Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

1789-1799 an 2 (22 études)

Charles Baudelaire (1821-1867)
Charles Baudelaire (1821-1867)
Emile DEROY

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (6 études)

Carte de citoyen actif.
Carte de citoyen actif.

Découvrez aussi

Les entrevues de Napoléon avec les souverains européens

Entrevue de Napoléon Ier et de François II après la bataille d'Austerlitz.
Entrevue de Napoléon Ier et de François II après la bataille d'Austerlitz.
Antoine-Jean GROS

La France au service de l'unité italienne

L'Italie reconnaissante.
L'Italie reconnaissante.
Vicenzo VELA

Robespierre, incorruptible et dictateur

Maximilien de Robespierre (1758-1794).
Maximilien de Robespierre (1758-1794).

La ménagerie impériale

La ménagerie impériale, page de garde.
La ménagerie impériale, page de garde.
Paul HADOL, dit WHITE

Le matin du 10 thermidor an II

Le matin du 10 thermidor an II.
Le matin du 10 thermidor an II.
Lucien-Étienne MELINGUE

Un manifeste du Romantisme

Le radeau de la Méduse.
Le radeau de la Méduse.
Théodore GERICAULT

Les derniers moments de Louis XVI

Adieux de Louis XVI à sa famille au Temple.
Adieux de Louis XVI à sa famille au Temple.
Charles BENAZECH

Les figures symboliques de la IIe République

La République.
La République.
Armand CAMBON

L'utopisme républicain de 1848

La République universelle démocratique et sociale - Le Pacte.
La République universelle démocratique et sociale - Le Pacte.
Frédéric SORRIEU

Un symbole pour la Première République

commentaires 0 commentaire commentaires
Figure allégorique de la République.

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Figure allégorique de la République.

Auteur : Antoine-Jean GROS (1771-1835)
Dimensions : Hauteur 73 cm - Largeur 61 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 87EE329/MV 5498

  Contexte historique

Le 21 septembre 1792, la Convention abolit la monarchie. Elle décréta le 22 que les actes publics seraient datés de l’an I de la République française. Les révolutionnaires croyaient à la vertu pédagogique des images : la République au sens d’Etat dépourvu de monarque fut représentée par une femme en habit antique, allusion à la République romaine. L’abbé Grégoire, chargé à la Convention du rapport sur les sceaux de la République, proposa de l’assimiler à l’image de la Liberté, représentée sous les traits d’une femme vêtue à l’antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée d’un bonnet phrygien ou bonnet de la Liberté et s’appuyant de la gauche sur un faisceau d’armes, symbole d’union. C’est cette image qui est ici reprise dans l’esquisse de la grande peinture qu’Antoine-Jean Gros réalisa en 1794 comme écusson pour la légation de France à Gênes.

  Analyse de l'image

La République, solide figure de jeune femme, est entourée de cinq attributs : la pique surmontée du bonnet phrygien, symbole de la Liberté, le niveau, symbole d’égalité, posé sur un faisceau de licteur entouré de feuilles de chêne (l’union et la force). Elle porte une tunique courte, à l’antique, qui lui laisse un sein découvert, et son casque guerrier est là pour rappeler les anciennes allégories de Rome comme pour figurer la nation en armes contre les monarchies coalisées. A l’arrière-plan de cette effigie puissante posée sur une simple terrasse, le paysage n’est qu’accessoire, réduit à une ligne d’horizon entrecoupée de monts.

  Interprétation

« Ma grande figure de la Liberté ou République française, écrit Gros le 16 mars 1795 à sa mère, est terminée ; on en paraît content. Il est vrai que dans ce pays il n’y a pas de juges sévères en peinture : je crois cependant que ce n’est pas du plus noble style. Elle est au moins passable, enfin j’ai fait ce que j’ai pu. » Le mécontentement du jeune artiste, âgé de vingt-trois ans au moment de la réalisation de cette grande toile aujourd’hui perdue mais dont Versailles conserve cette esquisse de petites dimensions (qui pourrait cependant n’être qu’une simple réplique), annonce sans doute la prédominance que la force du symbole prendra sur la qualité artistique des œuvres officielles durant toute la période révolutionnaire, à de très rares exceptions près. Il est vrai aussi que cette figure massive et sculpturale avait été conçue pour être vue de manière frontale à distance et certainement d’en bas, ce qui peut expliquer que Gros, surtout exercé à l’époque à peindre des portraits, en ait mal maîtrisé les proportions.

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS


Bibliographie

  • Maurice AGULHON, Marianne au combat, l'imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1889, Paris, Flammarion, 1979.
  • Maurice AGULHON, Pierre BONTE, Marianne. Les visages de la République, Paris, Gallimard, 1992.
  • La Révolution française et l’Europe 1789-1799, catalogue de l’exposition au Grand-Palais, Paris, RMN, 1989.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page