Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

conditions de vie (23 études)

L'évasion de Rochefort.
L'évasion de Rochefort.
Edouard MANET

différences sociales (20 études)

Ce qu'on appelle le vagabondage.
Ce qu'on appelle le vagabondage.
Alfred STEVENS

Découvrez aussi

Quatre affiches de lancement de romans-feuilletons

Le Journal –La Traite des Blanches
Le Journal –La Traite des Blanches
Théophile Alexandre STEINLEN

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan.
Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan.
Pierre LACOUR

Une caricature clandestine de Napoléon III

Crimes et folies de Badinguet
Crimes et folies de Badinguet

Louis XVI et sa famille

Miniature sur ivoire représentant Louis XVI et sa famille
Miniature sur ivoire représentant Louis XVI et sa famille

Portrait du père Gérard

Portrait du père Gérard, bas Breton, député à l'Assemblée nationale en 1789.
Portrait du père Gérard, bas Breton, député à l'Assemblée nationale en 1789.

Capitaliste et " salopard en casquette "

L’éternel Cartel.
L’éternel Cartel.
Raoul CABROL

Le monde rural

La Terre par Émile Zola.
La Terre par Émile Zola.
Jules CHERET

La proto-industrie de la soie (Vaucluse, 1845)

Croquis de poste de travail d’une fileuse en soie
Croquis de poste de travail d’une fileuse en soie

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Charles-Pierre Pécoul.
Charles-Pierre Pécoul.
Jacques-Louis DAVID

Portraits-charges des célébrités du juste milieu

Le Ventre Législatif. Aspect des bancs ministériels de la chambre improstituée de 1834.
Le Ventre Législatif. Aspect des bancs ministériels de la chambre improstituée de 1834.
Honoré DAUMIER

Vision de la servitude paysanne

commentaires 2 commentaires commentaires
Aujourd'hui.

© Musée Jean Jaurès

Agrandissement - Zoom

Titre : Aujourd'hui.

Auteur : Théophile Alexandre STEINLEN (1859-1923)
Date de création : 1894
Technique et autres indications : Lithographie couleur reproduite dans Le Chambard socialiste illustré n° 15 du 24 mars 1894, puis dans Jean Jaurès, l’époque et l’Histoire, Ed. Centre national et musée Jean-Jaurès, 1994 (rééd. 2000), p. 37
Lieu de Conservation : Musée Jean-Jaurès de Castres (Castres) ; site web
Contact copyright : Musée Jean Jaurès, 2, place Pélisson, BP 406, 81100 Castres.Tél: 05 63 72 01 01, Email : jaures@ville-castres.fr

  Contexte historique

A la fin du XIXe siècle, la France demeure un pays largement rural. Les crises successives de l’agriculture ont certes contribué à dépeupler les terroirs les plus reculés et les moins riches, mais le nombre des paysans dépasse encore celui des ouvriers. Cependant, l’imbrication des statuts sociaux, la diversité des régions, l’inégale intégration au nouvel espace républicain et national, expliquent l’hétérogénéité de ce groupe social que l’idéologie agrarienne fait tout pour unifier. Bien que la presse insiste sur l’image officielle d’une France de petits propriétaires en faire-valoir direct, plus de 40 % de la surface agricole sont encore soumis au métayage et au fermage, tandis que le nombre des journaliers et domestiques de ferme pèse toujours d’un poids considérable (3 millions en 1892).

  Analyse de l'image

Dans une région de grandes propriétés agricoles et d’openfield, une famille de paysans pauvres travaille sous l’œil du maître. La tâche est rude, car la charrue est des plus rudimentaires et que les moyens mis à la disposition de ces travailleurs semblent ne pas avoir évolué depuis des siècles : Steinlen a représenté un couple littéralement sous le joug, là même où chacun s’attend à voir une paire de bœufs. La femme en sabots porte dans ses bras son enfant ; à ses côtés, l’homme, probablement son mari, donne l’impulsion maîtresse ; à l’arrière, un homme plus âgé, probablement l’aïeul, pousse la charrue. Trois générations sont là, toute une maisonnée, subissant sans pouvoir dire un mot les ordres et directives du propriétaire (un quasi-châtelain résidant aussi parfois en ville ?) dont la présence et l’attitude soulignent avec insolence l’exploitation dont sont victimes les « prolétaires des champs ». Ventripotent, portant costume et chapeau, fumant le cigare, tenant sa canne comme un bâton de maréchal, il incarne la puissance et la suffisance à l’instar de tous les capitalistes représentés alors par la plupart des dessinateurs et caricaturistes. Sa propriété s’étend à perte de vue, les sillons creusés par les paysans se confondant dans l’immensité du paysage occupé en son centre par un village qui semble lui aussi dominé par ce même propriétaire : l’usine dont les cheminées crachent de la fumée est en effet en contrebas du château…

  Interprétation

Depuis 1848 et l’irruption du peuple sur la scène politique, le thème de l’exploitation et de l’union des prolétaires des villes et des champs a maintes fois été traité, mais il prend dans les dernières années du XIXe siècle une vigueur nouvelle avec l’essor du socialisme et la multiplication des grèves. La chanson sociale et révolutionnaire, très populaire, en porte témoignage. Elle ouvre la voie à la nouvelle génération d’artistes et d’écrivains soucieux d’aller bien au delà du réalisme en peinture et du naturalisme en littérature. Steinlen, peintre, dessinateur et affichiste, en est alors un des représentants les plus doués, s’attachant par ses multiples collaborations à des revues et journaux d’extrême gauche à susciter l’indignation et l’engagement du plus grand nombre en faveur de tous les exploités, des marginaux et des déshérités.
Ainsi, dans cette lithographie, l’artiste a-t-il tout fait pour suggérer l’opposition entre le travail et le capital : l’oisiveté et la richesse d’un côté ; la peine et la misère de l’autre. Son message est clair : le paysan, citoyen depuis la grande Révolution, vit encore comme un serf. Mettant en valeur la terre nourricière (noter la présence symbolique de cette femme à l’enfant qui suggère la maternité), il n’est en fait qu’un exploité, à l’image des ouvriers d’usine avec qui il doit s’unir pour construire une société plus juste.

Auteur : Alain BOSCUS


Bibliographie

  • Georges DUBY et Armand WALLON (dir.), Histoire de la France rurale, tome III « De 1789 à 1914 », Seuil, 1976, rééd. coll. « Points Histoire », 1992.

Commentaires

On voit un maître, imposant, qui surveille le travail de ceux que l'on pourrait appeler « ses esclaves » car ils triment dans les champs, travaillant à l'aide d'un instrument primaire et difficile à manipuler. On voit un homme, plutôt fort qui semble donner l'impulsion première, qui semble guider le travail. A son côté, il y a une femme qui porte un enfant dans ses bras, et, à l'arrière, il y a un homme qui semble âgé, sûrement l'aïeul de la famille. Il y a ici trois générations qui travaillent. On voit, derrière, une usine, pour prouver le progrès social auquel les paysans devraient avoir droit. Ce tableau est lui aussi d'un réalisme touchant, détruisant l'image idyllique de la campagne et de ses faciles labeurs.
sushi26
Par sushi26 le 24/10/12 à 10h44 - #1004
Connaît-on ses dimensions?
Sarah821350
Par Sarah821350 le 16/12/13 à 18h35 - #1895

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page