Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Napoléon et les arts (10 études)

Le Baron Dominique Vivant Denon.
Le Baron Dominique Vivant Denon.
Robert LEFEVRE

Les Barbus (2 études)

Maurice Quay.
Maurice Quay.
Henri-François RIESENER

Découvrez aussi

Jean Broc, L'Ecole d'Apelle

L'école d'Apelle.
L'école d'Apelle.
Jean BROC

Portraits de l'Empereur Napoléon

Napoléon Ier sur le trône impérial en costume de sacre.
Napoléon Ier sur le trône impérial en costume de sacre.
Jean-Auguste Dominique INGRES

Les artistes femmes au début du XIXe siècle

La mélancolie.
La mélancolie.
Constance-Marie CHARPENTIER

Les Demoiselles Harvey

Les Demoiselles Harvey.
Les Demoiselles Harvey.
Jean-Auguste Dominique INGRES

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Jean-Louis DEMARNE

Bijou néogothique et néo antique

Marie-Thérèse-Charlotte de France, duchesse d'Angoulême (1778-1851).
Marie-Thérèse-Charlotte de France, duchesse d'Angoulême (1778-1851).
Alexandre François CAMINADE

Madame Roland et l'engagement politique des femmes sous la Révolution

Manon Philipon, dite Madame Roland.
Manon Philipon, dite Madame Roland.
Johann Ernst Jules HEINSIUS

Le dix-neuf brumaire

Le Dix-neuf brumaire.
Le Dix-neuf brumaire.
Jacques SABLET

Les Primitifs de l'Atelier de David

Maurice Quay. Maurice Quay.
Henri-François RIESENER.
L'école d'Apelle. L'école d'Apelle.
Jean BROC.
Allégorie sur l'état de la France avant le retour d'Egypte. Allégorie sur l'état de la France avant le retour d'Egypte.
Jean-Pierre FRANQUE.
Romulus,vainqueur d'Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter. Romulus,vainqueur d'Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter.
Jean-Auguste Dominique INGRES.
commentaires 0 commentaire commentaires
Maurice Quay.

© Photo RMN-Grand Palais - J.-G. Berizzi

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Maurice Quay.

Auteur : Henri-François RIESENER (1767-1828)
Dimensions : Hauteur 56 cm - Largeur 46 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-003355 / RF1965-12

L'école d'Apelle.

© Photo RMN-Grand Palais - F. Raux

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : L'école d'Apelle.

Auteur : Jean BROC (1771-1850)
Date de création : 1800
Dimensions : Hauteur 375 cm - Largeur 480 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 06-529648 / RF27

Allégorie sur l'état de la France avant le retour d'Egypte.

© Photo RMN-Grand Palais - Droits réservés

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Allégorie sur l'état de la France avant le retour d'Egypte.

Auteur : Jean-Pierre FRANQUE (1774-1860)
Dimensions : Hauteur 261 cm - Largeur 326 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 92-002257 / INV4560

Romulus,vainqueur d'Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter.

© Photo RMN-Grand Palais - R. G. Ojeda

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Romulus,vainqueur d'Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter.

Auteur : Jean-Auguste Dominique INGRES (1780-1867)
Date de création : 1812
Dimensions : Hauteur 265 cm - Largeur 530 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 94-060191 / DL1969-2

  Contexte historique

C’est dans un esprit avide de nouveauté qu’au sein de l’atelier de David se crée, vers 1798, la Secte des Méditateurs ou Primitifs ou Barbus, noms que ces jeunes artistes doivent au fait qu’ils défient leur temps en ne se rasant pas et en s’habillant d’une façon antique à l’extrême. Pour la plupart âgés de vingt à trente ans, ils débordent d’une énergie créatrice unique. Ils se trouvent en apprentissage auprès de l’artiste qui représente le mieux les nouvelles idéologies d’une France en mouvement. David est l’artiste de la Révolution : c’est lui qui peint les nouveaux martyrs tels Marat ou Bara. C’est lui qui organise de nombreuses fêtes révolutionnaires, dont celle de l’Être suprême en l’an II (1793), et c’est encore lui qui dessine des projets de costumes pour les représentants du peuple. Prenant exemple sur leur maître et sur L’Enlèvement des Sabines (1799, musée du Louvre), Maurice Quay, Hilaire Périé et ses camarades entendent soumettre l’art à un schéma de type révolutionnaire et appliquer des idées primitives à leurs vies, jusqu’à élaborer un véritable modus vivendi.

  Analyse des images

Maurice Quay, peint par Riesener, est présenté barbu, les cheveux en bataille, la chemise défaite, non cravaté et les yeux dans le vague. Ce portrait qui doit dater d’avant 1802, année où Quay meurt de consomption, montre une fébrilité et un génie proches de la folie. D’une nature charismatique et passionnée, Quay charme ses camarades. Selon Étienne Delécluze : « Déjà Moriès et Ducis témoignaient hautement le cas qu’ils faisaient de lui, aussi devint-il bientôt complètement maître de l’esprit de Pierre, de Joseph [les frères Franque], de Broc, de Perrié [sic] et de quelques autres qui formèrent le noyau de la secte. » Passionné par la lecture d’Homère, de la Bible et d’Ossian, il préconise un retour aux origines primitives, qui se traduit également par une volonté de s’appuyer sur les préceptes des arts grec et étrusque.

Le tableau de Jean Broc, L’École d’Apelle, présenté au Salon de 1800, témoigne clairement de la différence entre la secte et le reste des œuvres exposées. Tel un manifeste pictural, il s’inscrit dans une filiation artistique qui veut aller au-delà de l’enseignement de David par une touche proche de la détrempe et de la fresque. Incompris lors de son exposition, le tableau s’appréhende tout d’abord comme un hommage à Apelle et donc à la peinture antique, mais encore comme un hommage à Raphaël et à L’École d’Athènes. Mais il est avant tout une image fantasmée de la secte elle-même à travers les jeunes hommes qui palabrent sur l’art dans un esprit d’émulation.

En 1810, alors que la secte s’est dissoute à la mort de Maurice Quay en 1802, Jean-Pierre Franque et son frère jumeau Joseph-Boniface exécutent L’Allégorie de la France avant le Retour d’Egypte afin d’honorer l’Empereur. Ce tableau inhabituel présente Napoléon comme un rêveur découvrant l’état de la France en proie aux démons des guerres civile et extérieure, dans une ambiance ossianique et fantasmagorique. Exécuté bien après la dissolution de la secte, sa facture – touche primitive et influence d’Ossian – montre la volonté d’une continuité de la part de ces deux anciens Primitifs. D’autres artistes, qui ne faisaient pas partie de ce groupuscule, se sont intéressés à ces nouveaux penseurs et ont repris certains de leurs codes. En 1812, Jean Auguste Dominique Ingres, camarade d’atelier des Primitifs dans sa jeunesse, exécute Romulus, vainqueur d’Acron, porte les dépouilles opimes au temple de Jupiter, toile qui doit beaucoup aux idées des Primitifs par sa manière proche de la fresque, la fraîcheur de ses couleurs et son rendu presque sans perspective. Douze ans après le premier tableau de la secte, Ingres prend le relais de ce style en l’adaptant à sa manière.

  Interprétation

Les Primitifs ont durablement marqué l’histoire de l’art, sans qu’aucun hommage ne puisse leur être rendu. Ces artistes, qui avaient fondé leurs idées artistiques sur les textes d’Ossian, d’Homère et de la Bible, continuent à guider leur vie et leur art d’après le principe de l’utopie. Autour de 1800, les artistes cohabitent sur la colline de Chaillot, dans un esprit communautaire, essaient de vivre en harmonie avec la nature et sont végétariens. La Révolution avait célébré ses héros, mettant en exergue leurs vertus : les Primitifs font écho à cette notion par leur moralité et leur volonté de créer un monde pacifique et respectueux. Dénigrés de leur vivant par l’autorité en place, ils ont cependant intéressé leurs contemporains et imposé un style alternatif, fondé sur une perspective restreinte, une technique proche de la détrempe ou de la fresque et un regard tourné vers les Primitifs du Moyen Âge et l’art étrusque. François Gérard et Jean Auguste Dominique Ingres sont deux des plus grandes figures inspirées par la vision « primitive » de cette secte. Dans un but absolu de perfection de l’art, ces jeunes gens ont voulu dépasser l’enseignement de David afin de créer une esthétique et une pensée nouvelles.

Auteur : Saskia HANSELAAR


Bibliographie

  • Étienne DELÉCLUZE, Louis David, son école et son temps, 1855, rééd. Paris, Macula, 1983.
  • Saskia HANSELAAR, L’Esthétique des Ombres : Ossian et une génération d’artistes français à la veille du Romantisme (1793-1833), thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Paris X-Nanterre, novembre 2008.
  • George LEVITINE, The Dawn of Bohemianism : The Barbu Rebellion and Primitivism in Neoclassical France, University Park, Londres et Pennsylvanie, 1978.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page