Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

François GERARD (7 études)

Joséphine de Beauharnais, Impératrice des Français, 1805.
Joséphine de Beauharnais, Impératrice des Français, 1805.
François GERARD

romantisme (6 études)

Bonaparte au pont d'Arcole (17 Novembre 1796).
Bonaparte au pont d'Arcole (17 Novembre 1796).
Antoine-Jean GROS

Découvrez aussi

Faits divers criminels

Assassinat de Fualdès le 19 mars 1817 : translation du cadavre.
Assassinat de Fualdès le 19 mars 1817 : translation du cadavre.
Théodore GERICAULT

Un symbole pour la Première République

Figure allégorique de la République.
Figure allégorique de la République.
Antoine-Jean GROS

"Mal du siècle" et révolution romantique

Dante et Virgile.
Dante et Virgile.
Eugène DELACROIX

Les artistes serviteurs de l'Empire

Napoléon Ier visite le Salon du Louvre et distribue aux artistes des croix de la Légion d’honneur
Napoléon Ier visite le Salon du Louvre et distribue aux artistes des croix de la Légion d’honneur
Antoine-Jean GROS

La légende dorée de Napoléon

Napoléon, allégorie.
Napoléon, allégorie.
Jean-Baptiste MAUZAISSE

Michelet et l'histoire romantique

Jules Michelet (1798-1874), historien.
Jules Michelet (1798-1874), historien.
Thomas COUTURE

Charge anti-républicaine

Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Apothéose ou le triomphe de la canaille.
Maurice BOUTET-DE-MONVEL

Un manifeste du Romantisme

commentaires 7 commentaires commentaires
Le radeau de la Méduse.

© Photo RMN-Grand Palais - D. Arnaudet

Agrandissement - Zoom

Titre : Le radeau de la Méduse.

Auteur : Théodore GERICAULT (1791-1824)
Date de création : 1819
Date représentée : 1816
Dimensions : Hauteur 491 cm - Largeur 716 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 94DE52851/inv 4884

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

En juin 1816, la Méduse amirale, frégate de quarante-quatre canons, quitte l'île d'Aix sous les ordres du comte de Chaumareix, un émigré qui ne navigue plus depuis des années. A son bord, le gouverneur Schmaltz, envoyé par Louis XVIII pour reprendre le Sénégal, restitué à la France par l'Angleterre après le traité de Vienne de 1815.

Mal dirigée, elle s’échoue le 2 juillet sur le banc d'Arguin au nord du cap Blanc dans l'océan Atlantique. Le commandant abandonne à leur sort cent cinquante des quatre cents hommes de l’équipage. Sans rames, munis de biscuit trempé et de vin pour seuls vivres, ils prennent place sur un radeau de fortune (20 m x 7 m), halé par les canots de sauvetage, sous la responsabilité de l'aspirant Coudin. Les amarres se rompent. Les naufragés meurent noyés ou, ivres et pris de désespoir et de folie, s’entre-tuent, mangent les cadavres, se massacrent entre eux. L'horreur s'accroît chaque jour. Quand le brick l'Argus vient les secourir, seuls dix hommes pourront être réanimés.

Le comte de Chaumareix comparaît devant le Conseil de guerre à Paris. L’opinion libérale ne pardonne pas au gouvernement complaisant du roi de l’avoir réemployé. Deux survivants, le chirurgien Savigny et l'ingénieur Corréard, publient une relation qui défraye la chronique. La France est horrifiée. En 1817, alors que la volonté de silence allait faire son œuvre, Géricault rencontre les rescapés, accusés par la presse royaliste d'anthropophagie. Il décide de défendre leur cause.

  Analyse de l'image

Le tableau a été traité longuement et passionnément dans un grand atelier de Neuilly. A l'hôpital Beaujon, Géricault étudie les visages des agonisants, les cadavres et les corps amputés, cherchant la vérité de la souffrance et la force de l'expression. Il rêve d'un grand sujet, propice à la fougue épique de Michel-Ange. Il fait poser des modèles parmi lesquels Joseph, le Noir à la mode, des amis dont un malade, et Delacroix. Le charpentier rescapé lui fait une petite réplique du radeau. Pour la mer et le ciel, il va au Havre.

Géricault peint avec verve, par touches serrées et avec peu de moyens l'épisode final, la victoire de la vie sur la mort. Une harmonie sévère de tons sourds et un jeu de lumière subtil créent une atmosphère orageuse. Sur le radeau mis en perspective, les corps composent une large pyramide dont un Noir qui agite sa chemise forme le sommet. Les grandes lignes du tableau convergent vers ce point : mouvements, attitudes, mer.

A l'ombre de la voile déchirée, près du mât, Corréard montre à Savigny un point infime à l'horizon : le brick salvateur. Un groupe se dresse, un autre se soulève ; les uns sont morts, d’autres agonisent. Géricault alterne corps vus en entier et à demi, nus ou voilés, têtes relevées ou baissées – l’une est même immergée, en bas de la toile –, torse sur le dos et torse face au plancher – celui de Delacroix.

La scène mouvementée reste académique : nus classiques, plastique et reliefs vigoureux, contours précis. Son ordonnance en bases sûres, en lignes distinctes et en accords harmonieux la stabilise.

Le souci de la réalité historique et du détail vrai laisse place à la synthèse et à la couleur suggestive. Les chairs ont la teinte verdâtre et blafarde de la mort. Le bitume utilisé pour assombrir les tons menace aujourd'hui de manger toutes les couleurs.

  Interprétation

Les libéraux opposés à la monarchie y ont vu un sens politique, le symbole de la dérive du peuple français gouverné par un roi réactionnaire.

La critique a parlé d'une synthèse minutieuse de citations littéraires et artistiques du passé, ou d'un manifeste réaliste contre l'idéalisme néoclassique. On y a vu également une œuvre symbolique sur le sens de la vie, la résistance farouche de la volonté humaine aux forces élémentaires de la nature.

Géricault s'est défendu de toutes ces interprétations, ne retenant que l'allégorie de l'horreur et l'acte courageux et humanitaire d'un citoyen, devant les souffrances humaines. Le choix de ce sujet d'histoire ouvre la voie au romantisme. Delacroix s’en inspirera.

Auteur : Malika DORBANI-BOUABDELLAH


Bibliographie

  • Charles BAUDELAIRE, L’art romantique, Paris, Garnier-Flammarion, réed. 2001.
  • Germain BAZIN, Théodore Géricault, t.6, Génie et folie. Le radeau de la Méduse et les monomanes, Paris, Wildenstein Institut, 1994.
  • Klaus BERGER, Géricault et son œuvre, Paris, Flammarion, 1968.
  • Collectif, La peinture au Louvre, 100 chefs-d’œuvre, Paris, RMN-Hazan, 1992.
  • Louis MERLLIE, « Le cannibalisme et la mer », Neptunia, n°114, 2ème trim, 1974.
  • Collectif, Les années romantiques. La peinture française de 1815 à 1850, Paris, Grand-Palais, 1996.

Commentaires

Bonjour,

j'ai un devoir maison en art et il a quelques questions auquelles je ne sais pas quoi répondre pourriez vous m'aider ?

Je vous donne les questions auquelles je ne trouve pas de réponses:
1.Quelles expressions,messages,symboles se dégagent du tableau ?
2.Les effets produits sur le spectateur.
3.L'intéret historique de cette oeuvre ?

(Tout ça en rapport avec le tableau: Le radeau de la méduse de Théodore GERICAULT)
Merci beaucoup.
miss-la-cool
Par miss-la-cool le 23/12/11 à 18h04 - #407
Pourquoi l'oeuvre "Le radeau de la méduse" de Géricault est une oeuvre romantique ?
merci
ppp
Par ppp le 30/11/12 à 15h56 - #1070
Bonjour,

Voici la définition du romantisme que vous pourrez trouver sur le site Panorama de l'art :

Romantisme : Le mot est introduit dans la langue française par Rousseau à la fin du XVIIIe siècle. Il désigne par la suite un élan culturel qui traverse la littérature européenne au début du XIXe siècle, puis tous les arts. Rompant avec les règles classiques, la génération romantique explore toutes les émotions données par de nouveaux sujets, en privilégiant souvent la couleur et le mouvement.



A bientôt,

Anne-Lise
Histoire_image
Par Histoire_image le 04/12/12 à 11h54 (sur twitter) - #1075
bonjour j'ai un devoir en art et la question posée est la suivante: donner la definition du romantisme a partir des elements du tableau.Or je ne trouve pas la reponse pouvez vous m'aidez.
Merci
maha003
Par maha003 le 01/04/13 à 16h04 - #1419
Quelqu'un pourrait me dire quels sont les liens entre le tableau et le romantisme. Qu'est-ce qui les unis s'il vous plaît
Caroline
Par Caroline le 06/11/13 à 18h32 - #1808
En quoi est-ce une ouvre romantique ???
Sucette
Par Sucette le 10/12/13 à 16h18 - #1876
Cette œuvre est romantique car elle appartient à la même époque que le romantisme, Gericault peint les hommes avec beaucoup de réalisme.

Voici mes connaissance sur ce tableau, bonne chance pour vos travaux !!!

Emma D
Emma du 39
Par Emma du 39 le 12/03/14 à 21h58 - #2196

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page