Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Sport (9 études)

Plage de Granville.
Plage de Granville.
Eugène ISABEY

art et religion (16 études)

Séance d'ouverture des Etats généraux, 5 mai 1789.
Séance d'ouverture des Etats généraux, 5 mai 1789.
Jean-Michel MOREAU

Découvrez aussi

Les emprunts nationaux de 1916 et 1917

2<sup>me</sup> emprunt de la Défense nationale.
2me emprunt de la Défense nationale.
Alcide ROBAUDI

Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)
Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)
Auguste PINELLI

Les débuts de l'aviation : Charles Godefroy

Charles Godefroy passe sous l’Arc de triomphe.
Charles Godefroy passe sous l’Arc de triomphe.
Jacques MORTANE

L'essor de la lutte française

Lutteurs.
Lutteurs.
Alexandre FALGUIERE

Les figures symboliques de la IIe République

La République.
La République.
Armand CAMBON

Le fléau de la tuberculose

Un grand fléau la tuberculose.
Un grand fléau la tuberculose.
F. GALAIS

La fin de la guerre de Crimée

Le Congrès de Paris, 1856.
Le Congrès de Paris, 1856.
Edouard DUBUFE

Les jeux olympiques de Paris, 1924

commentaires 0 commentaire commentaires
Paris - 1924, Jeux Olympiques.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Agrandissement - Zoom

Titre : Paris - 1924, Jeux Olympiques.

Auteur : Jean DROIT
Date de création : 1924
Date représentée : 1924
Lieu de Conservation : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC (Paris) ; site web
Contact copyright : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ./MHC. 6, allée de l'Université. 92001 Nanterre Cedex. Tél. ,: 01 40 97 79 00 / Fax : 01 40 97 79 40. ; site web

  Contexte historique

Paris, ville olympique

Au moment où s’affirme en Europe le triomphe des Etats-nations, le baron Pierre de Coubertin ressuscite la tradition hellénique des jeux antiques et l’esprit olympique. Il souhaite que la renaissance des Jeux coïncide avec l’Exposition universelle de Paris en 1900, mais il se voit ravir la primeur par Athènes où les premiers Jeux olympiques modernes sont organisés en 1896. Paris accueillera la deuxième en 1900, puis, en 1924, les huitièmes. A partir du 5 juillet, 3 070 athlètes représentant 44 pays participent à 134 épreuves relevant de 18 sports. Les épreuves se déroulent au stade de Colombes et à la piscine des Tourelles, inaugurée peu avant dans le XXe arrondissement de Paris.

  Analyse de l'image

La scène et les acteurs

Cette affiche officielle des Jeux représente six athlètes, tous blancs et de sexe masculin, le torse nu et le bas du corps recouvert d’une étoffe blanche rappelant la tunique antique – sur un mode figuratif mais non réaliste. Ils prêtent le serment olympique, la tête tournée vers la droite, vraisemblablement vers la tribune que l’on ne peut voir. A l’arrière-plan, d’autres mains pareillement tendues donnent le sentiment du nombre et de l'ordre. Derrière elles, des drapeaux tricolores occupent tout l’espace. Au premier plan, on distingue le blason de Paris (Fluctuat nec mergitur), à demi visible, et des palmes.
La rectitude des corps et la saturation de l’image par les drapeaux privent la scène de toute dynamique interne.

  Interprétation

Universalisme ou nationalisme ?

Le futur salut nazi ne doit pas conduire à surinterpréter cette affiche en lui donnant un sens qui ne saurait être le sien en 1924. La comparaison avec des photographies de la cérémonie d’ouverture de jeux qu’elle évoque révèle en revanche des transpositions signifiantes : lors de ce qui relève alors plus de la cérémonie et du défilé militaire que de la fête, les athlètes, au rang desquels des femmes en nombre non négligeable, sont vêtus de shorts et de maillots. A l’évidence, l’affiche s'éloigne de la réelle sociologie des athlètes en en donnant une image plus virile et plus européano-centriste. En revanche, la dimension nationale, sinon nationaliste, de l’affiche n’est pas sans restituer certains traits de ces jeux tenus six ans après la fin du conflit mondial : les Allemands ont été éliminés de la sélection, comme déjà quatre ans plus tôt, et l’on peut lire, sur les pourtours du stade de Colombes : « Je promets sur l’honneur de pratiquer le sport avec désintéressement, discipline, loyauté pour devenir meilleur et mieux servir ma patrie » et, plus loin, sous les anneaux olympiques qui ne sont encore que trois, « un drapeau, un empire ».

Auteur : Danielle TARTAKOWSKY


Bibliographie

  • Jean-François BOURG, « L’olympisme à la croisée des chemins », in Universalia 2000, Paris, Encyclopedia Universalis, p.112-118.
  • Jean-Marie BROHM, Le Mythe olympique, Paris, Christian Bourgois, 1998.
  • Claude FLEURIDAS et Raymond THOMAS, Les JO, aspects historiques, institutionnels, sociologiques, Paris, Editions Revue EPS, 1984.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page