Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Patrimoine (16 études)

France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.
France!! ou l'Alsace et la Lorraine désespérées.
Jean-Joseph WEERTS

L'histoire du château de Versailles (11 études)

Vue du château et des jardins de Versailles.
Vue du château et des jardins de Versailles.
Pierre PATEL

Découvrez aussi

Le siège de Yorktown

Le Siège de Yorktown, en octobre 1781.
Le Siège de Yorktown, en octobre 1781.
Louis-Charles-Auguste COUDER

Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)
Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)
Auguste PINELLI

Théâtres et cabarets parisiens au XIXe siècle

L’Enfer, cabaret, 53 boulevard de Clichy.
L’Enfer, cabaret, 53 boulevard de Clichy.
Eugène ATGET

Napoléon et les arts

Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble.
Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble.
Charles-Louis MULLER

Les signataires du serment du Jeu de paume

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).
Jacques-Louis DAVID

La manufacture des Gobelins

Visite de Louis XIV à la Manufacture des Gobelins, le 15 octobre 1667.
Visite de Louis XIV à la Manufacture des Gobelins, le 15 octobre 1667.
Charles LE BRUN d'après

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, au milieu des rois législateurs et des jurisconsultes français,<br />reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle.
La France, au milieu des rois législateurs et des jurisconsultes français,
reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle.
Merry Joseph BLONDEL

Atelier de la princesse Marie d'Orléans

Atelier de la princesse Marie d'Orléans.
Atelier de la princesse Marie d'Orléans.
Prosper LAFAYE

Le trésor des conquêtes impériales


"L'entrée à Paris des œuvres destinées au Musée Napoléon".
Antoine BERANGER

Allégorie de la création du musée historique de Versailles

commentaires 0 commentaire commentaires
Allégorie de la création du musée historique de Versailles.

© Photo RMN-Grand Palais

Agrandissement - Zoom

Titre : Allégorie de la création du musée historique de Versailles.

Auteur : Louis-Charles-Auguste COUDER (1789-1873)
Date de création : 1843
Dimensions : Hauteur 428 cm - Largeur 820 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 74EE336/MV 5868

  Contexte historique

Le château de Versailles est resté sans véritable emploi durant la Révolution et l’Empire. On y avait installé un « musée spécial de l’Ecole française », sorte d’annexe du Louvre pour les peintres français contemporains, mais la création du musée des peintres vivants au Luxembourg, au début de la Restauration, lui fit perdre cette fonction. Des logements y furent créés pour venir en aide à différents serviteurs de l’Etat, plus tard à des nobles tombés dans l’indigence. Après l’instauration de l’Empire et de même sous la Restauration, on pensa y réinstaller la résidence habituelle du monarque et de sa cour (le Grand Trianon fut d’ailleurs complètement remeublé et servit en ce sens sous l’Empire), mais ces projets n’eurent pas de suite. Louis-Philippe, qui avait connu le Versailles de l’Ancien Régime, sauva le château en lui donnant une raison d’être originale qui perdure aujourd’hui : réaménagé à partir de 1833 en musée de l’histoire de France, le palais devait commémorer la construction de l’identité nationale, de ses origines aux temps contemporains. Pour cela on y rassemblerait autant de peintures et de sculptures originales que possible, sans hésiter toutefois à combler les vides par des commandes aux artistes contemporains. Inauguré en 1837, le musée demeure une source iconographique incomparable, et le vrai conservatoire de la peinture française de la première moitié du XIXe siècle.

  Analyse de l'image

L’allégorie de la création du musée

Couder donne ici le motif central d’un carton de tapisserie destiné à être tissé aux Gobelins, sur un programme iconographique très précis : dans le lointain se détachent entre deux buissons de lauriers, sur le ciel bleu, trois monuments : le pavillon central des Tuileries, où le souverain réside à Paris (c’est donc le siège du pouvoir central), l’Arc de triomphe de l’Etoile, symbole de l’Empire, laissé inachevé par Napoléon et que Louis-Philippe entreprit de terminer, l’obélisque de Louqsor, qui illustre la plus ancienne des civilisations antiques et qui, offert à la France par Méhémet Ali, pacha d’Egypte, venait d’être érigé au centre de la place de la Concorde. Minerve, déesse de la sagesse, qui symbolise les accomplissements de la civilisation occidentale, est assise au centre. Elle est assistée de la France, qui, debout près d’elle, appuyée sur son épaule, semble protéger son inspiration. A leurs côtés se tient le Génie de l’histoire, qui déroule sous les yeux de Minerve le plan en élévation du château, avec une vue de la cour d’honneur où se dresse la statue de Louis XIV (érigée par Louis-Philippe). La Poésie, vêtue de rose, porte une palme et contemple la scène, comme la Sculpture en robe verte, l’Architecture en blanc et la Peinture en violet clair. Deux enfants assis « calent » la composition. L’un est assis à côté d’une boîte de rouleaux antiques, l’autre à côté de chartes et de sceaux où se lit le nom de Charlemagne : c’est ici le passé le plus ancien de la France (remontant à la Gaule romaine) qui est ainsi rappelé.

  Interprétation

Le carton de Couder, peintre d’histoire alors très actif et fort pourvu en commandes officielles, illustre l’une des réalisations dont le roi-citoyen était le plus fier, et qui était aussi l’une de ses plus symboliques. Loin d’être une simple œuvre d’art, cette tapisserie célèbre une entreprise éminemment politique. En quête d’une légitimité, la monarchie de Juillet cherche à transcender les clivages et à réunir l’œuvre de l’Ancien Régime et de la Révolution. Louis-Philippe entend ainsi être le souverain d’un régime d’unité et de paix civile. Le musée qu’il dédie « à toutes les gloires de la France » apparaît alors comme le moyen de réconcilier les Français au delà de leur parti et de leur classe. Magnifiée par un art chargé de célébrer les gloires de son histoire, la nation doit devenir la puissante source d’identification commune qui a fait défaut jusqu’alors. La révolution de 1848, on le sait, devait montrer qu’une telle ambition était illusoire.

Auteur : Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS


Bibliographie

  • Guy ANTONETTI, Louis-Philippe, Paris, Fayard, 1994.
  • Claire CONSTANS, Versailles, Paris, Imprimerie nationale, 1998.
  • Claire CONSTANS, Versailles, château de la France et orgueil des rois, Paris, Gallimard coll., « Découvertes », 1989.
  • Thomas W. GAEHTGENS, « Le musée historique de Versailles » in Pierre NORA (sous la direction de), Les Lieux de mémoire, tome II « La nation », Paris, Gallimard, 1988, rééd. coll. « Quarto », 1997.
  • Philippe VIGIER, La Monarchie de Juillet, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page