicile. La plupart de ces créations étaient en effet destinées à décorer le logement, à le rendre plus agréable et confortable, c’est-à-dire qu’elles œuvraient à renforcer les vertus attribuées au foyer.
Source de bien-être et de joie, école d’apprentissage de la moralité selon les conceptions de l’époque, la famille se voulait un rempart contre les tentations malsaines du dehors. Le logis aspirant à établir une frontière physique avec l’extérieur, il était considéré comme le fondement matériel du foyer et se devait de signifier le bonheur apporté par l’éden familial. Se distraire en améliorant l’esthétique de l’habitat était donc une façon de consolider l’attrait du foyer, d’accroître les valeurs qu’il était censé transmettre. Plus accueillant, plus beau, il serait plus à même de retenir l’homme à la maison et de prodiguer ses bienfaits.
L’adoption de pratiques artistiques amateur par les femmes était également favorisée par les liens que ces activités entretenaient avec les usages mondains et aristocratiques. Elles s’inscrivaient dans l’éducation manuelle et artistique dispensée aux jeunes filles et s’accordaient à la nouvelle conception du loisir qui s’ébauchait au cours du XIXe siècle. Les travaux manuels amateur faisaient partie des distractions conçues comme enrichissantes, offrant un épanouissement personnel, intellectuel, physique et artistique.
Si la diffusion de ces occupations féminines semble avoir été importante, il n’en reste malheureusement que peu de traces. Relevant du domaine du privé, elles n’ont pas été étudiées et les objets crées n’ont pas été conservés. Les photographies d’Atget font partie des rares documents, avec les manuels amateur, attestant de ces nouveaux usages du temps libre. Ces images, pour l’historien, peuvent donc revêtir une signification différente de celle que leur allouait leur auteur.

Auteur : Claire LE THOMAS


Bibliographie

  • ARIES Philippe, DUBY Georges (dir.), Histoire de la vie privée. Tome 4, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Editions du seuil, 1987.
  • Marguerite de BRIEUVRES, Les arts féminins, Paris, Garnier Frères Libraires-Editeurs, s.d.
  • Alain CORBIN (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Rome, Editions Aubier, Laterza, 1995.
  • Jean EMILE-BAYARD, Les arts de la femme, Encyclopédie pratique, Paris, Librairie Charles Delagrave, 1904.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page