Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Les troupes coloniales (8 études)

Tirailleur annamite en grande tenue.
Tirailleur annamite en grande tenue.
Pierre Albert LEROUX

Les autochromes de Paul Castelnau pendant la guerre de 14-18 (4 études)

Tranchée de première ligne : groupe de poilus devant l’entrée d'un abri, Hirtzbach, 16 juin 1916.
Tranchée de première ligne : groupe de poilus devant l’entrée d'un abri, Hirtzbach, 16 juin 1916.
Paul CASTELNAU

Découvrez aussi

Un regard sur les tranchées

Tranchée de première ligne : groupe de poilus devant l’entrée d'un abri, Hirtzbach, 16 juin 1916.
Tranchée de première ligne : groupe de poilus devant l’entrée d'un abri, Hirtzbach, 16 juin 1916.
Paul CASTELNAU

Le général Marchand

Le commandant Marchand à travers l'Afrique.
Le commandant Marchand à travers l'Afrique.
Jean Paul Louis PINAYRE

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Crédit Lyonnais. Souscrivez au 4<sup>e</sup> emprunt national.
Crédit Lyonnais. Souscrivez au 4e emprunt national.

Robert le diable, un héros emblématique

Scène de Robert le diable.
Scène de Robert le diable.
François Gabriel LEPAULLE

Les tirailleurs sénégalais dans la Grande Guerre

Le dos au feu, le ventre à table.
Le dos au feu, le ventre à table.
Paul DUFRESNE

La reprise de Mondement

Reprise de Mondement.
Reprise de Mondement.
Espérance Léon BROQUET

L'envers de la première guerre mondiale devant l'objectif

Déjeuner de poilu, Reims, 1<sup>er</sup> avril 1917.
Déjeuner de poilu, Reims, 1er avril 1917.
Paul CASTELNAU

Invalides de guerre et centres de rééducation

Atelier de l'école de rééducation professionnelle du Grand Palais à Paris.
Atelier de l'école de rééducation professionnelle du Grand Palais à Paris.

Les Demoiselles Harvey

Les Demoiselles Harvey.
Les Demoiselles Harvey.
Jean-Auguste Dominique INGRES

Caricature et propagande

La civilisation européenne.
La civilisation européenne.
Arthur JOHNSON

Les troupes coloniales au service de la patrie

Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917. Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917.
Paul CASTELNAU.
Groupe de militaires sénégalais pendant l'heure de repos à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917. Groupe de militaires sénégalais pendant l'heure de repos à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.
Paul CASTELNAU.
Quatre militaires sénégalais à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917. Quatre militaires sénégalais à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.
Paul CASTELNAU.
commentaires 0 commentaire commentaires
Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917.

© Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Paul Castelnau

Agrandissement - Zoom
»

Titre : Sar Amadou, Wolof classe 1900, du Septième régiment à Ballersdorf (Haut-Rhin), 22 juin 1917.

Auteur : Paul CASTELNAU (1880-1944)
Date de création : 1917
Date représentée : 22 juin 1917
Technique et autres indications : Autochrome
Lieu de Conservation : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-532453 / CA000533

Groupe de militaires sénégalais pendant l'heure de repos à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.

© Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Paul Castelnau

Agrandissement - Zoom
« »

Titre : Groupe de militaires sénégalais pendant l'heure de repos à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.

Auteur : Paul CASTELNAU (1880-1944)
Date de création : 1917
Date représentée : 16 juin 1917
Technique et autres indications : Autochrome
Lieu de Conservation : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-532451 / CA000495

Quatre militaires sénégalais à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.

© Ministère de la Culture / Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Paul Castelnau

Agrandissement - Zoom
«

Titre : Quatre militaires sénégalais à Saint-Ulrich (Haut-Rhin), 16 juin 1917.

Auteur : Paul CASTELNAU (1880-1944)
Date de création : 1917
Date représentée : 16 juin 1917
Technique et autres indications : Autochrome
Lieu de Conservation : Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 07-532452 / CA000497

  Contexte historique

La « plus grande France » dans la guerre totale

Si la Grande Guerre a été mondiale, les combats n’ont pas eu la même intensité sur tous les continents. En Afrique par exemple, pourtant colonisée aux neuf dixièmes par les puissances européennes, la guerre a peu fait rage. En revanche, par souci de remplacer les trop nombreux disparus au champ d’honneur et dans l’objectif de créer un nouveau vecteur de l’identité nationale parmi la population indigène, les nations combattantes n’hésitent pas à puiser dans leur vivier colonial. Pour le compte de la France, des unités prélevées plus ou moins de force dans toutes les colonies ont participé d’une manière ou d’une autre à l’effort de guerre. C’est en particulier le cas d’environ 160 000 soldats recrutés en Afrique du Nord et 134 000 en Afrique noire – dont les fameux tirailleurs sénégalais reconnaissables à leur chéchia rouge, empruntée d’ailleurs aux tirailleurs algériens. Le procédé autochrome mis au point par les frères Lumière en 1903 trouve ici un superbe usage avec le reportage effectué sur le front alsacien par Paul Castelnau, géographe issu de l’université versé dès 1915 à la Section photographique de l’armée. Ces trois vues, dont chacune a son échelle propre, permettent de découvrir les soldats africains qui combattent en juin 1917 dans les Vosges alsaciennes.

  Analyse des images

Scènes de repos pour une unité comme les autres

Au niveau le plus intimiste, Castelnau tire le portrait en buste de Sar Amadou, un Wolof (ethnie du Sénégal) âgé de trente-sept ans, puisque issu de la classe 1900. Le cadre rural d’une cour de ferme du Haut-Rhin, quoique flou, contraste avec la guerre signifiée par l’uniforme, d’autant plus imposant dans l’image qu’il a les poches gonflées des nombreux objets indispensables que le combattant emporte partout avec lui. Sa couleur bleu horizon montre que toutes les unités coloniales ne disposent pas encore de l’uniforme kaki spécifique pourtant proposé dès 1915.

En revanche, l’unité vue au repos dans son cantonnement de Saint-Ulrich (à quelques kilomètres de Belfort) porte l’uniforme réglementaire au col orné de l’ancre, qui rappelle l’appartenance des troupes coloniales à la Marine. Le fond est plus bucolique encore, la verdure et le ciel font ressortir l’incongru amas de kaki. Les chéchias rouges ou bleues distinguent ces Français coloniaux de leurs alliés américains récemment entrés en guerre, d’allure fort ressemblante car équipés par l’armée française. Cette distribution du repas par la « roulante » a été saisie sans pose, comme l’indique le flou plus ou moins accentué de ceux qui ont bougé au moment de la prise de vue.

À mi-chemin entre ce plan général d’une scène de la vie quotidienne et le gros plan sur un soldat, le portrait de groupe de cinq tirailleurs nous fait pénétrer au cœur d’une escouade. Assis sur une caisse ou à même la terre, debout contre un mur, ils font face à l’objectif l’air grave, sans sourire. Le cliché permet de détailler précisément leur équipement et leur quotidien : casque ou chéchia ; pelle, fusil ou pistolet mitrailleur ; gourde et musettes ; gamelles ; chemise de toile et bretelles ; godillots cloutés et bandes molletières. Participant à la même guerre que les autres, ces Sénégalais ne s’en différencient que par la couleur de la peau, qui ressort ici très nettement sur le fond crayeux.

  Interprétation

Une « force noire » bien peu sauvage

Contrairement à un cliché en noir et blanc, qui fait ressortir le ton de la peau noire sans pouvoir en saisir ni les nuances ni le grain, le procédé autochrome donne à voir la maturité de Sar Amadou. Barbu alors qu’aucun autre tirailleur ne l’est, il semble moins grave ou désœuvré qu’intrinsèquement inquiet. Son regard, à la fois perdu dans un hors-champ invisible et profondément concentré, en dit long sur ce que ce soldat a vécu et sur ce qu’il redoute de subir. On est donc bien loin ici des deux stéréotypes associés aux tirailleurs : celui de la bravoure insensée et celui de la sauvagerie incontrôlable.

Dans un tout autre registre, la scène de distribution du repas participe aussi d’une certaine banalisation de l’expérience de guerre des troupes coloniales. La discipline règne ici avec plus ou moins de bonheur. Les mains dans les poches, un vague regard lancé au photographe, ces soldats au repos profitent de ce coin de campagne (à nouveau) française sans aucunement vouloir reprendre le travail interrompu des champs. Seules les larges gamelles emplies de riz blanc, base de l’alimentation en Afrique noire, témoignent de l’originalité de leur présence en Europe.

La photo de la (probable) escouade est en tout cas celle d’un groupe qui semble bien se connaître, que cette proximité soit due à une origine commune (même village) ou au partage du danger. La frontalité du cliché accentue l’intensité des regards et fait ressortir les détails comme autant de révélateurs d’une certaine professionnalisation de la guerre. Un incongru bâton sur la tête et le poing orné de bagues, soutenant le menton du soldat au centre, indiquent la jeunesse de ces troupes et instaurent vis-à-vis de leur propre image une distance qui révèle le déracinement dont ils sont victimes. L’accueil de ces troupes jusqu’alors cantonnées à l’outre-mer ne s’est pas déroulé sans heurts. La population civile les suspectait de marauder, les soldats du rang d’être des assassins. L’état-major les considérait plus encore que les autres soldats comme de la chair à canon et les a très volontiers envoyés en première ligne des assauts les plus dangereux. Longtemps, l’armée ne leur a pas reconnu les mêmes mérites sous le feu – autant de contrastes avec ces clichés de propagande réalisés par Castelnau.

Auteur : Alexandre SUMPF


Bibliographie

  • Chantal ANTIER, Les soldats des colonies dans la Première Guerre mondiale, Rennes, Editions Ouest France, 2008.
  • Jean-Jacques BECKER, La Première Guerre mondiale, Paris, Belin, 2008 (rééd.).
  • Antoine CHAMPEAUX et Eric DEROO, La Force noire : gloire et infortunes d’une légende coloniale, Paris, Tallandier, 2005.
  • Eugène-Jean DUVAL, L’épopée des tirailleurs sénégalais, Paris, L’Harmattan, 2005.
  • Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page