Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image

Albums liés

Musique,Opéra,Théatre... (29 études)

Frontispice d'un recueil de musique.
Frontispice d'un recueil de musique.
Henri FANTIN-LATOUR

Le théâtre (13 études)

Ophélie.
Ophélie.
Auguste PREAULT

Découvrez aussi

La naissance du vedettariat

Sarah Bernhardt.
Sarah Bernhardt.
Georges-Jules-Victor CLAIRIN

Jacques Offenbach, le XIXe siècle en musique

Jacques Offenbach.
Jacques Offenbach.
NADAR (Gaspard Félix TOURNACHON, dit)

Portrait du jeune Trioson

Portrait du jeune Trioson.
Portrait du jeune Trioson.
Anne Louis GIRODET DE ROUCY TRIOSON

Le médailler dit « de Mérovée »

Médailler dit « de Mérovée ».
Médailler dit « de Mérovée ».
Emmanuel FREMIET

Le mobilier urbain, un symbole de Paris

La colonne Morris.
La colonne Morris.
Jean BERAUD

Un théâtre du Boulevard à la Belle Epoque

Le boulevard des Capucines devant le Théâtre du Vaudeville.
Le boulevard des Capucines devant le Théâtre du Vaudeville.
Jean BERAUD

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke en 1855.
Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke en 1855.
François BIARD

Portrait du Prince impérial

Portrait du Prince impérial.
Portrait du Prince impérial.
Jules LEFEBVRE

Portrait du comte de Nieuwerkerke

Portrait du comte Emilien de Nieuwerkerke.
Portrait du comte Emilien de Nieuwerkerke.
Mathilde BONAPARTE, dite Princesse Mathilde

Les loges au théâtre

L'effet du mélodrame.
L'effet du mélodrame.
Louis Léopold BOILLY

Une grande actrice sous le Second Empire

commentaires 0 commentaire commentaires
Mademoiselle Madeleine Brohan de la Comédie Française.

© Photo RMN-Grand Palais - T. Le Mage

Agrandissement - Zoom

Titre : Mademoiselle Madeleine Brohan de la Comédie Française.

Auteur : Paul-Jacques-Aimé BAUDRY (1828-1886)
Date de création : 1860
Date représentée : 1860
Dimensions : Hauteur 107 cm - Largeur 58 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 03-007173 / RF1279

  Contexte historique

Une reine de la « fête impériale »

Resté dans la mémoire collective comme une époque de plaisirs (la « fête impériale »), le Second Empire est en effet une période de prospérité pour les théâtres parisiens dont les recettes battent des records lors des deux Expositions universelles (1855 et 1867). Si Offenbach et Labiche triomphent sur les scènes privées (dites alors « secondaires »), le régime maintient, pour des raisons de prestige, la qualité des spectacles proposés par les théâtres officiels (Comédie-Française, Odéon, Opéra, Opéra-Comique). Dirigée par Arsène Houssaye puis par le baron Empis et enfin par Édouard Thierry, gestionnaire remarquable, la Comédie-Française a certes du mal à surmonter le décès (en 1858) de la tragédienne Rachel, mais elle réunit une troupe d’une valeur exceptionnelle où se mêlent talents confirmés (Samson, Régnier, Mlle Plessy) et jeunes acteurs (Bressant, Coquelin aîné, Mlle Favart). Parmi ces derniers, Madeleine Brohan (1833-1900) est sans doute celle dont les débuts sont les plus spectaculaires. Premier Prix de comédie au Conservatoire à 16 ans, elle débute en octobre 1850 dans Les Contes de la reine de Navarre, une comédie écrite pour elle par Eugène Scribe. Théophile Gautier voit en elle « la beauté crue comme un fruit vert ». Sociétaire dès 1852, elle crée Marianne dans Les Caprices de Marianne et joue Marivaux et Molière (Célimène, Elmire, Philaminte). Elle connaît un grand succès à la fin de sa carrière, en 1881 Dans le monde où l’on s’ennuie d’Édouard Pailleron. Retirée en 1885, elle meurt en 1900.

  Analyse de l'image

Un souci de respectabilité

Assise dans un grand fauteuil, Madeleine Brohan contemple de trois quarts le spectateur. Alors que sa main droite tient un livre fermé (peut-être un volume de Molière), sa main gauche est gracieusement appuyée sur sa joue. Sa robe sombre est relevée par de fines dentelles et par une broche élégante placée au bas du décolleté. Les boiseries qui forment le fond neutre du tableau contribuent à fixer l’attention du spectateur sur le visage de l’actrice, dont Baudry sait rendre tout le charme. Futur décorateur du foyer de l’Opéra, tâche que lui confie Charles Garnier en 1865 (dix ans avant l’achèvement du bâtiment), Baudry manifeste ici sa capacité à mettre en scène les séductions du théâtre tout en respectant les convenances bourgeoises. Madeleine Brohan est présentée en tenue de ville, et seuls le négligé étudié de sa pose et le livre qu’elle tient suggèrent discrètement son état de comédienne. Ce parti pris de sobriété permet à Baudry de concentrer son art sur la beauté de son modèle, alors âgée de 27 ans et déjà sujette à un début d’embonpoint qui ne va pas tarder à l’obliger à renoncer aux rôles de jeunes premières.

  Interprétation

Une carrière de comédienne à la Comédie-Française

Madeleine Brohan est assez représentative de ce qu’est une comédienne de la Comédie-Française au milieu du XIXe siècle. Comme beaucoup de ses camarades, elle est issue d’une famille d’artistes. Sa mère, Suzanne Brohan (1807-1887), avait joué à l’Odéon, au Vaudeville et à la Comédie-Française, et s’était retirée dès 1842. Sa sœur, Augustine Brohan (1824-1893), était également actrice. Sociétaire de la Comédie-Française à l’âge de 19 ans, elle joua à merveille les rôles de soubrettes (par exemple Dorine et Toinette) jusqu’en 1868 ; elle était connue (et redoutée) pour son esprit mordant. Madeleine est donc la troisième des « trois Brohan ». Elle doit sa fulgurante renommée sans doute d’abord plus à son éclatante beauté qu’à son talent, bien réel cependant. Son triomphe dans Les Contes de la reine de Navarre en fait en tout cas la maîtresse du prince-président, futur Napoléon III, ce qui sert sa carrière. En 1853, elle s’éprend d’un agent de change, Mario Uchard (1824-1893). Lassée de son mari, elle part jouer au Théâtre français de Saint-Pétersbourg. Uchard se venge en faisant représenter en mars 1857, avec un grand succès, La Fiammina, une comédie où il raconte son infortune. Après son retour à la Comédie-Française dès 1858, Madeleine Brohan doit lutter contre diverses affections, fréquentes chez les comédiennes du XIXe siècle : problèmes de voix (une laryngite l’oblige à garder un mutisme complet durant six mois) et perte de rôles à cause d’un surpoids récurrent. Trop confiante en sa beauté, en outre, elle ne travaille pas assez ses rôles et son indolence l’empêche d’obtenir des créations la mettant en valeur. Elle est devancée à la fois par des actrices plus expérimentées (Mlle Plessy, de quatorze ans son aînée) et plus jeune (Sophie Croizette, sa cadette de quinze ans). Sa carrière est il est vrai quelque peu relancée quand elle accepte de renoncer aux rôles de jeune première pour aborder ce qu’on appelle alors les « rôles marqués ». C’est toutefois le portrait d’une actrice ayant déjà le meilleur de sa carrière derrière elle que peint Baudry en 1860.

Auteur : Jean-Claude YON


Bibliographie

  • Catalogue de l’exposition La Comédie-Française : 1680-1980, Paris, Bibliothèque nationale, 1980.
  • Paul GAULOT, Les Trois Brohan, Paris, Librairie Félix Alcan, 1930.
  • Anne MARTIN-FUGIER, Comédienne. De Mlle Mars à Sarah Bernhardt., Paris, Le Seuil, 2001.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page