Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La bataille de Sedan et la proclamation de la République (5 études)

Napoléon III et Louis Trochu.
Napoléon III et Louis Trochu.
Faustin Betbeder, dit FAUSTIN

Le siège de Paris (6 études)

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Alphonse NEUVILLE

Découvrez aussi

Caricature et propagande

La civilisation européenne.
La civilisation européenne.
Arthur JOHNSON

Le cimetière de Saint-Privat

Le cimetière de Saint-Privat, le 18 août 1870.
Le cimetière de Saint-Privat, le 18 août 1870.
Alphonse NEUVILLE

La visite de la reine Victoria en France (1855)

Souper à Versailles en l'honneur de la reine d'Angleterre, le 25 août 1855.
Souper à Versailles en l'honneur de la reine d'Angleterre, le 25 août 1855.
Eugène LAMI

L'imaginaire de la disette durant le siège de Paris

La queue devant la boucherie. Siège de Paris en 1870.
La queue devant la boucherie. Siège de Paris en 1870.
Clément-Auguste ANDRIEUX

Le Parti communiste et la colonisation au début des années 30

Soutenez l’indépendance des colonies !
Soutenez l’indépendance des colonies !

4 septembre 1870 : la République est de retour

Le Dimanche 4 septembre 1870, Jules Simon proclame la République sur la place de la Concorde.
Le Dimanche 4 septembre 1870, Jules Simon proclame la République sur la place de la Concorde.
Paul-Louis DELANCE

La Défense de Paris

La Défense.
La Défense.
Auguste RODIN

Napoléon III et le général Trochu

Napoléon III et Louis Trochu. Napoléon III et Louis Trochu.
Faustin Betbeder, dit FAUSTIN.
Le plan de Trochu. Le plan de Trochu.
ANONYME.
commentaires 1 commentaire commentaires
Napoléon III et Louis Trochu.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Napoléon III et Louis Trochu.

Auteur : Faustin Betbeder, dit FAUSTIN (1847-1914)
Date de création : 1871
Dimensions : Hauteur 55.8 cm - Largeur 45.1 cm
Technique et autres indications : Série Actualité par Faustin
Lieu de Conservation : MuCEM (Marseille) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 04-509851 / 996.4.69D

Le plan de Trochu.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Le plan de Trochu.

Transcription

Auteur : ANONYME
Dimensions : Hauteur 68.5 cm - Largeur 50 cm
Lieu de Conservation : MuCEM (Marseille) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 04-509101 / 50.39.1081D

  Contexte historique

Après la défaite de Sedan, la défense de Paris

En août 1870, une inéluctable succession de défaites mettent à terre le second Empire. La situation politique en France étant plutôt confuse à l’automne 1870, la proclamation de la république le 4 septembre à Paris installe de fait un pouvoir aux assises précaires. Ce gouvernement de défense nationale compte pourtant dans ses rangs certains grands noms de ceux qui feront la IIIe République, tels Favre, Ferry ou Gambetta. Mais les nouveaux dirigeants doivent pallier leur déficit de crédibilité auprès d’une population française qui, en mai 1870 encore, a plébiscité Napoléon III : un homme d’ordre est absolument nécessaire. De là s’impose « l’idée de faire entrer Trochu dans la combinaison gouvernementale [car] en dépit de ses convictions catholiques et orléanistes, ce dernier bénéficiait de son image d’opposant à l’Empire et de sa popularité dans la capitale » (S. Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, p. 147).

Le général Trochu (1815-1896) est un saint-cyrien qui s’est fait une réputation en Crimée (1853-1856) puis en Afrique. « Breton, catholique et soldat », comme il se définit lui-même, c’est un homme de convictions comme en témoigne son retentissant ouvrage d’avant-guerre, L’Armée française en 1867, où il pointe sans aménité l’étendue des carences de l’institution à laquelle il appartient. Cette publication lui vaut d’être « mis au placard » par le pouvoir impérial, mais elle se révèle payante lors de l’effondrement du régime de Napoléon III.

  Analyse des images

La défaite, source d’inspiration pour la caricature

Le dessin intitulé « Maître et valet » est l’œuvre de Faustin, diminutif de Faustin Betbeder (1847-1914), un des grands noms de la caricature, qui compte, outre Napoléon III, la reine Victoria et Disraeli parmi ses victimes les plus connues. Il se caractérise par un trait précis et une figuration détaillée des personnages contrefaits. Napoléon III et Trochu sont ici solidement ligotés tels des condamnés, en un lieu morne que l’on devine caillouteux, au ciel peuplé de nuées de corbeaux. L’empereur déchu apparaît vieilli, la paupière tombante, affublé d’une moustache gominée qui l’est tout autant. Vêtu d’une sorte de toile de bure, « l’homme de Sedan » fait clairement figure de proscrit. Selon un procédé classique d’exagération, le très catholique Trochu est, quant à lui, accoutré d’une soutane. La mine moins apathique que son comparse, le « valet » donne l’impression de vouloir se défaire de ses liens. Il doit son sobriquet « l’homme de Paris » à son rôle de gouverneur militaire de la capitale, responsabilité que son « maître » Napoléon III lui a confiée le 17 août 1870 et qu’il a conservée jusqu’en janvier 1871.

Il semble que cette fonction de gouverneur militaire de la capitale attire à Trochu bien d’autres quolibets. « Sa Tactique », comme le surnomme ironiquement un journal parisien, brandit sans cesse un « plan », dont il disposerait pour affronter les difficultés, plan au demeurant jamais dévoilé. C’est là pain bénit pour les chansonniers, comme le montre la lithographie ainsi intitulée, publication du journal Le Combat dirigé par un révolutionnaire rentré d’exil, Félix Pyat. Le texte est sarcastique à souhait (feignant l’assurance, Trochu énumère tous les revers et infortunes subis par la France en en faisant les éléments du fameux « Plan » prévu pour sauver le pays…). Notons que Le Combat s’était déjà signalé dans le même registre en publiant le 27 octobre 1870 un article sur le « Plan Bazaine », virulente dénonciation des pourparlers en vue de la reddition de Metz. Figuré au centre de la page sous les traits d’un comploteur loufoque, Trochu se frotte les mains, les pieds posés sur une assiette où courent des rats, symbole du quotidien des Parisiens pendant le siège. En bas à gauche, le caricaturiste ironise sur ses infructueuses tentatives de « sortie » de la capitale. De l’autre côté, il fait référence à la plus fameuse d’entre elles, dite bataille de Champigny (30 novembre-2 décembre 1870). Ces journées ont en effet vu les troupes françaises franchir la Marne à la rencontre des uhlans, pour la « repasser » (jeu de mots à l’origine de l’illustration) contraints et forcés trois jours plus tard.

  Interprétation

Des hommes enchaînés à l’événement

L’effondrement subit et inattendu, du moins sous cette forme, du second Empire ouvre un espace politique neuf et suscite les regards caustiques. Les personnages emblématiques de cette queue de poisson historique font l’objet de railleries, qui reflètent la destinée des protagonistes. Prisonnier de l’ennemi après Sedan, Napoléon III vit dès lors un exil sans retour, à peine agrémenté de quelques velléités de complot. Trochu démissionne le 22 janvier 1871, après l’échec d’une autre « sortie », en direction de Versailles cette fois (bataille de Buzenval). La fin de ses fonctions est marquée par un discours retentissant dans lequel il pointe sans équivoque la réalité de la défaite française face aux Prussiens. Le général désavoué se retire ensuite rapidement de la vie politique.

À l’instar du général Boulanger quelques années plus tard, son parcours est caractéristique d’une popularité assise sur une réputation d’inflexibilité, mais vite dissipée : « Trochu, participe passé du verbe trop choir », dira ainsi de façon cinglante Victor Hugo. Sur un autre plan, le ton très libre des documents analysés ici renvoie à une question adjacente, celle de la liberté d’expression. Le règne de Napoléon III s’est en effet singularisé par une pesante censure. Une fois achevé, il est certain qu’un souffle de liberté anime les publications critiques ou satiriques, qui font florès dès 1871. La IIIe République infléchira bien sûr les pratiques répressives impériales, avec notamment la promulgation de la loi de 1881 sur la presse et l’édition. Toutefois, la création en 1874 par le caricaturiste Gill de l’increvable mégère Anastasie, incarnation de la censure avec ses longs ciseaux, vient rappeler que les auteurs n’auront jamais toute licence de pasticher la réalité pour la faire mieux apparaître.

Auteur : François BOULOC


Transcription - Le plan de Trochu.

Le Plan de Trochu

Œuvre collective des journalistes du Grelot

Refrain
Savez-vous le plan de Trochu ?
Plan, plan, plan, plan, plan.
Mon Dieu ! Quel beau plan,
Savez-vous le plan de Trochu ?
Grâce à lui, rien n’est fichu.

Donnez-moi deux sous de flan
Et quatre sous de gruyère,
Et je vous dirai le plan
De ce brave militaire.

Refrain
Je sais le plan de Trochu, etc.

Quand sur ce beau papier blanc
Il eut écrit son affaire,
Il courut porter son plan
Chez Maître Ducloux, notaire.

Refrain
C’est là qu’est l’ plan de Trochu, etc.

Lorsque Napoléon III
(si m’exprimer ainsi j’ose)
S’rendit sans qu’on sût pourquoi,
Maint’nant, on sait pour quell’cause.

Refrain
C’était dans l’ plan, etc.

Le bois de Boulogn’ tondu,
Le bois de Vincenn’ en ruine,
L’ bal des canotiers fichu,
Markowski dans la débine !

Refrain
C’était dans l’ plan, etc….

On pass’ la nuit dans des trous,
Qu’il pleuv’, qu’il neige ou qu’il vente ;
Je le confesse entre nous,
J’aim’rais mieux vivr’ de mes rentes .

Refrain
Mais c’est dans l’ plan, etc.

A Choisy, Thiais et l’Hay,
La Malmaison et Nanterre,
Si nos brav’s se sont repliés,
C’était ruse de guerre.

Refrain
C’était dans l’ plan, etc….

Du Bourget sachant le prix,
Cette position fut prise ;
Si les Prussiens l’ont repris,
C’est qu’il fallait qu’ell’ fut r’prise.

Refrain
C’était dans l’ plan, etc….

Pyat, Gaillard et Blanqui,
Construisir’nt des barricades ;
C’est les mobil’s bretons qui
Délivrèr’nt les camarades.

Refrain
C’était dans l’ plan, etc….

Pour faire un trou dans l’ blocu-
s, on coul’ des canons en masse ;
C’est l’usin’ Cail qu’est occu-
pée à c’travail efficace.

Refrain

Par un décret de Trochu,
Les homm’s se lèvent en masse,
Et font l’exercice du fût
Sil s’chargeant par la culasse.

Refrain
C’est toujours l’ plan, etc.

Plus de beurre et plus d’amour,
Des théâtr’s en ambulances,
Et trent’-six obus par jour,
Que l’Valérien sans but lance.

Refrain
C’est encor’ l’ plan, etc.

Nos lettr’s s’en vont par ballons ;
On nous répond par des pige-
ons qu’au retour nous pigeons,
A moins qu’ l’ennemi n’les pige.

Refrain
Mais c’est le plan, etc.

Sous la queue d’ nos messagers,
Sans pudeur monsieur de Moltke
Fourr’ des récits mensongers,
Et de nos malheurs se moltque

Refrain
Mais c’est le plan, etc.

Pendant que le paladin
Aurelles de Paladines
S’fait battr’ ! Paris meurt de faim.
Seuls ceux qui n’sont pas là dinent.

Refrain
C’est dans le plan, etc.

D’vant l’boucher, d’vant l’boulanger,
On grelotte dans la rue :
Ni pain, ni viand’ pour changer :
Mais quelqu’fois, y’a d’la morue !

Refrain
C’est dans le plan, etc.

Rat, chat, jument ou mulet,
Et pain d’chien, v’là l’ordinaire ;
Que cette nourriture est
Pour l’estomac délétère.

Refrain
Mais c’est dans l’ plan, etc.

Tandis qu’ pour tout aliment,
L’peupl’ n’a que ces bêt’s revêches.
Ils ont, au gouvernement,
Des pigeons avec…dépêches.

Refrain
C’est dans le plan, etc.

Gambetta dit à Trochu,
Dans un’ lettr’ tombé’ des nues :
" J’ai fait prendr’ Rouen par plu-
-sieurs Prussiens, selon vos vues. "

Refrain
C’est bien dans vot’ plan, etc.

" Je vous écris tous les jours ;
Mais le temps est si contraire
Qu’nos pigeons, partis de Tours,
Vont tous tomber à Ferrières. "

Refrain
C’est bien dans vot’ plan, etc.

" Chanzy opère dans l’Ouest ;
Dans le Nord opèr’ Faidherbe,
Bourbaki opèr’ dans l’Est ;
R’joignez-les, ça s’ra superbe ! "

Refrain
C’est bien dans vot’ plan, etc.

Lors Trochu, près d’Petit-Bry,
Aussitôt pass’ la rivière,
Pensant que l’on peut y bri-
-ser le cercl’ qui nous enserre.

Refrain
C’était le plan, etc.

Il monte sur son coursier ;
Bibesco v’nait par derrière ;
Mais il fallut repasser
Le lendemain la rivière.

Refrain
C’était le plan, etc.

Sur nous pleuvent les obus.
De son Krupp, de Moltke abuse.
" Finis coronat obus "
Dit l’parisien qu’ça amuse !

Refrain
C’est dans le plan, etc.

De son ardeur abusant,
La gard’ national’ de marche
S’fit massacrer à Buzan-
-val, à Montretout et Garches.

Refrain
C’était le plan, etc.

" Le jour où Paris n’aura
Plus d’quoi nourrir une puce,
S’disait chacun, l’on fera
Semblant d’se rendre à la Prusse.

Refrain
Ça doit être le plan, etc.

Et pendant que rentreront
Par un’ port’ soldats et princes,
Par l’autr’ port’ nous filerons
Rejoindr’ nos armées d’ province.

Refrain
Ça doit être le plan, etc.

Mais Jul’ Favr’ alla trouver
Bismark, et c’t’homme sensible
Lui dit : " Vaut mieux s’arranger.
J’trouv’ Trochu trop chusceptible. "

Refrain
J’ai assez du plan, etc.

Puis qu’il n’y a plus d’espoir,
Prenez, dit-il, plein d’ tristesse,
Quelq’ plouc’ de not’ territoir’,
Quelq’ pierr’ de nos forteresses.

Refrain
Ça vaut mieux que l’plan, etc.

Mais malgré môssieur Ducloux,
Le dix-huit mars, la Commune
Ordonna d’tirer du clou
C’plan qu’avait pas fait fortune.

Refrain
On prit le plan, etc.

Or, ce plan d’vait tôt ou tard
Sauver notre belle France,
Car ce fut les communards
Qui l’ suivir’nt pour leur défense.

Refrain
Vive le plan de Trochu !
Plan, plan, plan, plan, plan.
Mon Dieu ! Quel beau plan !
Vive le plan de Trochu !
Grâce à lui, rien n’est fichu.


Bibliographie

  • Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, 1870, la France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.
  • Aimé DUPUY, 1870-1871, la guerre, la Commune et la presse, Paris, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1959.
  • Bertrand TILLIER, La Républicature, la caricature politique en France. 1870-1914, Paris, Éditions du C.N.R.S., 1997.
  • Robert TOMBS, La Guerre contre Paris, 1871, Paris, Aubier, 1997.

Commentaires

Bonjour,
A toutes fins utiles, voici un lien concernant ce "fameux plan".

http://musee.trochu.perso.neuf.fr/le_plan_trochu.htm

Cordialement
lien à propos du plan Trochu
Par lien à propos du plan Trochu le 03/11/10 à 16h28 - #42

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page