Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

HUGO (26 études)

Bataille d'Austerlitz.
Bataille d'Austerlitz.
François GERARD

Quelques grandes figures de la Révolution (13 études)

Les derniers Montagnards.
Les derniers Montagnards.
Charles RONOT

Découvrez aussi

Le serment du Jeu de paume, 20 juin 1789

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Jacques-Louis DAVID

Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué

Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué.
Crédit est mort, les mauvais payeurs l'ont tué.
François GEORGIN

L'exécution de Marie-Antoinette

Marie-Antoinette conduite à son exécution le 16 octobre 1793.
Marie-Antoinette conduite à son exécution le 16 octobre 1793.
William HAMILTON

Le coup d'Etat du 18 brumaire

Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799.
Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799.
François BOUCHOT

Les martyrs de prairial

Les derniers Montagnards.
Les derniers Montagnards.
Charles RONOT

Marat, pamphlétaire et théoricien de la révolution

Journal de la République française, par Marat, L’Ami du peuple,… n° 86. Vendredi 28 décembre 1792.
Journal de la République française, par Marat, L’Ami du peuple,… n° 86. Vendredi 28 décembre 1792.

La mort de Bara

Mort de Joseph Bara.
Mort de Joseph Bara.
Jacques-Louis DAVID

Louis XVI en roi citoyen

Louis XVI, roi de France (1754-1793).
Louis XVI, roi de France (1754-1793).
Jean-Baptiste-François CARTEAUX

L'assassinat du duc de Berry

Les derniers moments du duc de Berry dans la salle de l'ancien opéra.
Les derniers moments du duc de Berry dans la salle de l'ancien opéra.
Alexandre MENJAUD

Jacques Cathelineau, général vendéen

Jacques Cathelineau (1759-1793), généralissime vendéen.
Jacques Cathelineau (1759-1793), généralissime vendéen.
Anne Louis GIRODET DE ROUCY TRIOSON

Marat, martyr de la Révolution

commentaires 7 commentaires commentaires
Marat assassiné, 13 juillet 1793.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot / C. Jean

Agrandissement - Zoom

Titre : Marat assassiné, 13 juillet 1793.

Auteur : Jacques-Louis DAVID (1748-1825)
Date de création : 1793
Date représentée : 13 juillet 1793
Dimensions : Hauteur 157 cm - Largeur 136 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile.
Copie exécutée par Gioacchino Giuseppe Serangelid ans l'atelier de David d'après un original conservé au musée de Bruxelles
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 88EE1965 /RF 1945-2

  Contexte historique

Jean-Paul Marat est l’une des figures emblématiques de la Révolution dont il incarne l’ « extrême gauche ». Sa célèbre phrase « rien de superflu ne saurait appartenir légitimement, tandis que d’autres manquent du nécessaire » traduit le fond de sa pensée sociale. Dès 1789, Marat élabora un projet de monarchie constitutionnelle. Mais c’est surtout son activité journalistique qui le rendit célèbre : sous le nom de « l’ami du peuple » (titre du journal qui succéda au Publiciste parisien, puis surnom personnel de Marat), il mena son combat politique contre le roi puis contre les girondins. Accusé par ces derniers le 14 avril 1793, triomphalement acquitté par le tribunal révolutionnaire le 24 avril, Marat reprit son siège à l’Assemblée nationale. Le 13 juillet 1793, alors qu’il prenait un bain pour soigner son eczéma, il fut assassiné par Charlotte Corday, lointaine descendante du poète Corneille, liée au milieu des girondins.

  Analyse de l'image

Le 14 juillet 1793, au lendemain de la mort de Marat, Guirault, porte-parole de la section du Contrat social, demanda au peintre David d’immortaliser Marat : « O crime ! une main parricide nous a ravi le plus intrépide défenseur du peuple. Il s’est constamment sacrifié pour la liberté. Voilà son forfait. [...] Où es-tu David ? Tu as transmis à la postérité l’image de Lepelletier, mourant pour la Patrie, il te reste un tableau à faire ! » David accepta cet hommage et fut aussi chargé de la mise en scène des funérailles de Marat : « Il a été arrêté que son corps serait exposé couvert d’un drap mouillé qui représenterait la baignoire et qui, arrosé de temps en temps, empêcherait l’effet de putréfaction. » Telle fut la mise en scène de l’exposition publique du corps de Marat, torse nu, montrant sa blessure mortelle. La baignoire, l’encrier et le billet étaient exposés au bas du piédestal. Ce sont ces éléments que l’on retrouve dans la composition de David.

  Interprétation

Symbole de la passion de l’ami du peuple, cette composition de David (réalisée pour être exposée à la Convention ainsi que le portrait aujourd’hui disparu de Le Peletier de Saint-Fargeau) sacralise le martyre révolutionnaire. Le drap reprisé, le sang versé, la densité spirituelle émanant de cette sorte de « pietà républicaine », tout concourt à provoquer chez le spectateur, en l’occurrence les représentants du peuple, une catharsis où le sens de la vertu et de l’honneur prend sa source dans la nouvelle Rome républicaine héritière de Caton.

Offert par David le 14 novembre 1793 à la Convention, le tableau original fut exposé dans la salle d’assemblée avec celui de Le Peletier, de part et d’autre de la tribune du président. C’est sa force politique qui le fit déposer le 9 février 1795 : la Révolution, en pleine réaction bourgeoise, ne pouvait plus supporter la présence d’un tel manifeste d’héroïsme et d’abnégation. « Il y a dans cette œuvre, écrira Baudelaire en 1846, quelque chose de tendre et de poignant à la fois ; [...] Cette peinture était un don à la patrie éplorée, et nos larmes ne sont pas dangereuses. »

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS


Bibliographie

  • Jean-Claude BONNET (dir.), La Mort de Marat, Paris, Flammarion, 1986.
  • Olivier COQUART, Marat, Paris, Fayard, 1993.
  • « Marat » in Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion 1988, rééd. coll. « Champs », 1992.
  • Collectif, La Révolution française et l’Europe 1789-1799, catalogue de l’exposition, Paris, RMN, 1989.
  • Collectif, Catal. expo. De David à Delacroix, Paris, Grand Palais, 1974-1975.

Commentaires

Encore un qui pourrait faire partie de la liste des criminels de guerre ?
lemjjust
Par lemjjust le 21/06/11 à 06h28 - #236
Quels sont les liens/rapports entre Jacques Louis David et Marat.
mariane
Par mariane le 28/12/12 à 13h46 - #1112
merci
nicolas g
Par nicolas g le 31/12/12 à 12h31 - #1117
Merci!
Bôgosse
Par Bôgosse le 24/04/13 à 15h22 - #1490
pour repondre a ta question marianne ils étais tres amis
bestlulu
Par bestlulu le 29/01/14 à 13h35 - #2036
Quels sont les liens entre le tableau et la littérature ??
Carla
Par Carla le 11/03/14 à 19h47 - #2186
Pouvez-vous préciser ce qui est concrètement marqué sur la feuille dans la main gauche de Marat?

Merci
AlyMonfared
Par AlyMonfared le 07/06/14 à 02h08 - #2465

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page