Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

les grandes phases de la révolution (57 études)

Brevet de volontaire de la garde nationale.
Brevet de volontaire de la garde nationale.

paris (18 études)

Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux.
Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux.
Léon COGNIET

Découvrez aussi

L'appartement du comte de Nieuwerkerke au Louvre

Intérieur du cabinet du comte Emilien de Nieuwerkerke, Directeur général des Musées impériaux, au Louvre.
Intérieur du cabinet du comte Emilien de Nieuwerkerke, Directeur général des Musées impériaux, au Louvre.
Charles GIRAUD

Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe

Paire de pichets à eau en forme de
Paire de pichets à eau en forme de "Napoléon" et "Joséphine".

L'achèvement de la conquête d'Algérie

Prise d’assaut de Zaatcha par le colonel Canrobert, le 26 novembre 1849.
Prise d’assaut de Zaatcha par le colonel Canrobert, le 26 novembre 1849.
Jean-Adolphe BEAUCE

Le mythe du soldat-laboureur

Le Soldat Laboureur.
Le Soldat Laboureur.
FLEURET

La fête impériale

Bal costumé au Palais des Tuileries.
Bal costumé au Palais des Tuileries.
Jean-Baptiste CARPEAUX

Portrait officiel du président Jules Grévy

Jules Grévy (1807-1891), président de la République française.
Jules Grévy (1807-1891), président de la République française.
Léon BONNAT

Le Tiers état


"Qu’est-ce que le Tiers-Etat ?" [Abbé E.Siéyès]

La France au service de l'unité italienne

L'Italie reconnaissante.
L'Italie reconnaissante.
Vicenzo VELA

La légende dorée de Napoléon

Napoléon, allégorie.
Napoléon, allégorie.
Jean-Baptiste MAUZAISSE

Les figures symboliques de la IIe République

La République.
La République.
Armand CAMBON

Louis Napoléon, Président de la République et futur empereur

commentaires 1 commentaire commentaires
Le prince Louis Napoléon, Président de la République...

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Le prince Louis Napoléon, Président de la République...

Auteur : Charles GIRAUD (1819-1892)
Date de création : 1850
Date représentée : 9 juin 1850
Dimensions : Hauteur 40.5 cm - Largeur 56 cm
Technique et autres indications : peinture à l'huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Compiègne (Compiègne) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 92DE4975/C 84001

  Contexte historique

Le 9 juin 1850, la Ville de Saint-Quentin recevait le prince Louis Napoléon Bonaparte, unique président de la IIe République.
Le 10 décembre 1848, il avait été élu à la tête de l’Etat pour quatre ans, au suffrage universel, avec 5 434 000 voix. La droite conservatrice et monarchiste avait favorisé son élection car elle pensait, comme Adolphe Thiers, que le prince serait facile à manœuvrer. Celui-ci avait également bénéficié du soutien des socialistes : son saint-simonisme était pour eux une garantie ; en 1844, il avait publié une brochure socialisante, L’Extinction du paupérisme, que ses agents électoraux avaient largement répandue dans les milieux ouvriers en 1848. Le candidat Bonaparte avait d’ailleurs mis en œuvre une habile propagande personnelle. C’était un homme ambitieux, intelligent, qui croyait à son destin – qu’il confondait avec la restauration de l’Empire.

Or, les pouvoirs du prince-président devaient expirer en mai 1852 et il n’était pas immédiatement rééligible. Après l’échec du projet de révision de la Constitution, il n’y avait pas d’autre issue pour lui que le coup d’Etat.

En 1850 et 1851, Louis Napoléon effectua donc de nombreuses visites officielles en province pour préparer les masses et l’opinion publique à l’éventualité d’un coup d’Etat, prélude au rétablissement de l’Empire. La visite du prince-président à Saint-Quentin s’inscrit dans ce contexte de propagande à peine déguisée, pour un régime impérial qui doit rassurer : « Le nom de Napoléon est à lui seul tout un programme… Ordre, autorité, religion, bien du peuple. »

  Analyse de l'image

Le 9 juin 1850, le prince-président se rend en visite officielle à Saint-Quentin, dans l’Aisne, pour l’inauguration du chemin de fer. Pour l’occasion, la Société académique de Saint-Quentin a organisé une exposition horticole et industrielle dans les bâtiments de l’ancienne abbaye de Fervaques. Louis Napoléon visite l’exposition et assiste à la remise des prix. C’est cet épisode qu’a représenté Charles Giraud.

Le tableau est divisé en deux plans. Au premier, le public des notables invités à la cérémonie. Ils sont assis et certains applaudissent. Au second plan, sur une estrade derrière laquelle sont tendues des draperies, le prince-président, debout, revêtu de l’uniforme de général de la garde nationale et assisté du préfet de l’Aisne, décore de la Légion d’honneur un humble charretier, digne vieillard en bourgeron. Derrière eux se tiennent les personnalités appartenant à la suite du président de la République et les membres du bureau de la Société académique de Saint-Quentin, organisatrice de la manifestation. De chaque côté de l’estrade, des greffiers siègent derrière un bureau.

Ce tableau de Charles Giraud est peut-être davantage un projet qu’une esquisse au sens précis du terme. Il n’y a pas de trace d’une commande passée au peintre pour l’exécution du sujet en grand format. Il n’est pas impossible d’ailleurs que cet acte du président de la République Louis Napoléon Bonaparte ait paru beaucoup moins intéressant à l’empereur Louis Napoléon, parce que trop « démocratique ».

  Interprétation

Charles Giraud a représenté de façon relativement fidèle ce moment particulier de la visite du prince-président à Saint-Quentin. avec cette nuance toutefois qu’il lui a paru plus spectaculaire – ou plus « convenable » – de saisir Jean-Baptiste Pruvost debout, au moment où il est décoré.

Le prince-président est probablement fort heureux de récompenser lui-même ce vénérable ouvrier agricole, blanchi sous le harnais et, de surcroît, ancien soldat de la grande armée de l’Empereur. Il montre qu’il sait garder le contact avec les classes laborieuses de la société et satisfait ainsi la gauche républicaine et socialiste.

Néanmoins, cette visite de Louis Napoléon Bonaparte à Saint-Quentin est lourde de sens politique. Dans le discours qu’il prononce au cours du banquet qui a lieu au théâtre de Saint-Quentin, le prince-président rompt – sans le renier – avec son passé de conspirateur, en rappelant qu’il a été emprisonné pendant six ans derrière les murs de la forteresse de Ham – ville proche de Saint-Quentin –, après la folle équipée de Boulogne en août 1840. Il rappelle également que quarante-huit ans auparavant, Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, vint en ces lieux pour inaugurer le canal de Saint-Quentin. Il place donc son action dans l’exacte continuité de celle de son illustre prédécesseur.

Ainsi, à deux ans et demi de la proclamation de l’Empire, Louis Napoléon Bonaparte est reçu à Saint-Quentin davantage en héritier et successeur de son oncle l’empereur Napoléon Ier qu’en président de la République. Personne ne s’y trompe : on crie sur son passage « Vive Napoléon ! », « Vive le Président ! » et même « Vive l’Empereur ! » Les cris de « Vive la République ! » sont timides et rapidement étouffés.

Auteur : Alain GALOIN


Bibliographie

  • R.BURNAND, L’Encyclopédie par l’image - Napoléon III (1808-1873), Paris, Hachette, 1951.
  • Elie FLEURY, Visite de chefs d’Etat à Saint-Quentin depuis le commencement du siècle, 1897., Le Journal de Saint-Quentin, jeudi 13 & dimanche 16 juin 1850.
  • Jean-Marie MOULIN, « Musée national du Château de Compiègne - Acquisitions récentes (1978-1986) pour le musée du Second Empire », in La Revue du Louvre, 1988, p. 46.

Commentaires

Louis Napoléon Bonaparte qu'on n'appelle aussi Napoléon III et moins fort en guerre que son oncle Napoléon Bonaparte.
Mattheo
Par Mattheo le 22/01/13 à 15h16 - #1179

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page