Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

L'activité portuaire dans la seconde moitié du XIXe siècle (5 études)

Le port de Bordeaux.
Le port de Bordeaux.
Eugène-Louis BOUDIN

Découvrez aussi

Le port de Bordeaux

Le port de Bordeaux.
Le port de Bordeaux.
Eugène-Louis BOUDIN

Paris : le port de l'Hôtel de ville

Paris, scène de marché au port de l'Hôtel de Ville.
Paris, scène de marché au port de l'Hôtel de Ville.
Charles NÈGRE

L'impressionnisme de Jean Renoir

Tournage du film de Jean Renoir
Tournage du film de Jean Renoir "Une partie de campagne".
Eli LOTAR

Allégorie du Retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines

Allégorie du retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines.
Allégorie du retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines.
Louis-Philippe CREPIN

La sidérurgie en Allemagne

La Forge (Cyclopes modernes).
La Forge (Cyclopes modernes).
Adolf Friedrich Erdmann von MENZEL

Le port du Havre

commentaires 0 commentaire commentaires
Le Port du Havre, bassin de la Barre.

© Photo RMN-Grand Palais - J.-G. Berizzi

Agrandissement - Zoom

Titre : Le Port du Havre, bassin de la Barre.

Auteur : Eugène-Louis BOUDIN (1824-1898)
Date de création : 1888
Date représentée : 1888
Dimensions : Hauteur 32 cm - Largeur 41 cm
Technique et autres indications : Huile sur bois parqueté.
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-010310 / RF1978-19

  Contexte historique

La première mondialisation

La diffusion du modèle industriel britannique vers l’Europe du Nord-Ouest et les États-Unis d’une part, l’exploitation des empires coloniaux de l’autre, concourent dans la seconde moitié du XIXe siècle à une explosion des échanges souvent qualifiée de « première mondialisation ». Le second Empire l’a confortée en conduisant une politique économique de libre-échange. Cette dynamique conduit les grands ports de l’Hexagone à développer leurs infrastructures portuaires et industrielles. Sous l’Empire puis la IIIe République, Le Havre, en particulier, connaît alors un véritable âge d’or lié à la croissance mondiale générale. Eugène Boudin, qui avouait ne pas goûter l’activité frénétique des quais et docks, propose ici une vision calme d’un port qui s’est hissé dans les premiers rangs européens. Natif de Honfleur, spécialiste avec Jongkind des marines et inspirateur des impressionnistes, il peint au Havre à peu près continûment de 1885 à 1889.

  Analyse de l'image

Un témoignage de « l’esprit d’esquisse »

En 1888, Eugène Boudin entreprend, sans doute sous l’influence que les impressionnistes ont sur lui en retour, de « rajeunir sa peinture ». La lumière notamment se fait plus abondante. Il s’efforce, dit-il alors, de ne plus « fignoler », et ajoute « je fais tout mon possible pour laisser à ma peinture l’aspect de l’esquisse ». Une ambiance lumineuse règne sur le bassin de la Barre (ouvert en 1820), situé non loin du centre-ville. Boudin le saisit dans sa longueur, vu depuis le quai sud. Sur la droite apparaissent les docks du quai Lamande, aux hautes structures verticales caractéristiques des constructions réalisées au XIXe siècle dans les grands ports comme Marseille ou Hambourg. Isolé au fond se dresse celui du quai de Rotterdam, tandis que plus loin se devinent les gréements des bâtiments mouillés dans le bassin Vauban. De part et d’autre sont amarrés des sloops, voiliers de pêche hauturière, au bastingage blanc. La carcasse métallique en « V » d’une grue à gauche et les trois barques naviguant au centre se détachent en sombre sur les éléments clairs.

  Interprétation

1852-1914, la plus grande ville de Normandie, le deuxième port de France

Le Havre fait partie de ces ports qui ont bénéficié du basculement des échanges de la Méditerranée vers l’Atlantique. S’il conserve une activité de pêche comme le montre Eugène Boudin, ce port du grand large, privilégié en cela par rapport à Rouen, devient un pôle de départ et d’arrivée de nombreuses denrées. Les émigrants vers l’Amérique y gagnent des jours de mer sur Gênes ou Hambourg. Les flux de produits chers mais de faible poids alimentent un grand marché international spécialisé dans les denrées tropicales. Les négociants les font venir du monde entier pour les redistribuer, par cabotage et bientôt par le fer, dans toute la France et en Europe. La nécessité d’entreposer et de conserver cet amoncellement de marchandises justifie la création de bâtiments spécifiques, les docks. De façon concomitante et habituelle pour l’âge industriel, la ville croît en superficie et en population (20 000 Havrais en 1800, 120 000 en 1890) puis se dote d’installations industrielles articulées au port telles que les chantiers navals.

Auteur : Bernard COLOMB


Bibliographie

  • Alain BELTRAN et Pascal GRISET, La Croissance économique de la France, 1815-1914, Paris, Armand Colin, 1994.
  • André CORVISIER (dir.), Histoire du Havre et de l’estuaire de la Seine, Toulouse, Privat, 1987.
  • Marie-Françoise COUVEHNES, Les Messageries maritimes, l’essor d’une grande compagnie de navigation française, 1851-1894, Paris, P.U.P.S., 2007.
  • Georges DUBY (dir.), Histoire de la France urbaine, tome IV, « La ville de l’âge industriel », par Maurice AGULHON, Françoise CHOAY, Maurice CRUBELLIER, Yves LEQUIN et Marcel RONCAYOLO, Paris, Le Seuil, 1983, rééd. coll. « Points Histoire », 1998.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page