Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Vie paysanne (11 études)

Un vanneur.
Un vanneur.
Jean-François MILLET

La Normandie (14 études)

Projet d’un port militaire à Etretat.
Projet d’un port militaire à Etretat.
LAPEYRE

Découvrez aussi

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

L'Hôtel des Roches Noires, Trouville.
L'Hôtel des Roches Noires, Trouville.
Claude MONET

Les paysans vus par la Troisième République

La paye des moissonneurs.
La paye des moissonneurs.
Léon-Augustin LHERMITTE

La formation des départements

Châssis figuratif du territoire de la France partagé en divisions égales entre elles…
Châssis figuratif du territoire de la France partagé en divisions égales entre elles…

La construction du folklore français

Femmes en costume
Femmes en costume
François-Hippolyte LALAISSE

Cultes et coutumes religieuses dans la France rurale du XIXe siècle

Bénédiction des blés en Artois.
Bénédiction des blés en Artois.
Jules BRETON

Les citadins à la campagne

Les coquelicots.
Les coquelicots.
Claude MONET

Les cribleuses de blé

Les cribleuses de blé.
Les cribleuses de blé.
Gustave COURBET

Le bal de la liberté

Fête du 14-Juillet à Cherbourg.
Fête du 14-Juillet à Cherbourg.

L'évolution de l'image du paysan

La méridienne ou La sieste.
La méridienne ou La sieste.
Vincent VAN GOGH

Greuze et la peinture morale

Un mariage, et l'instant où le père de l'accordée délivre la dot à son gendre, dit L'Accordée de village.
Un mariage, et l'instant où le père de l'accordée délivre la dot à son gendre, dit L'Accordée de village.
Jean-Baptiste GREUZE

Une ferme sous le Second Empire

commentaires 0 commentaire commentaires
Cour de ferme en Normandie.

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Cour de ferme en Normandie.

Auteur : Claude MONET (1840-1926)
Date de création : 1864
Dimensions : Hauteur 65 cm - Largeur 81.3 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 94DE18582/RF 3703

  Contexte historique

Sous le Second Empire, l’économie rurale connaît son âge d’or. Cette période de prospérité profite aux fermiers petits et moyens qui peuplent le Bocage. Le « bocage » désigne une structure agraire originale, dans laquelle la propriété, souvent en herbages, est entourée de clôtures ou de haies vives ; les régions bocagères sont pour la plupart des pays humides et d’habitat dispersé, où le bois est omniprésent, comme la Bretagne, la Vendée, l’Anjou, le Maine, le bas Poitou et la Normandie. La clôture s’oppose au système de la vaine pâture et aux traditions de travail en commun qu’on trouve en pays d’openfield, dans la mesure où « clôturer, c’est se soustraire à la communauté » (G. DUBY, A. WALLON, sous la direction de, Histoire de la France rurale, t. III, « Apogée et crise de la civilisation paysanne, 1789-1914 », Seuil, 1976, p. 267).

  Analyse de l'image

Cette ferme verdoyante a presque toutes les caractéristiques de l’habitation cauchoise typique, avec sa cour ouverte plantée de pommiers, sa mare en contrebas, ses bâtiments d’exploitation et ses haies. Le vert de la toile révèle une herbe grasse, bonne à brouter ; le ciel blanc qui s’ouvre au-dessus des frondaisons viendra bientôt remplir d’eau de pluie la mare. C’est aujourd’hui un jour ordinaire : le fermier est allé puiser de l’eau avec son fils, tandis que les animaux se nourrissent tranquillement dans l’enclos : toute la surface a été cédée aux bêtes. Le terrain est occupé à gauche par une maison de pierre et une autre, plus au fond, en colombage à poutres horizontales. Le toit, en chaume, est périssable et extrêmement dangereux en cas d’incendie.

  Interprétation

Ce tableau offre un témoignage précieux sur la vie quotidienne des paysans dans le bocage normand. Ce dernier, mis en place au cours du XVIe siècle (comme en Angleterre où le mouvement des enclosures s’affirme sous Elisabeth Ire), se consolide au XIXe siècle lorsque les régions des massifs anciens se spécialisent dans l’élevage sous l’effet de l’accroissement de la demande urbaine. Le Calvados compte 200 000 bovins au début de la monarchie de Juillet, pour atteindre son maximum vers 1866. Mais, fondamentalement, la région pratique une polyculture traditionnelle : comme dans cette ferme, les paysans normands entretiennent des prairies pour y élever leurs bovins et leurs animaux de basse-cour, lesquels alimentent l’autoconsommation et un petit commerce de lait, d’œufs et de fromages. Le bocage implique donc à la fois un système d’exploitation et un mode de vie. La toile de Monet en perpétue le souvenir, à l’heure où, dans l’Ouest français, les haies disparaissent, les fossés sont comblés et les talus arasés.

Auteur : Ivan JABLONKA


Bibliographie

  • Gabriel DESERT, Une société rurale au XIXe siècle. Les paysans du Calvados, 1815-1895, New York, Arno Press, 1977.
  • Pierre FRANCASTEL, L’Impressionnisme, Paris, Denoël-Gonthier, coll. « Bibliothèque Médiations », 1974.
  • Jean-Luc MAYAUD, La Petite Exploitation rurale triomphante. France, XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.
  • Jules SION, Les Paysans de la Normandie orientale, Paris, A. Colin, 1909.
  • Jean-René TROCHET, Aux origines de la France rurale. Outils, pays et paysages, Paris, Editions du CNRS, coll. « Mémoires et documents de géographie », 1993.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page