Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion et culture (33 études)

Les Petits Patriotes.
Les Petits Patriotes.
Philippe-Auguste JEANRON

14 juillet 1789 – La prise de la Bastille (6 études)

Eugène Labiche.
Eugène Labiche.
Marcelin Gilbert DESBOUTIN

Découvrez aussi

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

L'Empereur va au devant du Pape à Fontainebleau 25 novembre 1804.
L'Empereur va au devant du Pape à Fontainebleau 25 novembre 1804.
Charles MONNET

Première fête nationale du 14 juillet (1880), à Paris et à Angers

La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880.
La République triomphante préside à la grande fête nationale du 14 juillet 1880.

Almanach national pour 1791, de PH. L. Debucourt

Almanach national pour 1791.
Almanach national pour 1791.
Philibert Louis DEBUCOURT

Panorama des Palais

Exposition universelle de 1878. Le panorama des palais.
Exposition universelle de 1878. Le panorama des palais.
FOUGÈRE

L'écrasement de la Commune

Une rue à Paris en Mai 1871 ou  La Commune.
Une rue à Paris en Mai 1871 ou La Commune.
Maximilien LUCE

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

La Fédération faite le 14 juillet 1790,… Almanach pour 1791.
La Fédération faite le 14 juillet 1790,… Almanach pour 1791.

Armes du peuple, armes du juste milieu

Armes du peuple, armes du juste milieu.
Armes du peuple, armes du juste milieu.
Charles PHILIPON

Les emprunts nationaux de 1916 et 1917

2<sup>me</sup> emprunt de la Défense nationale.
2me emprunt de la Défense nationale.
Alcide ROBAUDI

Grandjouan, militant radical

Le vol des Quinz'mill.
Le vol des Quinz'mill.
Jules GRANDJOUAN

La fête de la Fédération

commentaires 5 commentaires commentaires
La fête de la Fédération.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Agrandissement - Zoom

Titre : La fête de la Fédération.

Auteur : Charles MONNET (1732-1810)
Date de création : 1790
Date représentée : 14 juillet 1790
Technique et autres indications : gravé par Helman ; Eau-forte de A.J. Duclos
Lieu de Conservation : Bibliothèque nationale de France (Paris) ; site web

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

La genèse de la fête

Il s’agit de la fête la plus célèbre de la Révolution française. Fête emblématique, au point qu’aujourd’hui encore notre fête nationale réunit en elle deux adversaires : la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, et la Fédération du 14 juillet 1790. L’intention primitive de la fête n’était pourtant pas celle d’une célébration unanime. L’idée était née en province, dans cet hiver 1790 où les alliances défensives, hantées par les souvenirs de la Grande Peur, n’avaient cessé de se nouer entre les gardes nationales et l’armée tout entière. Des fêtes locales et toutes militaires scellaient ces pactes. Paris s’inquiète alors de l’agitation qui risque de gagner les troupes régulières et choisit de la contrôler en convoquant dans la capitale, pour le 14 juillet, les députations provinciales. Mais le caractère conservateur d’une fête destinée à garantir l’ordre est vite débordé par l’enthousiasme collectif d’où la Fédération tire son prestige légendaire.

  Analyse de l'image

La procession du Champ-de-Mars

Monnet et Hellman ont souhaité rendre le caractère grandiose de la scène La gravure représente le Champ-de-Mars creusé en forme d’ellipse, tel qu’on pouvait le contempler de la loge qui abritait l’Assemblée nationale. La vue s’étend au nord vers les collines de Passy et vers l’arc de triomphe dessiné par Cellerier. Au centre, on aperçoit l’autel de la patrie, volontairement privé de dais, pour ne pas séparer l’Etre suprême de ses adorateurs. On croit y distinguer les robes blanches des prêtres – ils étaient 300 –, mais cette incertitude même traduit un des caractères de la fête : l’immense lieu théâtral du Champ-de-Mars ne permettait pas aux spectateurs de bien suivre ce qui se passait sur l’autel de la patrie.
Les graveurs ont soigneusement distingué le défilé des troupes régulières – 50 000 hommes avec leurs drapeaux – et celui des gardes départementales, reconnaissables à leurs 83 bannières de taffetas blanc, ornées de feuilles de chêne et portant au centre le nom du département. Dans le rendu minutieux de l’événement, seul le ciel a fait l’objet d’un traitement approximatif : Monnet et Hellman n’ont voulu retenir ni les nuages noirs ni la pluie qui avait continûment noyé le cortège.
La scène est saisie au moment de la prononciation du serment, saluée par les canons dont on voit la fumée derrière l’arc de triomphe et par la forêt des bras levés. Un premier plan permet aux graveurs de corriger l’aspect officiel, ordonné, militaire et masculin du cortège : amoureux enlacés, grandes sœurs qui enseignent à leur petit frère le geste du serment, femmes enfin (elles n’avaient pas obtenu du Comité de Constitution le droit de figurer dans le cortège), panier au bras. A cette gracieuse guirlande de premier plan est confiée toute la spontanéité de la fête.

  Interprétation

L’histoire et la légende

L’œuvre, en dépit de son caractère appliqué, restitue ce qui a fait la fortune historiographique de la fête de la Fédération : d’abord le spectacle grandiose du cirque, installé dans ce Champ-de-Mars où Michelet a vu le vrai legs de la Révolution à l’urbanisme parisien. Puis l’unanimité, au moins rêvée : pas un aristocrate indigné ou simplement boudeur parmi les participants. Enfin la simultanéité des serments, article si indispensable à la liesse qu’il fallut le prononcer « à l’heure de midi, de concert et au même instant par tous les habitants et dans toutes les partis du royaume ». Immensité, unanimité, simultanéité : ce sont bien là les traits qui, malgré la monotonie de cette interminable procession trempée, ont marqué durablement l’imaginaire de la Fédération.

Auteur : Mona OZOUF


Bibliographie

  • Marie-Louise BIVERT, Fêtes révolutionnaires à Paris, Paris, PUF, 1979.
  • Maurice LAMBERT, Les Fédérations en Franche-Comté et la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, Paris, Perrin, 1890.
  • Mona OZOUF, La Fête révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1976.

Commentaires

on remarque une très belle arche dans le fond du tableau
jean-yves
Par jean-yves le 17/11/11 à 10h53 - #328
très très beau monument bravo Claude Monet
lulu
Par lulu le 19/02/12 à 14h45 - #571
euh...
Lulu tu as tout faut c'est Charles Monet et non Claude Monnet et Monnet prend deux n pas qu'un
juju
Par juju le 17/04/12 à 09h06 - #704
non c'est Claude Monet et Charles Monnet
THEUTHEU
Par THEUTHEU le 24/01/13 à 19h28 - #1195
mais non les mecs...C'est juste Charles MONNET c'est marqué en haut.

Bises,@+
jean-daniel
Par jean-daniel le 20/12/13 à 13h35 - #1903

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page