Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image

Albums liés

La mode de l’opéra italien à Paris (4 études)

Giuditta Pasta dans le rôle de Roméo de Romeo e Giuletta de Zingarelli.
Giuditta Pasta dans le rôle de Roméo de Romeo e Giuletta de Zingarelli.

L'année 1830 (19 études)

Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Louis-Philippe, Duc d'Orléans, arrive à l'Hôtel de Ville de Paris
Eloi-Firmin FERON

Découvrez aussi

La Monarchie de Juillet et la Belgique

Léopold I<sup>er</sup>.
Léopold Ier.
Henri DECAISNE

Giuditta Pasta et le travestissement à l'opéra

Giuditta Pasta dans le rôle de Roméo de Romeo e Giuletta de Zingarelli.
Giuditta Pasta dans le rôle de Roméo de Romeo e Giuletta de Zingarelli.

La naissance du mythe du ténor

Panthéon Charivarique : Gilbert-Louis Duprez.
Panthéon Charivarique : Gilbert-Louis Duprez.
BENJAMIN

Jacques Offenbach, le XIXe siècle en musique

Jacques Offenbach.
Jacques Offenbach.
NADAR (Gaspard Félix TOURNACHON, dit)

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Rossini soutenant à lui seul tout l’opéra italien.
Rossini soutenant à lui seul tout l’opéra italien.
Eugène DELACROIX

Maurice Chevalier au Casino de Paris

Maurice Chevalier au Casino de Paris
Maurice Chevalier au Casino de Paris
Charles KIFFER

La musique romantique en France

Hector Berlioz.
Hector Berlioz.
Louis Alexandre GOSSET DE GUINES, dit GILL

Wagner et la France

Autour du piano.
Autour du piano.
Henri FANTIN-LATOUR

La naissance du vedettariat

Sarah Bernhardt.
Sarah Bernhardt.
Georges-Jules-Victor CLAIRIN

Une des premières divas de l'opéra : Maria Malibran

commentaires 0 commentaire commentaires
Maria  Malibran, dans le rôle de Desdémone.

© Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement - Zoom

Titre : Maria Malibran, dans le rôle de Desdémone.

Auteur : Henri DECAISNE (1799-1852)
Date de création : 1830
Date représentée : 1830
Dimensions : Hauteur 138 cm - Largeur 105 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Maria Malibran, dans le rôle de Desdémone. à l'acte III d'Otello de Rossini.
Lieu de Conservation : Musée Carnavalet (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 02-005944 / P.2010

  Contexte historique

La cantatrice Maria Malibran est sans doute l’une des plus célèbres chanteuses de l’histoire de l’opéra. D’origine espagnole, elle naît à Paris le 24 mars 1808 et mourra à Manchester le 23 septembre 1836. Issue d’une famille d’artistes éminents, fille du célèbre ténor Manuel García et sœur aînée de Pauline Viardot, elle tient son nom de son mariage avec le négociant français François-Eugène Malibran qu’elle épouse en 1827 à New York. Elle s’en sépare très vite pour devenir ensuite la femme du violoniste belge Charles de Bériot. À Paris, elle débute dans l’un des salons les plus prisés de la capitale, celui de la comtesse Merlin, lors d’un récital organisé en sa faveur, car elle est déjà perçue comme une merveille du chant potentielle. Sa rencontre avec le public français se fait à l’Opéra le 14 janvier 1828, mais c’est au Théâtre-Italien qu’elle décide de faire carrière, en multipliant les rôles, dont celui de Desdemona, dans l’Otello de Rossini. Elle devient rapidement l’idole du Théâtre-Italien, dans une période d’âge d’or du chant lyrique à Paris. Son physique agréable, sa taille gracieuse et ses forts beaux yeux ont contribué à marquer les esprits de l’époque. Elle avait une voix émouvante et puissante, mais dure et rebelle, et c’est à force de volonté et d’exercices exténuants qu’elle put conquérir les rôles les plus difficiles. Sa tessiture était exceptionnellement étendue : par nature un mezzo-soprano, élargi au soprano et au contralto, selon la caractérisation actuelle. Dans les pas du rossinisme, elle connut un succès immense dans toute l’Europe au cours d’une carrière fulgurante et suscita de nombreux témoignages d’idolâtrie, littéraires ou iconographiques. Elle fait partie de ces artistes qui eurent une résonance immense à Paris, dépassant de loin le simple statut d’interprète.

  Analyse de l'image

Le peintre Decaisne représente ici la cantatrice, au moment du coucher fatal de Desdemona dans l’acte III. Elle a l’air pensif, les yeux brillants de larmes, les cheveux défaits, comme perdue. Assise dans un grand fauteuil moiré, elle pose de trois quarts, une main appuyée sur une harpe, l’autre le long de son cou. Il émane de cette figure de femme, vêtue d’une robe plissée de mousseline blanche, une certaine sensualité. Seul le ciel menaçant, au fond du tableau, annonce le drame à venir. Ce portrait bourgeois, au style très sage, contraste avec les témoignages de l’époque.

En effet, Maria Malibran possédait d’extraordinaires dons dramatiques, une gestuelle d’une hardiesse inouïe et un chant presque « expressionniste » pour l’époque. C’est dans le rôle de Desdemona qu’elle obtint ses plus grands succès grâce à une interprétation spontanée et extravertie du personnage. La critique décrit une version inédite de l’héroïne, extrêmement émouvante dans ce rôle passionné de jeune femme désespérée. Sa fougue, sa passion, ses élans de génie remuèrent les cœurs et mirent les auditeurs du Théâtre-Italien en pleurs. Elle avait ainsi profondément marqué les esprits dans ce rôle où, selon Alfred de Musset, « elle s’abandonnait à tous les mouvements, à tous les gestes, à tous les moyens possibles de rendre sa pensée : elle riait, elle pleurait, se frappait le front, se décoiffait ; tout cela sans songer au parterre ; mais, du moins, elle était vraie. Ces pleurs, ces rires, ces cheveux déroulés, étaient à elle, et ce n’était pas pour imiter telle ou telle actrice qu’elle se jetait par terre dans Otello ».

  Interprétation

Maria Malibran incarne l’essence de la diva romantique. C’est sous la Restauration puis la monarchie de Juillet, dans une atmosphère de spectacles fiévreuse et enthousiaste, que se situe la source de ce mythe qui, en l’espace de dix ans, se développera et connaîtra même un véritable apogée. Les Parisiens d’alors eurent en effet la chance d’en vivre les prémices, la naissance et déjà l’apothéose. Ce qui n’était que perfection auparavant allait devenir sublimation avec la nouvelle génération d’artistes que le Théâtre-Italien devait offrir aux Parisiens autour de 1830. C’est avec ces nouvelles cantatrices, et en particulier Maria Malibran, que s’affirmera le terme italien diva, composante du nouveau lexique importé de la mère patrie du bel canto, l’Italie. Le culte de la diva impose des critères de charisme et de beauté auxquels les artistes précédentes n’avaient pas eu à répondre. Le public parisien découvre à cette époque un nouveau genre de cantatrice, dotée d’un physique agréable, de ressources vocales exceptionnelles et d’un talent de tragédienne affirmé. On retrouve dans le personnage de Consuelo, du roman de George Sand (1854), une large part de l’imaginaire romantique de la diva.

Les circonstances dans lesquelles Maria Malibran mourut ont également nourri le mythe de cette cantatrice fascinante, premier modèle de l’artiste romantique qui s’est sacrifiée sur les planches. En 1836 – elle avait alors vingt-huit ans –, elle tomba de cheval, mais, occultant sa douleur, elle réussit à chanter le soir de sa terrible chute. Engagée au festival de Manchester, elle s’y rendit malgré ses souffrances et agonisa pendant neuf jours tout en continuant à se produire en concert avant d’expirer. Cette mort plongea le monde des mélomanes dans la consternation et inspira à Musset ses célèbres Stances à la Malibran.

Le modèle interprétatif de la Malibran, sur le plan théâtral comme vocal, a pleinement contribué à une vraie réforme de l’opéra. Elle substitua au néoclassicisme impérial des premiers chanteurs du XIXe siècle une esthétique neuve, adhérant au sentiment enflammé du temps. De par l’ampleur de son répertoire et l’impact qu’elle eut sur sa génération, on peut dire qu’elle fut l’une des premières divas de l’histoire de la musique.

Auteur : Catherine AUTHIER


Bibliographie

  • Remo GIAZOTTO, Maria Malibran (1808-1836). Una vita nei nomi di Rossini et Bellini, Turin, 1986.
  • Carmen de REPARAZ, Maria Malibran. La Diva romantique, Paris, Perrin, 1976.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page