Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

religion et culture (33 études)

Les Petits Patriotes.
Les Petits Patriotes.
Philippe-Auguste JEANRON

mouvement ouvrier (5 études)

Partition de l'Internationale.
Partition de l'Internationale.
Théophile Alexandre STEINLEN

Découvrez aussi

Le drapeau tricolore

Le drapeau tricolore.
Le drapeau tricolore.
François GEORGIN

La grève des viticulteurs

Crise viticole. Manifestants de l'Aube (vignerons de la Champagne), en 1911.
Crise viticole. Manifestants de l'Aube (vignerons de la Champagne), en 1911.

Le 1er mai 1936

1er mai 1936
1er mai 1936

La grève des années 1880

En grève.
En grève.
Paul GONDREXON

La proto-industrie de la soie (Vaucluse, 1845)

Croquis de poste de travail d’une fileuse en soie
Croquis de poste de travail d’une fileuse en soie

Paul Déroulède prononce un discours à Bougival. Janvier 1913

Paul  Déroulède prononce un discours  à  Bougival. Janvier 1913.
Paul Déroulède prononce un discours à Bougival. Janvier 1913.
Fernand CORMON

Grève à Saint-Ouen

Grève à Saint-Ouen.
Grève à Saint-Ouen.
Paul-Louis DELANCE

La révolte des canuts

Les événements de Lyon, 22 novembre 1831. Combat du Pont Morand.
Les événements de Lyon, 22 novembre 1831. Combat du Pont Morand.

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan.
Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan.
Pierre LACOUR

Intérieurs de canuts

Intérieur d’un atelier de canut de la montée des Epies.
Intérieur d’un atelier de canut de la montée des Epies.
ALEXIS

La grève au Creusot (1899)

commentaires 1 commentaire commentaires
La Grève au Creusot (1899).

© ADAGP, © Photo RMN-Grand Palais - Bulloz

Agrandissement

Titre : La Grève au Creusot (1899).

Auteur : Jules ADLER (1865-1952)
Date de création : 1899
Date représentée : 24 septembre 1899
Dimensions : Hauteur 231 cm - Largeur 302 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée des Beaux-Arts (Pau) ; site web
Contact copyright : ADAGP, 11, rue Berryer. 75008 Paris. Tél: 33+01-43-59-09-78. Adagp@adagp.fr /
Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web
Référence de l'image : 00EE8160/Inv. 01.4.2

  Contexte historique

Au XIXe siècle, les usines Schneider au Creusot sont les plus grandes de France. Pendant trente ans – de 1871 à 1899 –, la paix sociale y est solidement établie, facilitée tout à la fois par la croissance soutenue, le calme des ouvriers satisfaits d’appartenir à une grande entreprise à la pointe du progrès et par le paternalisme des dirigeants soucieux du niveau de vie de leurs « employés » et de leur formation professionnelle.
Cependant en 1898, toute une série de changements entraîne un bouleversement de la situation : les radicaux gagnent les élections de mai ; Eugène II Schneider, nouveau patron trop absorbé par ses tâches parisiennes, accède à la tête de l’entreprise ; l’afflux des commandes entraîne une accélération des cadences de travail et, aussi, des profits dont les ouvriers sont irrités de ne rien percevoir. La question de la création d’un syndicat est à l’ordre du jour.
De mai 1899 à juillet 1900, les usines du Creusot connaissent plusieurs accès de grèves, notamment entre le 31 mai et le 2 juin puis entre le 20 septembre et le 1er octobre. Le 24 septembre 1899 a lieu une grande manifestation réunissant plus de 7 000 personnes, au cours de laquelle les Creusotins remercient leurs voisins de Montchanin pour leur soutien.

  Analyse de l'image

C’est cette journée de grève et de manifestation que peint Jules Adler. Tous les éléments constitutifs du tableau sont empruntés à la réalité observée : comme l’attestent ces photographies qui ont été prises du cortège, le paysage marqué à droite par les chevalets des mines Saint-Pierre et Saint-Paul, les manifestants en nombre, la multiplication des drapeaux tricolores et les rameaux pacifiques arrachés aux arbres, la présence des femmes, dont le rôle fut notable pendant la grève, et les enfants portant des tambours…
Cependant Adler modifie certains aspects et les organise différemment. Il choisit notamment de mettre en valeur les mains fraternellement serrées en tête du défilé à la place des tambours et des clairons ; il mélange les âges et creuse les traits des manifestants. Surtout, il représente une foule désordonnée, alors que les usages de la manifestation imposaient un cortège structuré et au pas souvent cadencé.

  Interprétation

L’intention principale du peintre est visiblement, grâce au cadrage et au grand format, de transformer celui qui contemple son tableau en spectateur de la manifestation. Au-delà des détails véridiques empruntés au Creusot, c’est un témoignage universel qu’il veut porter. Il peint la condition ouvrière comme un modèle de fraternité malgré la dureté du travail et surtout comme une promesse de libération : la femme portant le drapeau au premier plan n’est-elle pas une « moderne Liberté » reprise de l’allégorie de Delacroix ?
Pour l’historienne Michelle Perrot, à travers ce tableau, « le calme Creusot fournit à l’imagerie de la grève une de ses représentations les plus célèbres ».

Auteur : Pierre SESMAT


Bibliographie

  • Madeleine REBERIOUX,, La République radicale ? 1898-1914, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1975.
  • Gérard NOIRIEL, Les Ouvriers dans la société française, XIX-XXème siècles, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1986.
  • Michelle PERROT, Jeunesse de la grève : France 1871-1890, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1984.
  • Michel WINOCK, Le Socialisme en France et en Europe, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1992.
  • « Le Temps de la lutte des classes », numéro spécial L’Histoire n°195, Janvier 1996.
  • Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville (1856-1960), catalogue de l’exposition, Paris, Fayard-RMN, 1995.

Commentaires

Ceci fut très constructif il m'a appris de nombreuses informations précieuse sur Monsieur Jules ALDER votre point de vue est d'une précision mortel :) !!!
Omar hnini
Par Omar hnini le 03/10/11 à 15h12 - #278

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page