Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

mouvements et salons (7 études)

Rue à Berlin.
Rue à Berlin.
George GROSZ

Découvrez aussi

Les présidents de la République française

Emile Loubet (1838-1929), président de la République française.
Emile Loubet (1838-1929), président de la République française.
Fernand-Anne PIESTRE, dit CORMON

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Décor intérieur du temple de la Raison établi à Saint-Maurice de Lille avec la statue de la Liberté.
Décor intérieur du temple de la Raison établi à Saint-Maurice de Lille avec la statue de la Liberté.
François VERLY

La loi de séparation du 9 décembre 1905 et sa mise en œuvre

Loi de séparation du 9 décembre 1905.
Loi de séparation du 9 décembre 1905.

Henri de Rochefort

Henri de Rochefort.
Henri de Rochefort.
Auguste RODIN

Victor Hugo de trois quarts

Victor Hugo de trois quarts.
Victor Hugo de trois quarts.
Auguste RODIN

La pensée moderne face au catholicisme

La Madeleine chez le pharisien.
La Madeleine chez le pharisien.
Jean BERAUD

Adolphe Crémieux, grand législateur de la IIIe République

Portrait de M. Crémieux, sénateur.
Portrait de M. Crémieux, sénateur.
Jean Jules Antoine LECOMTE DU NOUY

"Le tour du monde en un jour", une exposition coloniale

Exposition coloniale internationale. Paris 1931. Le tour du monde en un jour.
Exposition coloniale internationale. Paris 1931. Le tour du monde en un jour.
DESMEURES

Un tableau d'inspiration anthropologique

commentaires 1 commentaire commentaires
Caïn.

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Caïn.

Auteur : Fernand-Anne PIESTRE, dit CORMON (1845-1924)
Date de création : 1880
Dimensions : Hauteur 400 cm - Largeur 700 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée d'Orsay (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 83DE171 /

  Contexte historique

La peinture officielle de la IIIe République
Fernand Cormon a effectué une carrière exemplaire sous la IIIe République, exécutant nombre de commandes publiques[1]. Régulièrement médaillé au Salon depuis 1870, il n’y présente rien en 1879 afin de se consacrer à une toile monumentale, Caïn, exposée l’année suivante. Très attendu, le tableau crée l’événement. Il est acheté par l’Etat et vaut la Légion d’honneur à son auteur. Contrastant avec l’exécution lisse et les couleurs claires des autres œuvres du Salon[2], il se rattache à la peinture d’histoire par son sujet et au naturalisme par son traitement.

  Analyse de l'image

« La Conscience »
Le tableau est présenté au Salon comme l’illustration des premiers vers de « La Conscience » de Victor Hugo[3], poème lui-même inspiré de la Genèse (IV). Le poète avait insisté sur le caractère inéluctable de la sentence divine : condamné par Dieu à fuir sans fin parce qu’il a assassiné son frère Abel, Caïn est poursuivi par sa conscience, incarnée par l’œil de Dieu, jusque dans sa tombe. Le poème est ponctué de vers traduisant cette omniprésence. Hugo s’est inspiré d’une gravure du XVIIIe siècle[4], où l’œil divin apparaît à travers des nuages.
Dans le tableau, la fuite désespérée de Caïn et de ses descendants est traduite par le format en largeur et par une composition très simple, basée sur deux grandes diagonales proches de l’horizontale. Des ombres au caractère menaçant s’étirent sur le sol. La troupe avance d’un pas lent et les yeux baissés. Cormon a peint par touches épaisses, d’une large facture, recourant à une gamme de couleurs terreuses qui créent une atmosphère oppressante. La seule détente est apportée par la silhouette bleutée d’une montagne à l’horizon et par les percées de ciel à travers les nuages, auxquelles le groupe tourne le dos.
Ce cortège frappe par son traitement « archéologique » : Cormon a soigné sa reconstitution et exécuté chaque figure d’après des modèles vivants venus poser dans son atelier, qu’il revêt de peaux de chèvre et représente grandeur nature.

  Interprétation

Un tableau anthropologique
Caïn est le premier tableau d’inspiration préhistorique de Cormon qui s’en fera ensuite une spécialité. Son exécution suit de peu les découvertes de l’homme de Cro-Magnon et les peintures paléolithiques d’Altamira. Il correspond à la vision anthropologique des années 1880. Le darwinisme[5] vient d’affirmer les impératifs biologiques de l’homme, calqués sur le règne animal, réduisant notamment la femme à sa finalité reproductrice et établissant son infériorité intellectuelle, ce qu’illustre le groupe de créatures inactives et alanguies portées sur le brancard. De même la pensée de Darwin, véhiculée par Hippolyte Taine[6], a engendré le déclin de la croyance en un Dieu bienveillant ayant préordonné le bonheur humain. D’où cette représentation « laïque » et pessimiste des ancêtres de l’humanité, miroir d’une société à laquelle la science apporte réconfort et crainte en même temps.

Auteur : Stéphanie CABANNE


Notes

Notamment La Bienfaisance de l'Education pour la mairie du IVe arrondissement (1878), une Histoire de l'écriture pour l'Hôtel de Ville de Paris et trois plafonds pour le Petit Palais (Vision du Paris primitif, Révolution française et Temps modernes, 1911).

L'autre œuvre monumentale du Salon est la Naissance de Vénus de William Bouguereau (1879, musée d'Orsay).

In La Légende des siècles (1859) :
" Lorsqu'avec ses enfants couverts de peaux de bêtes,
Echevelé, livide au milieu des tempêtes
Caïn se fut enfui de devant Jéhovah..."

Gravure de Gueudeville illustrant le meurtre d'Abel dans le Grand Théâtre historique (1707).

Charles Darwin, La Descendance de l'homme (1871).

Hippolyte Taine est enseignant à l'Ecole des beaux-arts de même que Cormon.


Bibliographie

  • Collectif, Cat. exp. La Gloire de Victor Hugo, Paris, Grand Palais, 1985.
  • ROSENBLUM Robert, La Peinture au musée d’Orsay, Paris, Nathan, 1989.
  • BRISSON D., Marina FERRETTI-BOCQUILLON et MURAT L., Voyage à Orsay, RMN, Paris, 1992.
  • Collectif, Cat. exp. L’Ame au corps, 1793-1894, Paris, Grand Palais, RMN-Gallimard/Electa, 1993.

Commentaires

Bonjour,

Ce peintre CORMON, dont je suis un descendant assez éloigné et dont j'ai étudié la généalogie et l’œuvre a été très connu de son vivant et a été un professeur émérite qui, dans ses différents ateliers a vu défiler de nombreux peintres et artistes. Je suis assez étonné que personne n'ait eu l'idée d'organiser une rétrospective de ses œuvres. Dommage !
andré CORMON
Par andré CORMON le 14/09/13 à 11h22 - #1692

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page