Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion et modernité (8 études)

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.
La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

L’anticléricalisme (5 études)

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Découvrez aussi

L'immoralité au cœur de la lutte religieuse pendant la IIIe République

Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.
Les débauches d’un confesseur, par Léo Taxil et Karl Milo.
HODE

La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Le grand tenor du radicalisme

Georges Clemenceau prononçant un discours dans une réunion électorale.1885.
Georges Clemenceau prononçant un discours dans une réunion électorale.1885.
Jean-François RAFFAELLI

"A la gloire de l'Empire colonial"

Distribution des récompenses à l’Exposition universelle de 1889.
Distribution des récompenses à l’Exposition universelle de 1889.
Henri GERVEX

L'anticléricalisme dans le premier XIXe siècle

Caricature d'un ecclésiastique tenant une croix
Caricature d'un ecclésiastique tenant une croix
Eugène DELACROIX

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat

La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.
La Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue <em>La Lanterne</em>.
« Voilà l’ennemi », Affiche pour la revue La Lanterne.

Le Cartel des gauches de 1924

La « Grande Armée » du Bloc national.
La « Grande Armée » du Bloc national.
Pierre DUKERCY

La chouannerie sous le regard de la IIIe République

La mort du général Beaupuy.
La mort du général Beaupuy.
Alexandre BLOCH

Un homme politique au faîte de sa puissance

commentaires 0 commentaire commentaires
Emile Combes.

© Musée Jean Jaurès

Agrandissement - Zoom

Titre : Emile Combes.

Auteur : B. COLOMB (1849-1909)
Date de création : 1903
Date représentée : 1903
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée Jean-Jaurès de Castres (Castres) ; site web
Contact copyright : Musée Jean Jaurès, 2, place Pélisson, BP 406, 81100 Castres.Tél: 05 63 72 01 01, Email : jaures@ville-castres.fr

  Contexte historique

Sénateur, président du Sénat, ancien ministre, Emile Combes devient président du Conseil en mai 1902. Figure importante du radicalisme, il est appelé, après la victoire du Bloc des gauches, à mener une politique anticléricale destinée à réduire la puissance de l’Eglise catholique dans la société civile, et une politique de fermeté destinée à républicaniser l’administration de l’Etat, la magistrature et l’armée

  Analyse de l'image

L’envoyé du diable ?

Droit (à la limite de la raideur), Emile Combes regarde fixement sur sa gauche, ses yeux sont aussi perçants qu’il a l’air déterminé et entêté. Muni d’une plume, il écrit quelques lignes sur une feuille posée au coin d’un guéridon. Ce qu’il écrit semble d’une extrême importance, mais son écriture quasi automatique ne lui demande pas d’attention particulière. Il porte une redingote noire, un discret nœud papillon et un pantalon de velours côtelé gris. Son extrême élégance et son assurance ne parviennent pas toutefois à masquer son être proprement diabolique. Une queue reptilienne dépasse très largement de sa veste et deux cornes formées par ses cheveux tressés pointent vers l’arrière, tandis qu’à ses pieds ses chaussures fendues en leur centre se confondent aisément avec des sabots de bouc.

Autour de lui, tout suggère la présence du « Malin ». L’horizon et l’infini sont dominés par les ténèbres et les flammes de l’enfer. Au loin, un hibou impassible, oiseau de proie allié des forces de la nuit, surveille attentivement le paysage du haut d’un rocher dénudé, tandis qu’au-dessus d’Emile Combes trois diablotins chauves-souris tournoient dans les airs.

Le monde réel lui-même, au tout premier plan, n’est que l’antichambre de l’enfer : le carrelage de forme triangulaire renvoie à la trinité maçonnique, et la table recouverte d’une nappe sur laquelle on aperçoit Belzébuth a elle aussi des pieds de bouc. Comment, dans ces conditions, l’écriture d’Emile Combes ne susciterait-elle pas le feu, celui-là même qui alimente l’enfer... ?
Le talent du caricaturiste permet de bien saisir les caractères négatifs dont il veut affubler son personnage : la perfidie et la tromperie sont suggérées par son attribut reptilien ; la malignité par le plissement de ses yeux et par les surcharges de couleur rouge portées sur ses paupières ; la violence de son action par tout ce qui rappelle le démon, par la couleur rouge et la forme hérissée de la plume avec laquelle il écrit.

  Interprétation

Un portrait-charge suggestif

Ce portrait-charge est issu d’une série d’une trentaine de tableaux consacrés aux hommes politiques les plus importants du début du siècle. Commandés par les magasins parisiens de prêt-à-porter du Hight life Taylor, ces tableaux réalisés par Sirat et Moloch étaient présentés, sur le lieu de vente même, à une clientèle aisée censée apprécier les différents modèles de costumes portés par les nombreux personnages caricaturés. Moloch apporte ici son soutien aux forces cléricales adversaires du Bloc et de la « laïcité de son combat ». Il utilise, pour ce faire, les différents éléments et symboles susceptibles d’être tout de suite compris et assimilés par l’opinion publique. Cependant, bien que sensible aux critiques suscitées par l’action du président du Conseil, le caricaturiste a dû tenir compte de la réalité et le représenter aussi tel qu’il était : petit, élégant, d’un caractère intraitable et déterminé, largement dominé par des pensées et des buts politiques et idéologiques qui dépassaient son époque et sa propre personnalité.

Auteur : Alain BOSCUS


Bibliographie

  • Serge BERSTEIN, Histoire du parti radical, PFNSP, 1980-1982.
  • Gabriel MERLE, Emile Combes, Fayard, 1995.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page