Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

Lettre d´information n° 53

Lettres d'information

L'Histoire par l'image 1789-1945
Lettre d’information n° 53 - Août 2008
Ce mois-ci, L’Histoire par l’image propose une série de notices sur la bataille de Sedan et la proclamation de la République le 4 septembre 1870 ainsi qu’une étude sur les relations entre la France et la Belgique lors de la Monarchie de Juillet. En ligne également, une animation qui met en lumière le fantasme du complot aristocratique qui marqua l’année 1789.
La bataille de Sedan et la proclamation de la République

Lors de la guerre franco-prussienne et après la victoire inaugurale de ses troupes le 2 août 1870 à Sarrebruck, l’armée française enchaîne les défaites. Durant le mois d’août 1870, les revers français conduisent Napoléon III et Mac-Mahon à se replier vers la citadelle de Sedan. Le 31 août et le 1er septembre la bataille de Sedan se solde par la capitulation des troupes françaises, la captivité de Napoléon III en personne et met en évidence l’ampleur du décalage militaire entre les deux nations. Dans ce contexte de défaite, la République – portée, entre autres, par Gambetta, Favre et Ferry - est proclamée le 4 septembre. Le général Trochu, gouverneur militaire de la capitale de tendance conservatrice se voit dans la foulée confier la présidence du gouvernement provisoire.

Bataille de Sedan. 1 septembre 1870
Bataille de Sedan. 1 septembre 1870.
© Photo RMN - D. Arnaudet
La Monarchie de Juillet et la Belgique

Cette étude analyse les relations entre la France et la Belgique pendant la Monarchie de Juillet et rappelle l’alliance qui fut scellée entre les deux monarchies par le mariage de Léopold Ier et la princesse Louise d’Orléans, fille aînée de Louis-Philippe.

Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832
Mariage de Léopold Ier, roi des Belges, et de Louise d’Orléans, le 9 août 1832.
© Photo RMN - D. Arnaudet
Une nouvelle animation

Le pamphlet présenté ici reflète l’effervescence des idées de l’hiver 1789-1790. A cette époque il circule sous le manteau et contribue à répandre dans le public la psychose de complot aristocratique, à exciter la peur, la mobilisation et la volonté punitive des patriotes. Le fantasme du complot aristocratique concoure à souder les esprits populaires et participe à la formation de la nation.

Les fripons craignent les réverbères
Les fripons craignent les réverbères.
© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie
L'Histoire par l'image 1789-1945