Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Napoléon Bonaparte - La figure impériale (10 études)

Le geai dépouillé de ses plumes empruntées.
Le geai dépouillé de ses plumes empruntées.

L'édification du culte napoléonien (5 études)

Le couronnement de Joséphine.
Le couronnement de Joséphine.

Découvrez aussi

La mort de Bara

Mort de Joseph Bara.
Mort de Joseph Bara.
Jacques-Louis DAVID

Les signataires du serment du Jeu de paume

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Jacques-Louis DAVID

Consulta de la République cisalpine réunie en comices à Lyon

Consulta de la République cisalpine réunie en comices à Lyon
Consulta de la République cisalpine réunie en comices à Lyon
Nicolas-André MONSIAU

Les adieux de Napoléon à la Garde impériale (20 avril 1814)

Adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du Cheval-Blanc du château de Fontainebleau.
Adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du Cheval-Blanc du château de Fontainebleau.
Antoine Alphonse MONTFORT

Le Baptême du Prince impérial

Le Baptême du Prince impérial.
Le Baptême du Prince impérial.
Thomas COUTURE

L'allégorie sous le Consulat

L’Hercule Français.
L’Hercule Français.
Philippe Auguste HENNEQUIN

Les redditions

Napoléon reçoit les clefs de Vienne à Schönbrunn, le 13 novembre 1805.
Napoléon reçoit les clefs de Vienne à Schönbrunn, le 13 novembre 1805.
Anne Louis GIRODET DE ROUCY TRIOSON

Le couronnement de Joséphine

Le couronnement de Joséphine.
Le couronnement de Joséphine.

La Révolution et l'Église en 1791

Camus, Talleyrand, Rabaut-Saint-Etienne, la Religion.
Camus, Talleyrand, Rabaut-Saint-Etienne, la Religion.

Pie VII

Pie VII.
Pie VII.
Jacques-Louis DAVID

Le sacre de l'empereur Napoléon Ier : une œuvre clé

commentaires 10 commentaires commentaires
Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine

Auteur : Jacques-Louis DAVID (1748-1825)
Date de création : 1806
Date représentée : 2 décembre 1804
Dimensions : Hauteur 621 cm - Largeur 979 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée du Louvre (Paris) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 93DE1570/INV 3699

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

Après le consulat à vie établi en 1802, le Conseil d’Etat, s’inspirant du mythe de Charlemagne, suggère en 1804 l’instauration du régime impérial. Une nouvelle constitution confie le gouvernement de la République à Napoléon Bonaparte, qui devient empereur héréditaire. Le sacre, dont l’organisation est confiée à Ségur, grand maître des cérémonies, assisté du premier chambellan, Rémusat, est prévu à Notre-Dame. Percier et Fontaine réalisent les décors, faisant de l’intérieur gothique un temple romain, tandis qu’Isabey prend en charge les habits et les poupées costumées destinées aux répétitions. L’acteur Talma entraîne Napoléon à une démarche et à un maintien solennels.
Le sceptre et la couronne de Charlemagne sont restaurés ou copiés pour l’occasion alors que le diamant est enchâssé dans le pommeau de l’épée.
Les futurs empereur et impératrice se rendent à Notre-Dame séparément. Ils reçoivent la triple onction de la main du pape.
Napoléon se coiffe pourtant lui-même de la couronne de Charlemagne avant de prêter, à l’issue du sacre, le serment constitutionnel.

  Analyse de l'image

La vaste composition de 9 mètres sur 6, qui rassemble plus de deux cents figures, donne l’impression d’une scène vivante. Elle s’inspire du Couronnement de Marie de Médicis de Rubens, sans toutefois en reprendre les lignes courbes.
Portant une robe de satin blanc, un manteau de velours cramoisi brodé d’or et une ceinture à franges dorées, l’Empereur se tient debout. Coiffé d’un anneau de laurier, il s’apprête à poser la couronne sur la tête de Joséphine, laquelle est vêtue de blanc et d’argent et se tient à genoux sur un coussin carré de velours violet semé d’abeilles, symbole mérovingien. Cet unique mouvement se situe au centre de la scène.
On distingue, derrière, Bessières, l’ordonnateur de la cérémonie, tandis que madame de La Rochefoucauld, dame d’honneur de Joséphine, et madame Lavalette, sa dame d’atour, en blanc et en diadème, soutiennent la lourde traîne de l’impératrice. A droite, derrière l’Empereur, le pape Pie VII assis dans un fauteuil, lève la main droite pour les bénir.
Dans une frise légèrement oblique, les personnages d’un calme majestueux sont ordonnés selon un rythme rigoureux. Cette juste répartition de la foule forme un ensemble de figures verticales mises en évidence par des gradations de couleur et de lumière.
La ressemblance des personnages et le détail des costumes confèrent à cette toile le réalisme d’une galerie de portraits : à la droite du pape, le cardinal-légat Caprara. A sa gauche, l’architrésorier Lebrun, de dos, coiffé comme tous les princes et dignitaires à la Henri IV, en manteau violet brodé d’or, tenant à la main gauche un bâton surmonté de l’aigle impériale. A droite de Lebrun, l’archichancelier Cambacérès, que l’on voit de profil, tient la main de justice et, à côté de lui, Berthier portant le coussin sur lequel repose le globe impérial surmonté d’une croix. Vient ensuite Talleyrand en manteau rouge orné d’une décoration. Au-dessus de lui, Eugène de Beauharnais, nu-tête, en hussard et avec cordon rouge, s’appuie sur son épée.
Au milieu du tableau, nous distinguons très nettement Murat, en habit brodé d’or et culotte de satin, qui tient encore le coussin sur lequel reposait la couronne. Juste derrière lui, empanachés eux aussi d’un chapeau à plumes, se tiennent Ségur, à gauche, et les maréchaux Moncey et Serrurier. En arrière-plan central, sur la première des trois tribunes à baldaquin, on distingue, au centre, la mère de l’Empereur. Vêtue de blanc, portant un diadème et un voile sur la tête, elle est entourée de ses dames d’honneur et de ses chambellans. A gauche sont présents Joseph et Louis Bonaparte, les sœurs, les belles-sœurs de l’Empereur, Caroline Murat, grande-duchesse de Berg et future reine de Naples, Pauline, princesse Borghèse, Elisa Bacciochi, future princesse de Lucques et de Piombino, la princesse Hortense, le prince Napoléon. A l’arrière, Duroc, fidèle aide de camp de Napoléon. Derrière les prie-Dieu, le cardinal de Belloy, archevêque de Paris, et ses vicaires.
Le jeu de lumière organise et rythme la composition ainsi que l’accord vert-rouge des velours. Les plans s’étagent par le jeu des valeurs et par l’exécution picturale, de plus en plus légère vers le fond.
David groupe et distribue les masses grâce à un éclairage contrasté, une touche vibrante, une savante orientation de la lumière, concentrée sur les premiers rôles, s’atténuant jusqu’à la pénombre à gauche. La courbe ouverte, achevée à droite par les figures, vues de dos, de Cambacérès et Lebrun tenant, aux côtés de Berthier et de Talleyrand, le sceptre et la main de justice, donne de la profondeur à la cérémonie.
En découvrant le tableau, Napoléon eut cette parole : « Quel relief, quelle vérité ! Ce n’est pas de la peinture ; on marche dans ce tableau. » Sa fidélité à l’événement a toutefois ses limites : ainsi n’y avait-il qu’un collier de la Légion d’honneur à aigles accolées alors que l’on voit Napoléon et ses deux frères en porter un. La mère de l’Empereur, en délicatesse avec son fils, n’était pas présente, et le cardinal Caprara, malade ce jour-là, non plus. A côté du pape se tenait en réalité le cardinal di Pietro. Par ailleurs la disposition des éléments fait parfois entorse au protocole : les prie-Dieu que l’on voit séparés des petits trônes presque invisibles près de l’autel sont placés en réalité derrière le trône pontifical, placé lui aussi plus bas qu’il ne doit l’être, le dais est abaissé, le second rang des tribunes entre les arcades est plus haut, les prêtres derrière l’autel sont imaginaires…

  Interprétation

Cette allégorie réelle marque la fin du néoclassicisme et la primauté du réalisme et de la liberté de l’artiste par rapport au genre historique.
L’œuvre a un sens politique : couple impérial, pape, cardinaux et maréchaux sont en pleine lumière tandis que courtisans, frères et sœurs sont dans l’ombre.
Elle comporte un aspect anticlérical : Napoléon sacre lui-même Joséphine, faisant du pape un simple témoin.
Le Couronnement de l’Empereur et de l’impératrice à Notre-Dame est surtout le spectacle de la rencontre de deux génies, l’artiste et l’Empereur : « Je me glisserai à la postérité à l’ombre de mon héros », déclara David. Il forme un monde où se mélangent Ancien et nouveau Régime, ancien et nouveau siècle, aristocrates, croquants, héros, prélats défroqués, parvenus, gloires et petitesses, jalousies, ambitions, trahisons, vanités, hypocrisies, comédie de la grandeur humaine.
Enfin, la présence de Joseph-Marie Vien dans ce que David considérait comme la plus importante de ses œuvres peut se lire comme un hommage de l’élève à son maître.

Auteur : Malika DORBANI-BOUABDELLAH


Bibliographie

  • Louis BERGERON, L’Episode napoléonien. Aspects intérieurs. 1799-1815, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.
  • José CABANIS, Le Sacre de Napoléon, Paris, Gallimard, coll. « Les trente journées qui ont fait la France », 1970, rééd. coll. « Folio Histoire », 1994.
  • François FURET, La Révolution 1770-1880 : de Turgot à Jules Ferry, Paris, Hachette, 1988, rééd. coll. « Pluriel », 1992.
  • Antoine SCHNAPPER, Jacques-Louis David. 1748-1825, cat. Exp. Paris, Louvre, Versailles, musée national du Château, Paris, RMN, 1989.

Commentaires

super site
jojo
Par jojo le 14/12/11 à 15h34 - #399
j'ai un DM et il me manque des trucs:
le collier de l'ordre de la legion d'honneur est crée par napoleon?
les abeilles quelles snt leurs origines?et la main de justice pareil!
merci d'avancve
boubou
Par boubou le 10/03/12 à 12h44 - #617
Bonjour,

N'hésitez pas à aller voir une autre étude sur le même sujet :
www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=175

Certaines réponses à vos questions sont dans les commentaires.

Je vous conseille également d'aller voir cette étude :
www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=213

A bientôt,

Anne-Lise
Histoire-image
Par Histoire-image le 12/03/12 à 14h46 - #626
Quel est votre ressenti sur cette oeuvre ?
Jeanine
Par Jeanine le 13/04/12 à 11h46 - #687
bonjour Anne-Lise je voulais te dire que tes liens je ne peut y accéder =(
ange22
Par ange22 le 16/01/13 à 17h50 - #1164
Bonjour,

Désolée pour ces liens défectueux.
Les voici à nouveau :
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=175

http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=213


Anne-Lise
Histoire_image
Par Histoire_image le 18/01/13 à 09h54 (sur twitter) - #1169
qu'est ce qui rappelle le sacre des rois de l’Ancien Régime mais aussi ce qui l’en distingue aussi ??? je ne comprends pas trop cette question, pouvez m'aider?
haribooo
Par haribooo le 22/01/14 à 16h42 - #2000
super instructif, merci bcp !@ :)
clémdu83
Par clémdu83 le 08/03/14 à 17h36 - #2172
Pourquoi ce coussin violet ? Joséphine a des origines Mérovingiennes ?
Atlante
Par Atlante le 12/03/14 à 14h22 - #2193
j'aimerais savoir si les abeilles trouvées dans le tombeaux de Childéric,ont une quelconque relation avec les abeilles des coutraux languiole.Merci.
gomes
Par gomes le 21/04/14 à 22h23 - #2291

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page