Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Allégories (16 études)

Allégorie de la révolte du papier timbré.
Allégorie de la révolte du papier timbré.
Jean Bernard CHALETTE

Le Siècle des Lumières (14 études)

Cour de ferme.
Cour de ferme.
Nicolas-Bernard LEPICIE

Découvrez aussi

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint.
L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint.
Jean-Antoine WATTEAU

La révolte du papier timbré

Allégorie de la révolte du papier timbré.
Allégorie de la révolte du papier timbré.
Jean Bernard CHALETTE

Portrait en pied de Louis XV

Portrait en pied de Louis XV (1710-1774) roi de France.
Portrait en pied de Louis XV (1710-1774) roi de France.
Louis-Michel VAN LOO

Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu

Ballet royal de la Nuit. Louis XIV en Apollon.
Ballet royal de la Nuit. Louis XIV en Apollon.

Pouvoir du spectacle, spectacle du pouvoir

Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris.
Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris.
Hernri de GISSEY

La Bataille de Fontenoy

La bataille de Fontenoy, le 11 mai 1745.
La bataille de Fontenoy, le 11 mai 1745.
Pierre LENFANT

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Allégorie à Louis XIV, protecteur des Arts et des Sciences.
Allégorie à Louis XIV, protecteur des Arts et des Sciences.
Jean GARNIER

Pèlerinage à l’île de Cythère, dit L’Embarquement pour Cythère

commentaires 0 commentaire commentaires
Pèlerinage à l'île de Cythère, dit L’Embarquement pour Cythère.

© Photo RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Agrandissement - Zoom

Titre : Pèlerinage à l'île de Cythère, dit L’Embarquement pour Cythère.

Auteur : Jean-Antoine WATTEAU (1684-1721)
Date de création : 1717
Dimensions : Hauteur 129 cm - Largeur 194 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 11-550799 / INV8525

  Contexte historique

Les années Régence

Watteau incarne « le printemps du siècle » (Michelet) et la période d’ouverture des années Régence, qui tranche sur l’austérité de la fin de règne éprouvante de Louis XIV (1661-1715). Sous la Régence du duc Philippe d’Orléans (1715-1723), alors que Louis XV né en 1710 débute son apprentissage du dur métier de roi, la France panse ses plaies. La paix succède à des décennies de conflits en Europe. Paris et Londres cherchent l’apaisement et seront bientôt alliés dans une improbable alliance. Avec le Régent, le centre du pouvoir quitte Versailles pour Paris. La rigueur morale de la fin de règne dévote du Grand Roi laisse place à un temps de respiration et de libération des mœurs dont profitent les sociétés aristocratiques pour donner des fêtes brillantes et libertines, que Watteau excelle à peindre.

  Analyse de l'image

Un pèlerinage amoureux

Le sujet de l’œuvre d’Antoine Watteau a longtemps fait débat. On se demande en effet si les couples amoureux embarquent pour l’île de Cythère, ou s’ils en reviennent. Le peintre s’est probablement inspiré d’une comédie à la mode, Les Trois cousines, de Dancourt, écrite en 1702, qui se termine par la chanson suivante : « Venez à l’île de Cythère/En pèlerinage avec nous/Jeune fille n’en revient guère/Ou sans amant ou sans époux ».

Le bâton que tiennent les hommes rappelle, de fait, celui des pèlerins. Dans la mythologie, l’île grecque de Cythère est associée à la déesse Aphrodite qui l’aborde peu après sa naissance. Une statue de Vénus, son équivalent dans le panthéon romain, est visible à droite. Les fleurs qui l’enlacent sont une évocation des tendres nœuds de l’amour. Contre son socle, un carquois garni de flèches évoque les traits de l’amour. Bien visible, à la poupe de la barque, la coquille renvoie à la fois au pèlerinage et à la naissance de Vénus. Un vol de petits Cupidon ailés entoure la barque de l’amour et guide les pèlerins. La sensualité de la scène ne fait aucun doute.

  Interprétation

Watteau, « maître des sérénités douces et des paradis tendres » (Jules et Edmond de Goncourt)

Cette œuvre a été réalisé dans un contexte institutionnel particulier puisqu’il s’agit de la pièce de réception à l’Académie royale de peinture et sculpture de l’artiste. Son caractère inédit par opposition à un genre plus classique comme la peinture d’histoire, a incité les académiciens à créer pour Watteau un genre spécifique, celui de la « fête galante ». D’ailleurs, lors de son enregistrement par l’Académie, le titre de l’œuvre, Pèlerinage à l’isle de Cythère a été biffé et remplacé par Une fête galante. Par la suite, le tableau de Watteau est désigné comme L’Embarquement pour Cythère jusqu’en 1961.

Si Furetière définit dans son Dictionnaire  la fête galante comme « une réjouissance d'honnêtes gens », il n’empêche que ces pèlerins de l’amour venus rendre hommage à Aphrodite/Vénus évoquent surtout l’insouciance et la douceur de vivre des années Régence pour les élites aristocratiques et mondaines enfin libérées de l’austérité et de la rigueur morale de la fin du règne de Louis XIV. Les codes de la vie de société sont ici respectés : les jeux de séduction n’empêchent pas la maîtrise de la sensualité et le contrôle de soi. Mais la légèreté du sujet ne fait pas de doute. Watteau remporte un succès remarquable auprès de ce public choisi, au point de retarder la réalisation de cette œuvre de réception académique pour répondre à de nombreuses commandes particulières. Dans L'art du XVIIIe siècle. Watteau (1860), Les Goncourt ne tarissent pas d’éloges sur le chef d’œuvre de celui qu’ils nomment « le grand poète du XVIIIe siècle ».

Pour en savoir plus sur le nouveau genre pictural des "fêtes galantes", allez sur le site Panorama de l'art

Auteur : Pierre-Yves BEAUREPAIRE


Bibliographie

  • BEAUREPAIRE Pierre-Yves, La France des Lumières 1715-1789, Belin, Histoire de France, Paris, 2011.
  • MOUREAU François, MORGAN GRASSELLI Margaret (dir.), Antoine Watteau (1684-1721) : le peintre, son temps et sa légende, Colloque international, Paris, Grand Palais, 1984, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page