Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Institutions (24 études)

Arrivée du Duc d'Orléans au Palais-Royal.
Arrivée du Duc d'Orléans au Palais-Royal.
Jean-Baptiste CARBILLET

Napoléon et l’Église (5 études)

Pie VII refusant de signer le concordat, 25 janvier 1813.
Pie VII refusant de signer le concordat, 25 janvier 1813.

Découvrez aussi

La Duchesse de Berry

Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry  (1798-1870).
Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry (1798-1870).
Thomas LAWRENCE

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII dans la forêt de Fontainebleau, le 25 novembre 1804.
Jean-Louis DEMARNE

Les attentats politiques au XIXe siècle

Attentat de la rue Saint-Nicaise à Paris contre le 1er consul, le 3 nivôse au 9 (24 décembre 1800).
Attentat de la rue Saint-Nicaise à Paris contre le 1er consul, le 3 nivôse au 9 (24 décembre 1800).

Le pape Pie VII, prisonnier de l'empereur Napoléon

Pie VII refusant de signer le concordat, 25 janvier 1813.
Pie VII refusant de signer le concordat, 25 janvier 1813.

Une vie religieuse encadrée par la loi (1802 à 1905)

Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) approuvant le Concordat de 1801 et les articles organiques organisant en France les cultes catholique et protestants.
Loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) approuvant le Concordat de 1801 et les articles organiques organisant en France les cultes catholique et protestants.

L'acquisition de la Louisiane par les Etats-Unis

Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.
Lettre de Robert Livingston à Joseph Bonaparte.

L'allégorie sous le Consulat

L’Hercule Français.
L’Hercule Français.
Philippe Auguste HENNEQUIN

Le Concordat de 1801

Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège.. Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège..
Thomas LAWRENCE.
Signature du Concordat entre la France et le Saint-Siège, par le pape Pie VII, le 15 août 1801. Signature du Concordat entre la France et le Saint-Siège, par le pape Pie VII, le 15 août 1801.
Jean-Baptiste Joseph WICAR.
commentaires 0 commentaire commentaires
Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège..

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat du Saint-Siège..

Auteur : Thomas LAWRENCE (1769-1830)
Technique et autres indications : Estampe de Charles Edward Wagstaff d'après Thomas Lawrence.
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Malmaison (Rueil-Malmaison) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 01-004546 /MM.52.3.9

Signature du Concordat entre la France et le Saint-Siège, par le pape Pie VII, le 15 août 1801.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Signature du Concordat entre la France et le Saint-Siège, par le pape Pie VII, le 15 août 1801.

Auteur : Jean-Baptiste Joseph WICAR (1762-1834)
Date représentée : 15 août 1801
Dimensions : Hauteur 52 cm - Largeur 45 cm
Technique et autres indications : Pierre noire.
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 78-001279 / MV2573;invdessins670; inv33393

  Contexte historique

Né le 14 août 1742 à Césène, en Romagne, Grégoire Barnabé Chiaramonti – le futur pape Pie VII – est issu d’une famille de vieille noblesse romagnole. Son appartenance à l’ordre des Bénédictins développe en lui une profonde piété et un goût de la simplicité poussé jusqu’à l’ascèse. Élève du théologien janséniste Miara, à Padoue, il souscrit à l’Encyclopédie de Diderot et s’intéresse aux idées de Locke et de Condillac, alors précepteur du prince héritier de Parme. Pie VI, son parent et compatriote de Césène, le nomme évêque de Tivoli (1783), puis d’Imola (1785). Le 14 février 1785, à 42 ans, il reçoit la pourpre cardinalice. En juin 1796, Imola est occupé par les troupes du général Augereau, et le cardinal Chiaramonti s’interpose entre les forces françaises et la population. Il exprime sa position politique et religieuse dans une célèbre homélie prononcée le jour de Noël 1797 : le régime démocratique n’est pas contraire à l’Évangile, mais il ne peut se passer de religion.

Le 29 août 1799, le pape Pie VI meurt à Valence, prisonnier du Directoire. Le 14 mars 1800, le conclave réuni à Venise élit le cardinal Chiaramonti qui prend le nom de Pie VII, en hommage à son prédécesseur. Il prend pour secrétaire d’État le cardinal Ercole Consalvi (1757-1824) à qui il doit en partie son élévation à la dignité papale. Avec son aide, il réorganise les États pontificaux dans le sens d’une meilleure adaptation au monde moderne (bulle Post diuturnas du 30 novembre 1800). Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, souhaite mettre fin au schisme qui divise l’Église de France et rendre à cette dernière une existence officielle par l’établissement d’un Concordat avec le Pape. Pie VII confie à Ercole Consalvi la redoutable tâche d’en négocier les termes avec Bonaparte.

  Analyse des images

Artiste étonnamment précoce, sir Thomas Lawrence (1769-1830) devint, en 1792, le peintre ordinaire du roi Georges III d’Angleterre et présida la Royal Academy de 1820 à sa mort. Disciple de sir Joshua Reynolds (1723-1792), c’était un portraitiste mondain de renommée internationale. Il réalisa le portrait du cardinal Ercole Consalvi, secrétaire d’État du Saint-Siège, au cours d’un voyage à Rome, vraisemblablement en 1818. Charles Edward Wagstaff (1808-1850) a reproduit ce portrait par l’estampe. Le prélat est représenté dans son bureau du Vatican, assis dans un fauteuil, le bras gauche appuyé sur une pile de papiers. Il tient dans la main droite une liasse de feuillets et sa barrette cardinalice. Derrière lui, une large baie laisse apercevoir une architecture néoclassique estompée, celle de la façade de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Élève de David, le peintre lillois Jean-Baptiste Wicar (1762-1834) était membre de la Commission des sciences et des arts qui accompagna le général Bonaparte lors de la campagne d’Italie. Il était chargé de saisir les œuvres d’art susceptibles d’enrichir les collections des musées nationaux. En 1800, il s’installa définitivement à Rome. Le dessin représentant le pape Pie VII, alors qu’il remet au cardinal Consalvi, après l’avoir ratifié, le texte du Concordat signé à Paris le 15 juillet 1801, a été commandé par François Cacault, protecteur de l’artiste, représentant du Premier consul à Rome. Exécutée d’après nature, l’œuvre a été exposée à partir de 1803 dans le palais de la Légation française, avec un buste en plâtre de Napoléon Bonaparte par Canova. Comme pour un échange de présents, le dessin a ensuite été remis à Bonaparte à Paris, tandis que le buste était offert au pape.

  Interprétation

La Constitution civile du clergé, votée par l’Assemblée constituante le 12 juillet 1790, avait institué une Église nationale avec des prêtres élus par les fidèles, rémunérés par l’État et tenus de prêter serment de fidélité « à la Nation, à la Loi et au Roi ». Cette Constitution avait été condamnée par le Saint-Siège, de sorte que s’opposaient en France deux clergés : le clergé assermenté ou constitutionnel et le clergé insermenté ou réfractaire, fidèle à Rome.

Pour Napoléon Bonaparte, le règlement de la question religieuse est une condition nécessaire à la pacification intérieure du pays et il veut mettre l’Église catholique, toujours très influente, à son service. Sur les conseils d’Étienne Bernier, curé de Saint-Laud à Angers, il ouvre donc des négociations avec le pape Pie VII, nouvellement élu, le 25 juin 1800. La lenteur des tractations, souvent rompues, s’explique par une différence de point de vue fondamentale : Bonaparte aborde la question religieuse sur un plan politique alors que le pape l’envisage sur un plan spirituel. Pie VII envoie d’abord à Paris le cardinal Spina puis, le 20 juin 1801, son secrétaire d’État le cardinal Consalvi, chargé de relancer les négociations. Finalement, le Concordat est signé le 15 juillet 1801. En le ratifiant le 15 août suivant, le pape reconnaît la république et renonce à la restitution des biens nationaux. De son côté, le gouvernement français conserve la mainmise sur l’organisation de l’Église catholique : il nomme les évêques ; le nombre des diocèses est réduit de moitié par rapport à l’Ancien Régime ; le clergé est rémunéré par l’État et doit prêter serment de fidélité. Les dispositions du Concordat sont étendues aux autres confessions alors représentées en France : luthériens, calvinistes, juifs.

Malgré l’ajout des Articles organiques qui restaurent en partie le gallicanisme et que le pape ne ratifiera jamais, le Concordat de 1801 consacre le retour à la paix religieuse. Il restera en application en France jusqu’à la séparation des Églises et de l’État en 1905.

Auteur : Alain GALOIN


Bibliographie

  • Jacques-Olivier BOUDON, Napoléon et les cultes, Paris, Fayard, 2002.
  • Jacques CRETINEAU-JOLY, Mémoires du cardinal Consalvi, secrétaire d’Etat du pape Pie VII (avec une introduction et des notes), Paris, Plon, 1864.
  • Yves-Marie HILAIRE, Histoire de la Papauté, Paris, Le Seuil, collection « Points Histoire », 2003.
  • Jean LEFLON, L’Eglise concordataire et impériale, Paris, Maison de la Bonne Presse, 1947.
  • Bernardine MELCHIOR-BONNET, Napoléon et le Pape, Paris, Le Livre contemporain, 1958.
  • Gérard PELLETIER, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Collection de l’Ecole française de Rome, 2004.
  • Jean TULARD, Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1999.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page