Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Hitler en images (7 études)

Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.
Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Découvrez aussi

Rouen en ruines

Rouen et ses ruines.
Rouen et ses ruines.

Alger, « capitale » de la France Libre

Alger, capitale provisoire de la France.
Alger, capitale provisoire de la France.

La propagande hitlérienne

Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.
Adolf Hitler et des S.A. à la Maison brune de Munich.

Le charisme de Hitler

Hitler
Hitler "combatif"
Heinrich HOFFMANN

Philippe Pétain, Maréchal de France

Philippe Pétain, Maréchal de France.
Philippe Pétain, Maréchal de France.
André DEVAMBEZ

Les Stuka, une arme nouvelle aux mains des nazis

Un avion de combat Junkers Ju 87 A.
Un avion de combat Junkers Ju 87 A.

L’entrevue de Montoire

Rencontre entre Hitler, Ribbentrop et Pétain.
Rencontre entre Hitler, Ribbentrop et Pétain.
Heinrich HOFFMANN

La Grande Galerie abandonnée

La Grande Galerie abandonnée.
La Grande Galerie abandonnée.
Marc VAUX

La Vénus encordée

La Vénus de Milo encore encordée dans la galerie Daru du musée du Louvre.<br />.
La Vénus de Milo encore encordée dans la galerie Daru du musée du Louvre.
.

Pierre Laval, le collaborateur en chef

commentaires 1 commentaire commentaires
Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion.

© BPK, Berlin, Dist RMN-Grand Palais - image BPK

Agrandissement

Titre : Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion.

Auteur : ANONYME
Date de création : 1942
Date représentée : 19 décembre 1942
Lieu de Conservation : Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz (BPK) (Berlin (Allemagne)) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 08-547126

  Contexte historique

Une réunion assez exceptionnelle

Le 19 décembre 1942, Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy, rencontre Hitler dans son Wolfsschanze (« la tanière du loup » en Allemand), situé dans les bois du hameau de Forst Görlitz près de Rastenburg en Prusse-Orientale. Au cœur de ce « blockhaus » constitué de cabanes en rondins de bois aux toits recouverts d'herbe, il assiste à une réunion en compagnie du Führer, de Gian Galeazzo Ciano (gendre de Mussolini et Ministre italien des Affaires Etrangères), du Maréchal Hermann Göring (Commandant en chef de la Luftwaffe et ministre de l'Air) et de M Ribbentrop (Ministre des Affaires Etrangères du Reich). Les discussions portent notamment sur la création d'une police française supplétive exigée par Hilter et censée collaborer avec les allemands pour maintenir l'ordre en France.

Photographiée et filmée par les services personnels d’Hitler, les images de la réunion sont diffusées principalement en Allemagne et en France, via la presse et les actualités animées. C’est notamment le cas du cliché Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion ici étudié. Si Laval et Hitler se rencontrent à quelques reprises entre 1940 et 1944, une telle entrevue dans l’un des lieux les plus « intimes » du pouvoir nazi reste unique et assez exceptionnelle. A ce titre, Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion possède une valeur documentaire mais aussi politique et symbolique.

  Analyse de l'image

Dans la « tanière du loup »

Prise dans l’une des maisons forestières du Wolfsschanze où se tient cette rencontre diplomatique Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion montre un décor assez original pour ce type d’événement. C’est en effet dans une simple (et relativement petite) pièce aux murs faits de planches que ces hommes de pouvoir se réunissent. Le mobilier est aussi extrêmement sobre, dépouillé, constitué de quelques meubles de bois, de lampes fonctionnelles et d’un encadré modeste (mur du fond).

Autour d’une table ronde, on découvre six hommes assis dont, visibles de face et de gauche à droite, Laval (costume civil sombre), Hitler (costume civil décoré d’une croix de guerre), le comte Galeazzo Ciano et Hermann Göring (tous deux en uniforme). De dos mais visible de profil (deuxième en partant de la droite), on croit peut-être reconnaître Ribbentrop.

Si quelques carnets servant à la prise de note se trouvent sur la table, les hommes semblent à ce moment écouter Göring, qui se sert de ses notes. Laval est concentré sur son interlocuteur, l’air et le visage grave, la mâchoire presque serrée. Hitler, une main dans la poche et un peu ailleurs, semble regarder dans le vide. Ciano se gratte le menton de la main et, en pleine réflexion, fixe sans la voir l’une des feuilles de Göring.

  Interprétation

Au cœur de la collaboration

C’est tout d’abord par son cadre assez étonnant que Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion est assez remarquable. En effet, il ne s’agit pas ici d’une rencontre officielle entre le chef de l’Etat allemand et son homologue français, mais d’une réunion de travail entre collaborateurs, sans faste et sans cérémonial. Le décor si simple où aucune marque du pouvoir n’est visible (sinon les uniformes de certains) dit ainsi une forme de familiarité, confirmée par les postures et les attitudes. C’est bien au cœur du pouvoir nazi, dans un endroit pratique et intime qu’est reçu Laval. Une rencontre sans distinctions qui témoigne tout autant (et paradoxalement) de l’étroitesse de cette collaboration (pas de distance formelle) que du manque d’égards pour un vassal.

A ce titre, l’attitude d’Hitler peut aussi être interprétée comme le signe involontaire de sa supériorité. Si ce dernier peut se permettre d’être un peu absent, pensif sinon relâché, Laval semble plus tendu, nécessairement attentif. Remis au pouvoir à Vichy par les allemands qui l’ont choisi parmi plusieurs personnalités depuis le 18 avril 1942, Laval est bien un collaborateur auquel on accorde une confiance modérée, mais aussi le représentant d’un Etat vaincu duquel on exige toujours plus sans beaucoup accorder en retour. Pour celui qui dit « souhaiter la victoire de l’Allemagne » (discours du 22 juin 1942), qui vient de voir la zone libre envahie par les allemands (11 novembre 1942) et de recevoir les pleins pouvoirs accordés par Pétain sous pression nazie (13 novembre), le moment figuré par Adolf Hitler et Pierre Laval pendant une réunion est donc visiblement ambivalent : conforté dans son statut, il est aussi humilié et dominé. Convoqué dans « la tanière du loup », il ne peut que lui obéir.

Auteur : Alexandre SUMPF


Bibliographie

  • AZEMA, Jean-Pierre, De Munich à la Libération, 1938-1944, Paris, Éditions du Seuil, 1979.
  • AZEMA, Jean-Pierre et Wiewiorka, Olivier, Vichy, 1940-1944, Paris, Perrin, 1997.
  • AZEMA, Jean-Pierre et Bédarida, François, La France des années noires (2 vol.), Éditions du Seuil, Paris, 1993.
  • AZEMA, Jean-Pierre et Bédarida, François, (dir) Vichy et les Français, Fayard, Paris, 1992.
  • PAXTON, Robert, La France de Vichy, Éditions du Seuil, 1973.
  • VALODE, Philippe, Le Livre noir de la collaboration 1940-1944, Acropole, Paris, 2013.

Commentaires

Je souhaiterais un commentaire un peu plus distancié et équilibré. Nous ne sommes plus au temps des bons (les Résistants) et des méchants (les Kollaborateurs et les Allemands en général) de ma jeunesse. Je sais que je vais en faire sursauter plus d'un et d'une, mais je ne crois pas que tous les bons étaient dans un camp et les mauvais dans l'autre et je rappelle que l'Histoire est écrite par les vainqueurs, ce qui introduit un biais dont il serait bon, 70 ans plus tard, de tenir compte. Non à la pensée unique, fût-elle de gauche. Merci.
Tiquirane
Par Tiquirane le 03/04/14 à 15h36 - #2237

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page