Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

représenter la guerre (17 études)

L'Illustration, 29 août 1914 :
L'Illustration, 29 août 1914 : " Leur façon de faire la guerre ".
Louis Nicolas LEMASLE

Le siège de Paris (6 études)

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.
Alphonse NEUVILLE

Découvrez aussi

La Tour du travail

Tour du travail.
Tour du travail.
Auguste RODIN

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Décor intérieur du temple de la Raison établi à Saint-Maurice de Lille avec la statue de la Liberté.
Décor intérieur du temple de la Raison établi à Saint-Maurice de Lille avec la statue de la Liberté.
François VERLY

Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877

Thiers proclamé
Thiers proclamé "Libérateur du Territoire" lors de la séance de l'Assemblée Nationale
Jules GARNIER

Le Penseur de Rodin

Le Penseur.
Le Penseur.
Auguste RODIN

La fascination pour le Cambodge au début du XXe siècle

Danseuse cambodgienne à mi-corps et les bras tendus.
Danseuse cambodgienne à mi-corps et les bras tendus.
Auguste RODIN

Henri de Rochefort

Henri de Rochefort.
Henri de Rochefort.
Auguste RODIN

Napoléon III et le général Trochu

Napoléon III et Louis Trochu.
Napoléon III et Louis Trochu.
Faustin Betbeder, dit FAUSTIN

Courbet, peintre réaliste de la société

L’Atelier du peintre. Allégorie réelle.
L’Atelier du peintre. Allégorie réelle.
Gustave COURBET

Un ex-voto pacifiste

Ex-voto : Vœu fait par R.O. - 1870-1871.
Ex-voto : Vœu fait par R.O. - 1870-1871.
Jules ROMEO

Les espoirs déçus de la Monarchie de Juillet

Les Petits Patriotes.
Les Petits Patriotes.
Philippe-Auguste JEANRON

La Défense de Paris

commentaires 0 commentaire commentaires
La Défense.

© ADAGP, © Musée Rodin, Paris - Cliché B. Jarret

Agrandissement

Titre : La Défense.

Auteur : Auguste RODIN (1840-1917)
Date de création : 1879
Date représentée : 1870
Dimensions : Hauteur 151 cm - Largeur 80 cm
Technique et autres indications : plâtre; patine
Lieu de Conservation : Musée Rodin (Paris) ; site web
Contact copyright : Jérôme MANOUKIAN, Responsable du service Photographique, Musée Rodin, Hôtel Biron, 77 rue de Varenne, 75007 Paris - Tel : 01.44.18.61.10 - Fax : 01.45.51.17.52 / ADAGP, 11, rue Berryer. 75008 Paris. Tél: 33+01-43-59-09-78. Adagp@adagp.fr ; site web
Référence de l'image : S.173

  Contexte historique

La défense de Paris

En obtenant la majorité au Sénat et le départ de Mac-Mahon, remplacé à l’Elysée par Jules Grévy, les républicains sont enfin installés au pouvoir en 1879. Les souvenirs de « l’année terrible » s’en trouvent dès lors réactivés. Pour commémorer la défense héroïque de Paris contre l’envahisseur prussien en 1870-1871, la Préfecture de la Seine lance un concours en 1879 : le monument est destiné au rond-point de Courbevoie, situé à l’extrémité de l’avenue de Neuilly, dans la perspective de l’Arc de triomphe, là où s’étaient rassemblés les gardes nationaux avant la dernière bataille du siège, la « sortie » de Buzenval, le 19 janvier 1871. Rodin, qui cherche alors à se faire connaître, prend part à ce concours tout comme Bartholdi, Carrier-Belleuse, Boucher et Falguière.

  Analyse de l'image

Un groupe jugé trop révolutionnaire

Comme la plupart des autres projets (une centaine), son groupe est composé d’une figure allégorique et d’un guerrier. Mais, au lieu de se définir par les costumes ou les symboles dont les figures étaient accompagnées, l’œuvre repose sur le contraste entre le rythme brisé du corps du guerrier, représenté mourant, et le dynamisme de la figure féminine. Celle-ci jaillit hors de la composition, ses deux bras aux poings serrés largement écartés et la bouche grande ouverte comme le Génie de la Patrie de Rude à l’Arc de triomphe ; mais son aile cassée qui retombe lui donne un caractère plus humain en la faisant apparaître comme vulnérable. Quant au guerrier mourant, il offre une transposition directe du Christ de la Pietà de Michel-Ange aujourd’hui au Museo dell’Opera del Duomo, à Florence. Jugé trop révolutionnaire, ce groupe vibrant de violence fut écarté dès la première étape du concours, le 29 novembre 1879, le jury ayant donné la préférence à des œuvres plus réalistes qui, tout en ayant recours au langage de l’allégorie, donnaient du siège une vision plus historique. Mettant en scène un combattant résolu au pied d’une fière image de la Ville de Paris, tandis qu’à l’arrière une fillette engourdie par le froid rappelle la rigueur de l’hiver 1870-1871, le monument dû à Ernest Barrias fut inauguré le 12 août 1883.

  Interprétation

En honorant la défense de Paris, les républicains manifestent leur volonté de réintégrer la capitale dans la communauté nationale. Par-là même ils souhaitent en finir avec les divisions nées de la Commune, laquelle sans être pardonnée se voit d’une certaine façon oubliée. En même temps cette initiative leur permet de rappeler la politique de défense nationale qu’ils ont menée durant les premiers mois du régime, bien différente de celle de l’Ordre moral menée par Thiers après 1871. Le besoin d’inscription du nouveau régime touche donc aussi à l’ordre symbolique : la IIIe République se caractérise à partir des années 1880 par une « statuomanie » impressionnante, à l’origine de nombreuses commandes.
Le groupe de Rodin allait finir par trouver une place. En effet, l’esprit de revanche qu’il proclamait dès de 1879 s’imposa peu à peu, et Bénédite proposa ce projet en 1916 au comité néerlandais de la Ligue des pays neutres, qui voulait élever un monument commémoratif de la défense de Verdun : « Il existe dans les œuvres du Maître un groupe tout-à-fait de circonstance, déclara-t-il le 27 janvier 1917 : La Défense, qu’on pourrait reprendre en lui donnant les dimensions voulues. » L’agrandissement au quadruple fut réalisé en 1917-1918, et le monument inauguré à Verdun le 1er août 1920.

Auteur : Antoinette LE NORMAND ROMAIN


Bibliographie

  • Maurice AGULHON, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979.
  • Maurice AGULHON, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.
  • Denis LAVALLE, « Le monument de la Défense et la statuaire du XIXe siècle », in Georges WEILL, La Perspective de la Défense dans l’art et l’histoire, Nanterre, archives départementales des Hauts-de-Seine, 1983, p. 132-153.
  • Daniel IMBERT, « Le monument de la Défense de Paris », exposition Quand Paris dansait avec Marianne, Paris, Petit Palais, 1989, p. 86-103.
  • Ruth BUTLER, Rodin. La solitude du génie, Paris, Gallimard-Musée Rodin, 1998, p. 76-81.
  • Collectif, Catalogue de l’exposition Rodin en 1900. L’exposition de l’Alma, Paris, RMN, 2001 (objet n° 52).

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page