Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Banques et argent au XIXe siècle (3 études)

Gil Blas - l'Argent.
Gil Blas - l'Argent.

Découvrez aussi

Une représentation de Louis XIV

Le Roi gouverne par lui-même et Fastes des puissances voisines de la France<br />.
Le Roi gouverne par lui-même et Fastes des puissances voisines de la France
.
Charles LE BRUN

L’Argent de Zola

Gil Blas - l'Argent.
Gil Blas - l'Argent.

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

Benjamin Delessert.
Benjamin Delessert.
Honoré DAUMIER

Le canal de Panama

Le canal interocéanique.
Le canal interocéanique.

L’emprunt de la libération de 1918

Comptoir national d'escompte de paris, emprunt national, 1918.
Comptoir national d'escompte de paris, emprunt national, 1918.
Pierre Albert LEROUX

La méfiance envers les banques

« Vous êtes tranquilles... »  publicité pour la Banque Nationale du Commerce et de l'Industrie.
« Vous êtes tranquilles... » publicité pour la Banque Nationale du Commerce et de l'Industrie.
François KOLLAR

1860 : Réunion de Nice et de la Savoie à la France

Annexion de la Savoie et du Comté de Nice, 12 juin 1860.
Annexion de la Savoie et du Comté de Nice, 12 juin 1860.
Jean LAGRANGE

Les caisses d’épargne

commentaires 0 commentaire commentaires
Epargne et prévoyance.

© Photo RMN-Grand Palais - Droits réservés

Agrandissement - Zoom

Titre : Epargne et prévoyance.

Auteur : Jules Clément CHAPLAIN (1839-1909)
Date de création : 1885
Dimensions : Hauteur 5.8 cm - Largeur 5.8 cm
Technique et autres indications : Médaille uniface en bronze argenté, frappée.
Avers de la médaille de la Caisse d'Epargne de Paris
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 90-005862-01 / MEDOR187

  Contexte historique

La question sociale et le livret de caisse d’épargne 

Les caisses d’épargne apparaissent dans divers pays européens à la fin du XVIIIe siècle (Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, France…). Le principe qu’elles adoptent très vite, et de façon assez unanime, est celui du dépôt libre, dont le montant et la périodicité sont déterminés par l’épargnant. Un intérêt défini est ensuite servi au déposant, qui conserve le droit de retirer tout ou partie de ses économies n’importe quand. Gage de succès, cette souplesse de fonctionnement vise à transférer les « bas de laine » vers le secteur bancaire, en même temps qu’à accoutumer à ce dernier de larges parts de la population. L’usage du fameux livret de caisse d’épargne – qui n’a été dématérialisé qu’assez récemment – permet de rendre l’acte d’épargne concret, palpable, et par là de lui conférer des vertus supérieures. La loi de 1835 fait ainsi des caisses d’épargne des établissements privés d’utilité publique, ce qui traduit le consensus institutionnel autour de leurs vertus moralisatrices.

  Analyse de l'image

Un condensé des valeurs philanthropiques 

Jules-Clément Chaplain fait ici tenir dans l’espace d’une médaille l’essentiel des fondements philosophiques et sociaux du mouvement des caisses d’épargne. La succursale qui tient lieu d’arrière-plan est un endroit propre et accueillant, doté d’un luminaire. La scène proprement dite illustre les termes gravés au bas de la pièce, « Épargne et Prévoyance ». L’Épargne est tout à la fois figurée par l’artisan, reconnaissable à son tablier et à ses outils, venu remettre une bourse en cuir gonflée des économies familiales, et par la plume et l’urne de la figure allégorique féminine. Reprenant les poncifs antiquisants du néoclassicisme, elle est vêtue d’une toge et installée sur un siège surélevé, sa mine grave achevant d’inspirer la confiance nécessaire au dépôt. À côté du travailleur se tient son épouse, la Prévoyance, qui embrasse le nourrisson lui-même symbole du futur. La finesse de la gravure de Chaplain, membre de l’Académie des beaux-arts depuis 1881, contribue ici à procurer l’impression de clarté sereine recherchée.

  Interprétation

Des « classes laborieuses » qui ne seraient plus « dangereuses » 

« Tâchons de faire comprendre au peuple les bienfaits, on peut presque dire les miracles, de l’économie » Cité par Daniel Duet, Les Caisses d’épargne, p. 18 : cette injonction formulée par Benjamin Delessert, fondateur de la Caisse d’Épargne de Paris en 1818, rend bien compte de la nature du mouvement des caisses d’épargne, adossé dès le départ à la question du paupérisme et des mutations économiques et sociales du XIXe siècle. La solution envisagée en son sein repose sur un ni-ni caractéristique : ni retour aux formes politiques traditionnelles, ni prise en charge de la condition des plus modestes par l’État. L’effort doit être individuel, familial, et nécessite de faire la promotion de comportements sains quant aux finances domestiques. La banalisation du dépôt d’espèces épargnées sur les ressources du foyer induit des habitudes bénéfiques tant pour l’individu que pour la société : tempérance, prévoyance… Cette politique relève de la fameuse notion de gestion de « bon père de famille », préconisée pour mettre fin aux agissements immoraux alors prêtés aux classes populaires.

Auteur : François BOULOC


Bibliographie

  • Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Perrin, 2007, [1958].
  • Carole CHRISTEN-LECUYER, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’Épargne en France, 1818-1881, Paris, Économica, 2004.
  • Jean-Pierre DAVIET, La Société industrielle en France, 1814-1914. Productions, échanges, représentations, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1997.
  • Daniel DUET, Les Caisses d’épargne, Paris, P.U.F., 2002.
  • Benoît OGER, Histoire de la Caisse nationale d’épargne : une institution au service du public et de l’Etat, 1881-1914, Paris, L’Harmattan, 2006.
  • Jean RIVOIRE, Histoire de la banque, Paris, P.U.F., 1992.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page