Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La Normandie (14 études)

Projet d’un port militaire à Etretat.
Projet d’un port militaire à Etretat.
LAPEYRE

Mots-clés

Découvrez aussi

Bains publics sur un bateau à Rouen

Projet de bains publics sur un bateau à Rouen.
Projet de bains publics sur un bateau à Rouen.
Louis GILBERT

Peindre le travail ouvrier

Les déchargeurs de charbon.
Les déchargeurs de charbon.
Claude MONET

Le retour des cendres de Napoléon

Transbordement des restes de Napoléon à bord de La Belle Poule.
Transbordement des restes de Napoléon à bord de La Belle Poule.
Eugène ISABEY

La bataille de Dunkerque

Dunkerque bombardée par l'aviation allemande lors de l'opération Dynamo.
Dunkerque bombardée par l'aviation allemande lors de l'opération Dynamo.

Saint-Tropez au tournant du XXe siècle

La Bouée rouge, Saint-Tropez.
La Bouée rouge, Saint-Tropez.
Paul SIGNAC

Le port militaire d’Etretat

commentaires 0 commentaire commentaires
Projet d’un port militaire à Etretat.

© Archives départementales de la Seine-Maritime

Agrandissement - Zoom

Titre : Projet d’un port militaire à Etretat.

Auteur : LAPEYRE
Date de création : 1805
Dimensions : Hauteur 32.8 cm - Largeur 147 cm
Technique et autres indications : Encre et aquarelle sur papier
Lieu de Conservation : Archives départementales de la Seine-Maritime (Rouen) ; site web
Contact copyright : Archives départementales de la Seine-Maritime. 2, rue Henri-II-de-Plantagenêt, Pôle culturel Grammont, 76100 Rouen archives@cg76.fr ; site web

  Contexte historique

Protection de l’estuaire de la Seine

Les projets d’aménagement sont nombreux pour des ports le long des côtes ou le long de la Seine. Le document présenté est issu d’une série de 7 dessins aquarellés présentant un projet militaire pour le port d’Étretat. En effet, lorsque François Ier envoie l’amiral de Bonnivet étudier les solutions possibles pour protéger l’estuaire de la Seine, le port d’Étretat est étudié au même titre que le site du futur port du Havre. Colbert apprécie la situation d’Étretat lors de sa venue sur le littoral, mais une fois de plus le projet n’aboutit pas. Louis XVI souhaite quant à lui la création d’un port militaire ayant le statut de port du roi. Là encore, le projet reste vain. Au début du XIXe siècle, Napoléon demande la reprise des études et les confie à son ingénieur Lapeyre. Le plan présenté figure dans le dossier de ce dernier.

  Analyse de l'image

Précision et proportion exceptionnelles

Le plan représente un profil du projet, ce qui explique la longueur du document (1,47 m). A l’extrême gauche du dessin est représentée une forme de radoub destinée à la réparation navale, suit un avant-port puis vient la rade, sur laquelle sont représentés plusieurs canons. L’eau y est représentée de couleur verdâtre, à l’image de l’herbe qui recouvre les falaises d’Etretat. Une attention particulière a été portée au paysage, notamment dans la finesse d’exécution des falaises crayeuses, dont la fameuse aiguille d’Etretat. Les vaisseaux sont dessinées avec extrêmement de précision et de finesse du trait. On remarque que l’ingénieur a pris soin de dessiner la coque du navire sous l’eau, afin d’indiquer le tirant d’eau du bassin. Une ligne artificielle est d’ailleurs portée dans la mer, soulignant la profondeur de l’eau à proximité de la rive. Des navires de grande capacité pouvaient ainsi être accueillis : l’ingénieur avait étudié grâce à des sondes les possibilités de mouillage des navires. Enfin, la rade aboutit à une fortification, avant-poste muni de canons, dont des traits de fumée s’échappent, symbolisant la guerre avec les Anglais.

  Interprétation

Une position stratégique

Le plan illustre l’ampleur du projet de port militaire imaginé par Lapeyre et ses prédécesseurs. La situation géographique d’Etretat est alors louée notamment en raison de la profondeur des eaux de sa baie et de sa position abritée. Elle représente alors un moyen de prévention d’un débarquement ayant pour cible Le Havre. Elle apparaît alors comme une rivale de Cherbourg. En effet, avant Lapeyre, l’ingénieur Lamblardie avait étudié les deux ports comme position stratégique. Dans le dossier remis à Louis XIV, il donne son opinion sur la place d’Etretat dans la stratégie maritime : « On doit sentir combien une position semblable serait intéressante, surtout en temps de guerre, pour le commerce de la Manche et principalement pour celui du Havre. On peut dire même que ce projet est lié avec celui de Cherbourg, en considérant le point d’Étretat comme un poste avancé de la grande armée navale ; et que celui que nous proposons, ou tout autre qui pourrait être meilleur, mérite, sous beaucoup de points de vue, l’attention du commerce et la faveur du gouvernement. »

Par ailleurs, le plan d’Etretat est un document exceptionnel qui nous permet d’imaginer le destin du petit village de pêcheurs si le projet ici présenté avait vu le jour. Sans doute n’aurait-il pas eu l’essor touristique qu’il a connu grâce aux bains de mer. Il n’aurait pas connu le privilège d’être le lieu où se sont croisés Maupassant et Monet, et tant d’autres artistes fascinés par la beauté de ces falaises si curieuses.

Auteur : Marie GROULT


Bibliographie

  • FAUCHERRE, Nicolas ; « Le roi et la fortification des ports normands à la Renaissance », in Les Normands et la mer, XXVe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, octobre 1990 ; Musée Maritime de l’Ile Tatihou, 1995.
  • FAUVEL, Daniel ; « Etretat, port de guerre », in Les Normands et la mer, XXVe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, octobre 1990 ; Musée Maritime de l’Ile Tatihou, 1995.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page