Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La France coloniale (9 études)

Vue de la Nouvelle Cayenne.
Vue de la Nouvelle Cayenne.

Découvrez aussi

Tabacomanie

La tabacomanie ou le culte du cigare.
La tabacomanie ou le culte du cigare.

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

Benjamin Delessert.
Benjamin Delessert.
Honoré DAUMIER

Le prince de Joinville en visite sur l’île de Gorée

commentaires 0 commentaire commentaires
Le prince de Joinville assistant à une danse nègre à l'île de Gorée. Décembre 1842.

© Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Agrandissement - Zoom

Titre : Le prince de Joinville assistant à une danse nègre à l'île de Gorée. Décembre 1842.

Auteur : Édouard Auguste NOUSVEAUX (1811-1867)
Date de création : 1846
Date représentée : 1842
Dimensions : Hauteur 131 cm - Largeur 178 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Le Prince de Joinville se rendant au Brésil assiste à une danse indigène sur la Place du Gouvernement à l'île de Gorée en décembre 1842
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 87-000316-02 / MV6976

  Contexte historique

À l’occasion de son mariage avec Françoise de Bragance, sœur de l’empereur Dom Pedro II du Brésil, François Ferdinand Philippe d’Orléans, prince de Joinville (1818-1900), troisième fils de Louis-Philippe, marin devenu célèbre depuis qu’il avait ramené en France les cendres de Napoléon (1840), effectua le voyage vers l’Amérique du Sud qui le fit passer par l’île de Gorée, située en face de Dakar, au Sénégal. Découverte en 1444 et occupée par les Français depuis Louis XIV, Gorée était définitivement française depuis 1817. Principal comptoir de vente des esclaves, l’île avait été fortifiée dès le XVIIIe siècle, mais son importance déclinait déjà lors du passage du prince de Joinville.

  Analyse de l'image

Nousveaux ayant séjourné au Sénégal de 1842 à 1845, c’est tout naturellement à lui que Louis-Philippe s’adressa pour peindre ce sujet. Œuvre topographique et anecdotique plutôt que peinture d’histoire malgré la présence du prince de Joinville, le tableau vaut surtout pour sa représentation de la place principale de Gorée et des habitants de la ville, Noirs sénégalais, métis et Blancs, militaires avant tout. D’une architecture sobre, proche des modèles soudanais comme les mosquées de Tombouctou, cité mythique découverte en 1828 par René Caillé, Gorée était alors un comptoir commercial d’où l’esclavage avait déjà disparu, ruinant ainsi l’économie coloniale sénégalaise. Dans un style très méticuleux, Nousveaux s’applique à montrer les costumes colorés des habitants, costumes non exempts d’influence occidentale, mais ne peut rendre le rythme effréné de la danse africaine qu’il est censé peindre.

  Interprétation

Ce tableau était semble-t-il destiné avant tout à la propagande de la monarchie de Juillet. L’année suivant son mariage, le prince de Joinville avait été chargé d’une inspection des comptoirs français de la côte occidentale de l’Afrique. Cette peinture en était un peu la préfiguration et indiquait l’ancrage des relations françaises dans l’Atlantique Sud, tant d’un point de vue diplomatique, comme le marquait le mariage du prince, que colonial.

Auteur : Jérémie BENOÎT


Bibliographie

  • CONSTANS Claire, Catalogue des peintures de Versailles, tome II, Paris, RMN, 1995.
  • GARNIER-PELLE Nicole, Musée Condé, Peintures des XIXe et XXe siècles, Paris, RMN, 1997.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page