Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

les grandes phases de la révolution (57 études)

Brevet de volontaire de la garde nationale.
Brevet de volontaire de la garde nationale.

Révolution (34 études)

Acte d’accusation du procès de Marie-Antoinette devant le Tribunal révolutionnaire.
Acte d’accusation du procès de Marie-Antoinette devant le Tribunal révolutionnaire.

Découvrez aussi

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, au milieu des rois législateurs et des jurisconsultes français,<br />reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle.
La France, au milieu des rois législateurs et des jurisconsultes français,
reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle.
Merry Joseph BLONDEL

L'arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789

Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launaye, le 14 juillet 1789.
Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launaye, le 14 juillet 1789.
Jean-Baptiste LALLEMAND

La révolte des canuts

Les événements de Lyon, 22 novembre 1831. Combat du Pont Morand.
Les événements de Lyon, 22 novembre 1831. Combat du Pont Morand.

L'intervention des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale

Quatre soldats - un Français, un Anglais, un Italien et un Américain - avec la statue de la Liberté
Quatre soldats - un Français, un Anglais, un Italien et un Américain - avec la statue de la Liberté
Lucien JONAS

La Charge

La Charge.
La Charge.
André DEVAMBEZ

La fête de la Fédération

La fête de la Fédération.
La fête de la Fédération.
Charles MONNET

Napoléon et sa légitimité de guerrier

Serment de l'armée fait à l'empereur après la distribution des Aigles au Champs de Mars.
Serment de l'armée fait à l'empereur après la distribution des Aigles au Champs de Mars.
Jacques-Louis DAVID

L'allégorie sous le Consulat

L’Hercule Français.
L’Hercule Français.
Philippe Auguste HENNEQUIN

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen


"Motion de M. le marquis de La Fayete relativement à la Déclaration des droits de l'homme"

La défaite de l'Empire

La Barrière de Clichy. Défense de Paris, le 30 mars 1814.
La Barrière de Clichy. Défense de Paris, le 30 mars 1814.
Horace VERNET

Brevet de volontaire de la garde nationale

commentaires 0 commentaire commentaires
Brevet de volontaire de la garde nationale.

© Archives départementales de l'Esssonne - Photo Y. Morelle

Agrandissement - Zoom

Titre : Brevet de volontaire de la garde nationale.

Date de création : 1789
Date représentée : 1790
Dimensions : Hauteur 25.5 cm - Largeur 34 cm
Technique et autres indications : Gravure, à l’eau-forte et au burin.
Lieu de Conservation : Archives départementales de l'Essonne (Chamarande) ; site web
Contact copyright : Archives départementales de l’Essonne. Rue du Commandant Arnoux. 91730 Chamarande. Tél : 01 69 27 14 14.
Télécopie : 01 60 82 32 12
Référence de l'image : AD Essonne 79J57

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n’assure que la police intérieure, se borne à imposer le respect des lois et l’ordre public. Les gardes nationales poursuivent ainsi la tradition des milices bourgeoises de l’Ancien régime et conserveront ce rôle de garde civile jusqu’à leur suppression en 1871.

Loin d'être un soldat de métier, le détenteur de ce brevet, Mathurin Auboin, est un gros fermier du village de Wissous, au sud de Paris. Dans sa fierté de servir dans la garde nationale, il fait figurer sur son brevet le nom de son village, de préférence à la localité de rattachement de son bataillon ( un bataillon rassemblait 800 hommes).

  Analyse de l'image

La symbolique des débuts de la Révolution

Destiné à l’identification d’un garde national, ce brevet sur parchemin (25,5 x 34 cm), gravé en réservant l’espace pour des mentions manuscrites, par J. L. Copia (graveur(1764-1799)) et initialement composé pour la garde nationale de Paris (« Brevet de volontaire de la garde nationale non soldée ». BNF Département des Estampes Qb1 1793 (décembre)), est vendu chez Nicolas[1].

Les vignettes décoratives de l'encadrement, liées entre elles par des entrelacs de style Louis XV, mettent en évidence les symboles de la France nouvelle dont la défense s'organise en référence au moment fondateur : l'image de la prise de la Bastille, en bas, est connue de tous à l'époque. La conscience d'avoir mené à bien un acte révolutionnaire et bénéfique découle du décor guerrier[2]. Sur les côtés se mêlent, à droite, des armes populaires et médiévales, bouclier, arcs et flèches, haches et massue, et, à gauche, des instruments de musique : tambour, cymbales, trompettes. La diversité des armes évoque probablement les différentes compagnies de la garde nationale parisienne (grenadiers, fusilliers, chasseurs, sapeurs, canonniers et piquiers) qui semblent toutes représentées ainsi que la fanfare.

A ce caractère hétéroclite fait écho le heaume chevaleresque avec son plumet surplombant la vignette de la Bastille. La devise "Qui sert bien sa patrie n'a pas besoin d'ayeux" explicite la présence du heaume, emblème des aïeux des nobles : elle en démontre l'inutilité pour les vrais patriotes sans pour autant manifester une hostilité anti-nobiliaire. Cette devise reprend un alexandrin de Voltaire[3]. La pensée d’un des inspirateurs de la Révolution dont les tragédies sont connues de tous à l’époque est ainsi liée au grand événement de la Prise de la Bastille et au rôle de la garde nationale. Mais le remplacement de « pays » par « patrie » met la devise au goût du jour.

Patriotisme est alors un terme consubstantiellement lié à la Révolution; il implique la force armée du peuple. A droite, semblent figurés les instruments de la victoire, l’obusier et les boulets dont la pyramide évoque peut-être le symbole franc-maçon. A gauche, le sauvage nu armé d’un fouet, transpercé de flèches, décapité et baignant dans son sang, personnifie au contraire l’arbitraire et le despotisme vaincus. De l’enveloppe placée à côté de lui qui représente une lettre de cachet sort un document où se distingue le mot « veto »[4].

Au combat mené pour la liberté dans la partie basse de la gravure, s’oppose la nouvelle civilisation dont les attributs allégoriques ornent les côtés et la partie haute. A droite, on trouve dans la panoplie d'armes un carquois rempli de flèches qui le font ressembler à un faisceau avec l'inscription "Fort de notre union", symbole que les régimes républicains conserveront ensuite. La référence égalitaire est donnée par la balance de la justice, qui tient compte enfin équitablement des attributs du peuple rural laborieux, plus lourds que la Croix de Saint-Louis des privilégiés. A gauche, un esclave vêtu à l'antique se libère de ses chaînes, complétant l'évocation des nouveaux principes, la liberté et l'égalité.

En haut, triomphe la France nouvelle, celle qui rend hommage aux mérites véritables par la couronne de lauriers celle qui se reconnaît derrière le coq aux ailes éployées sautillant fièrement, emblème ancien redevenu populaire (gallus, gaulois), et surtout celle qui voit triompher au milieu des drapeaux, des trompettes et des rameaux de chêne (force durable) l'alliance du roi et des Français, manifestée par le bonnet populaire sur la pointe de l'épée monarchique, et par la juxtaposition de la tradition dynastique (les fleurs de lys sur champ d'azur) avec le nouvel ordre - la Nation, la Loi et le Roi. Dans ce cadre monarchique et constitutionnel s'épanouissent à la fois la liberté nouvellement gagnée et l'union nationale, associées l'une et l'autre à la commémoration du quatorze juillet.

  Interprétation

Le patriotisme de l’an premier de la liberté

Ce brevet magnifiquement illustré d’emblèmes civiques exalte la fierté d’appartenir aux cohortes patriotiques de la garde nationale, alors que la bourgeoisie était écartée de la carrière militaire sous l’Ancien Régime. Tous les détails de ce langage allégorique sont parfaitement accessibles aux contemporains car la Révolution a multiplié les images de propagande de ce type. La prise de la Bastille a inauguré la diffusion d'une multitude d'images à composition symbolique, comme les diplômes de vainqueurs de la Bastille.

Le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération clôt une année marquée par des décisions irrévocables, l'abolition des privilèges (4 août 1789) et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (26 août 1789) dont l'écho est ici très clair. Ce diplôme, par sa décoration, traduit les sentiments et les espoirs communs de l'an premier de la liberté. En s'engageant le 14 juillet 1790 comme volontaire dans la garde nationale, Mathurin Auboin a conscience de défendre la "patrie" c'est-à-dire les acquis de la Révolution. Ni lui, ni les représentants des gardes nationales de tout le royaume réunis à Paris le même jour, ne peuvent se douter que les attributs naïvement guerriers du bas serviront bientôt à se battre entre Français.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS et Philippe OULMONT


Notes

Nicolas, rue Saint-Honoré, Maison de Mr Coutencin, n°109, graveur et marchand d'estampes que l'on connaît seulement par d'autres estampes, également ornées de cette abondante symbolique des débuts de la Révolution.

Fanions militaires, canons avec leurs mèche, écouvillon et bourre, baril de poudre et boulets, couleuvrines et paniers à mitraille, sabres et tambour, piques et baïonnettes, masse d'arme, fusils et massue en faisceaux.

" Le premier qui fut roi fut un soldat heureux ;
Qui sert bien son pays n'a pas besoin d'ayeux "
Mérope, 3, Polyphonte
Voltaire reprend presque exactement un vers de sa tragédie Eriphyle de 1732 (Eriphyle, II, 1, Alcméon).

Ce curieux personnage de " Monsieur Veto qui veut faire du peuple un zéro " se retrouve sur d'autres gravures de l'époque. Entre septembre et novembre 1789, lorsque l'on se passionne pour la question du veto, l'image populaire prête parfois à la résistance aux changements les traits anciens de l'homme sauvage, géant malfaisant. L'époque n'est pas encore venue où elle lui donnera le visage du roi lui-même.


Bibliographie

  • Albert SOBOUL (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution, Paris, PUF, 1989.
  • Michel VOVELLE, La Révolution française, images et récit, 1789-1799, Paris, Messidor, 1986.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page