Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

la République (69 études)


" Carte de France divisée en 98 départements… par Belleyme ingénieur géographe. An VI ".

La Terreur (6 études)

Boissy d’Anglas salue la tête du député Féraud à la Convention nationale, 20 mai 1795
Boissy d’Anglas salue la tête du député Féraud à la Convention nationale, 20 mai 1795
Jean-Auguste TELLIER

Découvrez aussi

Thermidor et l'imaginaire de la Terreur

Les formes acerbes.
Les formes acerbes.
Charles Pierre Jospeh NORMAND

Les signataires du serment du Jeu de paume

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Jacques-Louis DAVID

Alexandre Lenoir, le grand défenseur du patrimoine

Portrait d’Alexandre Lenoir
Portrait d’Alexandre Lenoir
Pierre-Maximilien DELAFONTAINE

Appel des dernières victimes de la Terreur à la prison Saint Lazare

Appel des dernières victimes de la Terreur à la prison Saint Lazare à Paris les 7-9 Thermidor an II.
Appel des dernières victimes de la Terreur à la prison Saint Lazare à Paris les 7-9 Thermidor an II.
Charles-Louis MULLER

Séance du 9 Thermidor

Séance du 9 Thermidor.
Séance du 9 Thermidor.
Raymond-Quinsac MONVOISIN

Un symbole pour la Première République

Figure allégorique de la République.
Figure allégorique de la République.
Antoine-Jean GROS

Le matin du 10 thermidor an II

commentaires 10 commentaires commentaires
Le matin du 10 thermidor an II.

© Musée de la Révolution française, Vizille, Photo RMN-Grand Palais - M. Bellot

Agrandissement - Zoom

Titre : Le matin du 10 thermidor an II.

Auteur : Lucien-Étienne MELINGUE (1841-1889)
Date de création : 1877
Date représentée : 28 juillet 1794
Dimensions : Hauteur 74 cm - Largeur 100 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
10 thermidor an II - 26 juillet 1794
Lieu de Conservation : Musée de la Révolution française, Vizille (Vizille) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web

  Contexte historique

Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), Robespierre, devant la Convention, est empêché de s’exprimer. L’Assemblée l’accuse de conspirer et le traite de tyran. Il est bientôt décrété d’accusation ainsi que Saint-Just, Couthon, Lebas et Augustin Robespierre, son frère cadet. Arrêtés, ils sont conduits dans une salle du Comité de sûreté générale, puis incarcérés. La Commune de Paris les délivre mais Robespierre refuse de prendre la direction de l’insurrection naissante. La Convention réagit et nomme Barras à la tête d’un commandement militaire qui pénètre sans véritable résistance dans l’Hôtel de Ville. Le futur directeur y trouve Augustin, Saint-Just, Lebas, Couthon et Robespierre, la mâchoire brisée. Arrêtés, emprisonnés, jugés hâtivement, ils sont menés place de la Révolution et guillotinés.

  Analyse de l'image

Robespierre gît au centre du tableau sur une table de l’antichambre du Comité de salut public. Ses vêtements et sa mâchoire ensanglantés attestent du coup de pistolet qui, dans la salle du Conseil général de la Commune, quelques heures auparavant, a failli lui coûter la vie, mais dont l’auteur (Robespierre lui-même ? le gendarme Méda ?) reste, encore de nos jours, une énigme. Assis derrière lui, sur la droite du tableau, vêtus de leurs habits de conventionnels, Augustin Robespierre et Saint-Just attendent leur exécution. Anxieux, ils ne semblent toutefois pas s’inquiéter de leur propre sort, scellé tragiquement depuis la veille, mais de l’état de santé et des souffrances de leur frère et ami. Autour de l’Incorruptible divers soldats s’agitent, conversent, à la fois intrigués et fascinés par le personnage étendu non loin d’eux et par la page d’histoire qui est en train de s’écrire sous leurs yeux. Leurs postures, leurs regards, le drap posé sur la table et ne la recouvrant que partiellement, les papiers épars sur le sol, le brancard qui a servi à transporter Robespierre, les soldats dans l’arrière-plan, tout indique l’atmosphère agitée de l’instant, mais aussi le trouble d’une nuit indécise, les décisions prises à la hâte, deux jours de passions et d’imprécations qui contrastent avec l’attitude digne, mais profondément humaine, d’Augustin Robespierre et de Saint-Just. Livide, allongé, meurtri, placé au centre de la composition, tâche claire dans un environnement sombre, Robespierre semble avoir déjà renoncé à la vie et à la frénésie révolutionnaire. Autour de lui ses proches, mais également ceux qui viennent de l'abattre ou qui sont en charge de le surveiller, assistent à ses derniers instants, probablement conscients de l'importance des événements qui viennent de se dérouler.

  Interprétation

Inspiré par l’histoire de France, Lucien-Étienne Melingue a composé sous la IIIe République plusieurs scènes ayant trait aux événements révolutionnaires. Exécuté vers 1877, Le Matin du 10 thermidor an II rend compte d’une page centrale de l’histoire de la Révolution française très largement couverte par l’historiographie. Ainsi, on relève en 1876, un ouvrage de C. d’Héricault intitulé La Révolution du 9 Thermidor, largement défavorable à Robespierre. La composition de Melingue est beaucoup plus nuancée. Influencée par les gravures de l’époque, en particulier celles des Tableaux historiques de la Révolution française, elle propose une scène réaliste qui malgré ses accents lyriques et dramatiques évite de tomber dans le pathos. Tous les personnages semblent contempler Robespierre et ceux qui détournent leur regard s'y intéressent toutefois par la parole. Le personnage même moribond continue de fasciner. Enfin, la table de la Déclaration des Droits de l'Homme partiellement visible sur le mur peut être interprétée soit comme un indicateur réaliste, soit comme une flèche en direction des excès de la Terreur, soit, au contraire, comme une dénonciation de l'événement.

Auteur : Pascal DUPUY


Bibliographie

  • Fançoise BRUNEL, Thermidor, la chute de Robespierre, Paris, Complexe, 1989.

Commentaires

ce tableau marque la fin de la terreur
joel
Par joel le 18/11/11 à 15h54 - #348
on peut considere ce tableau comme la suite du tableau du 9 thermidor
marc
Par marc le 22/11/11 à 10h40 - #350
qui est l'homme sur la table?
POLE
Par POLE le 22/11/11 à 10h44 - #351
mais c'est Robespierre
Petit inculte!!!!
joel
Par joel le 22/11/11 à 10h45 - #352
c'est Robespierre (marqué dans le texte)
marc
Par marc le 22/11/11 à 10h48 - #353
on remarque des sans-cullotes
marc
Par marc le 22/11/11 à 10h49 - #354
Robespierre semble perdu mais pourquoi???
marc
Par marc le 22/11/11 à 10h50 - #356
il va être guillotinés
joel
Par joel le 22/11/11 à 10h57 - #358
Robespierre est à moitié mort sur ce tableau
joel
Par joel le 22/11/11 à 11h09 - #359
il a la mâchoire brisée
joel
Par joel le 22/11/11 à 11h13 - #360

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page