Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Les voix de l'Opéra au milieu du XIXe siècle (3 études)

Asraël. Bélisaire.
Asraël. Bélisaire.

Mots-clés

Découvrez aussi

L'Opéra de Charles Garnier

Escalier de l'Opéra à Paris.
Escalier de l'Opéra à Paris.
Victor NAVLET

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

Benjamin Delessert.
Benjamin Delessert.
Honoré DAUMIER

Rosine Stoltz

Rosine Stolz.
Rosine Stolz.
NADAR (Gaspard Félix TOURNACHON, dit)

Gabriele d'Annunzio, le poète en exil

Gabriele d'Annunzio, le poète en exil.
Gabriele d'Annunzio, le poète en exil.
Romaine Goddard, dite Romaine BROOKS

Paul Barroilhet

commentaires 2 commentaires commentaires
Baroilhet.

© Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudet

Agrandissement - Zoom

Titre : Baroilhet.

Auteur : Charles VOGT
Technique et autres indications : Série Galerie de la Presse, de la Littérature & des Beaux-Arts.
Titre porté : Baroilhet [sic].
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Compiègne (Compiègne) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 97-024124 / C.53.049/27

  Contexte historique

Le XIXe siècle, siècle des interprètes

Le XIXe siècle est celui de l’opéra, une sorte d’âge d’or au cours duquel l’art lyrique suscite une ferveur considérable. Déjà lieu de sociabilité, la salle de spectacle devient ainsi un temple où les fidèles viennent adorer leurs idoles, les solistes, auxquels ils vouent un véritable culte. Le phénomène frappe bien sûr l’Académie royale de musique, nom de l’Opéra sous la monarchie de Juillet, à l’époque où Paul Barroilhet y chante. Le baryton est alors du nombre de ceux qui, comme Gilbert Duprez et Rosine Stoltz, interprètent avec talent les plus grands rôles du répertoire sur cette scène prestigieuse.

  Analyse de l'image

La galerie de portraits, une tradition

Cette lithographie fait partie d’une série de portraits publiée de 1839 à 1841 par Louis Huart et Charles Philipon sous le titre Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux-Arts. Chaque illustration est accompagnée d’une notice biographique. Cette Galerie paraît par livraisons puis, partiellement, sous forme reliée à la fin de chaque année. Seule cette dernière collection, composée de trois albums, est conservée, et Barroilhet (1810-1871) ne s’y trouve pas. Publiée à une date inconnue, cette lithographie de Charles Vogt, élève de l’École des beaux-arts, a sans doute été réalisée peu après l’engagement du chanteur à l’Opéra en décembre 1840. Vu en buste, il pose le plus simplement du monde, dans une élégante tenue de ville, les bras croisés et légèrement de biais. Par le calme qui émane de l’artiste, ce portrait contraste avec les caricatures qui ironisent sur l’agitation et l’exagération de son jeu.

  Interprétation

Une idole tombée dans l’oubli

Le portrait de Paul Barroilhet par Vogt le représente à l’aube de sa carrière parisienne. Quoique français de naissance et élève du Conservatoire de Paris, il a débuté en Italie et ne revient en France qu’après plusieurs années de succès de l’autre côté des Alpes (où il a créé plusieurs rôles notamment pour Donizetti et Mercadante). C’est cette notoriété qui lui vaut d’être engagé sur la scène la plus prestigieuse de France. Il y débute dans La Favorite, le 2 décembre 1840, et devient très vite l’une des coqueluches du public.

En 1841, il a déjà créé le personnage de Lusignan dans La Reine de Chypre, mais c’est celui de Charles VI, dans l’opéra éponyme, qui devient rapidement son rôle phare. Cette popularité immédiate justifie amplement sa présence dans cette Galerie, aux côtés des plus grands chanteurs de son temps : son ami Nourrit, mais aussi Lablache, Rubini ou Duprez.

Étrangement, et en dépit de ses succès, Barroilhet est loin d’avoir aujourd’hui la renommée de ce dernier. Il est même difficile de trouver des ouvrages qui lui consacrent quelques pages. Sa gloire est donc à la fois immense et éphémère, certainement parce que sa vie privée et son talent ont suscité bien moins de débats que ceux de Duprez et de la Stoltz. En outre, ce grand amateur d’art délaisse la scène à partir de 1847 pour se consacrer à sa collection de tableaux.

Auteur : Stella ROLLET


Bibliographie

  • Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux-Arts, Paris, Aubert, 1839-1841.
  • Jean-Louis TAMVACO, « Paul-Bernard Barroilhet », in Connaissance de Paris et de la France, 1973, n° 17, p. 88-91.
  • Damien COLAS, « Paul Barroilhet », in Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003.
  • Jean GOURRET, Nouveau Dictionnaire des chanteurs de l’Opéra de Paris du 17e siècle à nos jours, Paris, Albatros, 1989.

Commentaires

Bonjour je cherche à avoir des informations
sur Monsieur CHARLES VOGT exemple sa date de naissance
et de décès ou était il situé Paris , lyon etc je fais une recherche sur lui savais vous s'il était à Paris en 1944 merci
pour les informations si vous les avez cordialement sylvia
Sylvia simoncelli
Par Sylvia simoncelli le 05/10/13 à 17h21 - #1729
Bonjour,

Après quelques recherches, il semblerait que Charles Vogt, qui exposait régulièrement ses oeuvres aux salons entre 1833 et 1882, soit né aux alentours de 1810 et décédé vers 1890. Il ne pouvait donc malheureusement pas se trouver à Paris en 1944.

Bon courage pour vos recherches et à très bientôt sur notre site,

Aurélie
Histoire-image
Par Histoire-image le 30/10/13 à 12h42 - #1778

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page