Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Méditerranée XIXe (25 études)

Ali Ben Ahmed, [...], suivi de son escorte en vue de la ville de Constantine.
Ali Ben Ahmed, [...], suivi de son escorte en vue de la ville de Constantine.
Théodore CHASSERIAU

L’expédition d’Égypte (5 études)

Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 Mars 1799.
Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa, 11 Mars 1799.
Antoine-Jean GROS

Découvrez aussi

Napoléon Bonaparte et l'Egypte

Les pyramides de Memphis, le Sphinx, au soleil couchant.
Les pyramides de Memphis, le Sphinx, au soleil couchant.
Charles BALZAC

Almanach national pour 1791, de PH. L. Debucourt

Almanach national pour 1791.
Almanach national pour 1791.
Philibert Louis DEBUCOURT

Auguste Mariette

Auguste Mariette, dit Mariette-Pacha (1821-1881).
Auguste Mariette, dit Mariette-Pacha (1821-1881).
Joseph Gabriel SENTIS DE VILLEMUR

Une lettre de Carnot à Bonaparte

Minute autographe de lettre de Carnot à Bonaparte (p.1).
Minute autographe de lettre de Carnot à Bonaparte (p.1).

L'inauguration du canal de Suez

L'inauguration du canal de Suez, 17 novembre 1869.
L'inauguration du canal de Suez, 17 novembre 1869.
Edouard RIOU

Le Concordat de 1801

Convention du 26 messidor an IX (reliure)
Convention du 26 messidor an IX (reliure)

La seconde mission française à Khorsabad

Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad.
Félix THOMAS

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

Prise de la smalah d'Abd-El-Kader à Taguin. 16 mai 1843.
Prise de la smalah d'Abd-El-Kader à Taguin. 16 mai 1843.
Horace VERNET

Les fouilles de Khorsabad

Deux Génies assyriens.
Deux Génies assyriens.
Paul-Emilie BOTTA

Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie

Papier à vignette de l’armée d’Italie, à en-tête du général en chef Bonaparte.
Papier à vignette de l’armée d’Italie, à en-tête du général en chef Bonaparte.

Frontispice de la Description de l'Egypte

commentaires 0 commentaire commentaires
Frontispice de la Description de l'Egypte, vol.I

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Agrandissement - Zoom

Titre : Frontispice de la Description de l'Egypte, vol.I

Auteur : François-Charles CECILE (1746-1840)
Date de création : 1809
Date représentée : 1798
Dimensions : Hauteur 55 cm - Largeur 40.5 cm
Technique et autres indications : Gravure
Lieu de Conservation : Centre historique des Archives nationales (Paris) ; site web
Contact copyright : CARAN - service de reprographie, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75141 Paris cedex 03 ; site web
Référence de l'image : MI 130

Animation

Vous devez mettre à jour votre player Flash
Aller sur le site d'Adobe pour mettre à jour

  Contexte historique

La Description de l’Egypte

Dix ans après le coup d’Etat du 18 Brumaire, Napoléon décide de publier l’ensemble des documents recueillis par la mission scientifique de l’expédition d’Egypte, sous forme d’un monument éditorial à sa gloire, la Description de l’Egypte. Cette entreprise encyclopédique a pour but de transformer une aventure militaire contestable[1] en une conquête culturelle et archéologique, accomplie par le génie de l’empereur.

La propagande napoléonienne qui paraît omniprésente ne s’exerce en fait que sur le frontispice, la préface[2] et la forme générale. Le format quasi pharaonique de l’ouvrage (70 x 60 cm), qui a nécessité la fabrication de cuves à papier de taille exceptionnelle, confère à toute la publication le prestige d’une grande réalisation de l’Empire.

Si Fourier rend des hommages appuyés à « celui dont la protection auguste en a favorisé les progrès, ou plutôt qui en est le premier et le véritable auteur », le contenu même de la Description ne fait aucune référence à l’expédition ou à son chef. La volonté de description scientifique qu’inaugure cet ouvrage fait apparaître sa publication comme une entreprise à poursuivre malgré les changements de régime ; elle s’achèvera en  1835.

  Analyse de l'image

La révélation des antiquités égyptiennes sous l’égide de l’Empereur

Dans un cadre régulier rappelant l’entrée d’un temple, le dessinateur François-Charles Cécile présente un raccourci recomposé de l’Egypte[3] qui mêle allégorie et paysage, reconstitution architecturale et archéologie. Mais aucune trace de l’Egypte contemporaine, pourtant étudiée par les savants. Le temps semble arrêté à la représentation du pays tout entier à travers l’art des pharaons.

Au premier plan, un amoncellement d’objets : la pierre de Rosette[4] découverte pendant l’expédition, le zodiaque de Dendérah[5], un papyrus, un chapiteau « à feuilles de dattier », un dieu égyptien à corps d’homme et tête d’animal, des béliers qui semblent plus relever du goût de l’époque pour l’astrologie que de l’archéologie, un sphinx de Thèbes et une autre tête de sphinx, au style très proche d’un kouros d’art grec classique. La colonne corinthienne accolée au cadre, dite colonne de Pompée, se trouve alors à Alexandrie, de même que l’obélisque, identifié comme « l’aiguille de Cléopâtre », qui sera transporté en 1880 à New York, quand la ville souhaitera avoir son obélisque comme toutes les grandes cités d’Europe.

Au-delà, le Nil, dont les sources sont encore inconnues à cette date, représenté depuis son delta jusqu’à Assouan. Dans cette vision grandiose et fictive sont rassemblés des monuments situés à plusieurs jours de distance les uns des autres, sur les deux rives du fleuve.

Les motifs qui ornent le cadre de la porte semblent dériver de l’art égyptien mais sont traduits dans le langage du bas-relief de l’art grec classique. En haut domine la frise allégorique de Bonaparte écrasant les mamelouks et suivi des arts et des sciences. Napoléon Bonaparte, en Apollon nu, conduit le fameux quadrige des chevaux de Saint-Marc transportés de Venise à Paris à la suite de la campagne d’Italie. Au paysage sans vie s’oppose la fougue du jeune conquérant, seul capable de le ranimer. Au-dessus de lui brille l’étoile de la nouvelle dynastie impériale, sur le globe ailé des antiques pharaons. La Commission des arts et des sciences, représentée par quatre rangées de Muses, regarde la silhouette du Nil, inspirée de la célèbre sculpture romaine[6] – également envoyée à Paris, à cette époque, emportant dans ses flots une horde désordonnée de mamelouks. Terrifié par l’aigle, symbole de l’armée impériale, l’ennemi en déroute s’enfuit derrière une pyramide. Le « héros conquérant » a rapporté en Egypte les arts et les sciences après un long exil. Chassés par Bonaparte, les mamelouks réapparaissent dans la frise inférieure, soumis et payant tribut. Sur les montants latéraux, des trophées d’armes, de drapeaux, et des enseignes composées de couronnes et de médaillons portent les noms des principaux champs de bataille de Syrie et d’Egypte. Dans les angles s’inscrit l’abeille, autre symbole impérial.

  Interprétation

L’allégorie napoléonienne

Le frontispice compose une sorte d’arc de triomphe, à la fois défilé de sujets vaincus et apothéose du vainqueur, et légitime le pouvoir de Napoléon Bonaparte. Il unit le culte de la personnalité du général en chef à l’idée classique du héros demi-dieu. Comme César, Napoléon s’était hissé au pouvoir impérial à partir du commandement suprême de l'armée et, comme lui, il avait fondé un empire en passant par la terre d’Egypte. Expédition voulue par le destin, suggère la préface, car « le propre de ce pays est d’appeler l’attention des princes illustres qui règlent les destinées des nations ».

Le frontispice illustre l’idée que la puissance impériale a donné à la France la maîtrise des antiquités égyptiennes par la connaissance et l’image, sans s’arrêter au fait que les Anglais ont saisi les collections d’objets antiques ! Ces pièces d’art égyptien jouent aussi le rôle de passerelles entre l’art égyptien et l’art gréco-romain, reflétant cette conception du XIXe siècle selon laquelle l’art des pharaons constitue le berceau de l’art avant son apogée réel, l’art grec classique : l’Egypte a passé le flambeau à la Grèce, qui l’a transmis, par-delà les siècles, aux artistes et aux savants français.

Dans la même perspective, la représentation des chevaux de Saint-Marc et du Nil étendu en dieu du fleuve ne revêt pas un simple sens allégorique. Les faits d’armes de Bonaparte en Italie avaient rendu la nation française maîtresse de ces œuvres exceptionnelles. Aussi symbolisent-elles le contrôle des antiquités classiques et égyptiennes alors détenu par la France.

Le répertoire de formes nouvelles découvertes en Egypte que diffuse la Description transformera la vision des artistes et sera largement utilisé par les peintres pour évoquer l’Orient.

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS


Notes

Savants et militaires : le dispositif de l'exploration

Bonaparte embarque pour l'Egypte, en mai 1798, à la tête de plusieurs dizaines de milliers de soldats. La grande expédition lui offre l'occasion de marcher sur les traces des grands conquérants de l'Histoire et de tenter de s'assurer une place en Méditerranée en profitant de l'affaiblissement de l'Empire ottoman.

Cette antique contrée fascine la fin du XVIIIe siècle. Comme les hiéroglyphes n'ont pas encore été déchiffrés, l'égyptologie se résume alors surtout à une égyptomanie aux tendances ésotériques dans lesquelles puise abondamment la franc-maçonnerie. Elle transparaît ainsi dans la Flûte enchantée que Mozart compose en 1791, comme chez des auteurs préoccupés d'expliquer les religions*. L'Egypte apparaît comme la terre des origines de la civilisation et le lieu d'élection de la sagesse. Mais la mission scientifique jointe au projet va renouveler la perception de l'Egypte.

Bonaparte et le Directoire innovent en joignant à une expédition militaire un dispositif utilisé au XVIIIe siècle pour le voyage maritime d'exploration de contrées lointaines. 160 savants sont recrutés pour travailler sous la protection de l'armée. Il ne s'agit pas, comme lors de la campagne d'Italie, de charger quelques commissaires de « la recherche des objets de science et d'art » mais de rassembler des spécialistes pour explorer et étudier le territoire à conquérir. L'accent est mis sur le recrutement de naturalistes, de minéralogistes, de topographes, d'ingénieurs (y compris une quarantaine de jeunes polytechniciens), bref, d'hommes de terrain. L'expédition d'Egypte est typiquement une entreprise des Lumières par le privilège qu'elle donne à la géographie, à l'étude raisonnée des lieux, du climat, du sol, de la faune et de la flore, de la population. L'étude topographique et l'inventaire descriptif apparaissent comme des préalables indispensables à l'action politique. La connaissance de la société passe par celle de l'espace qu'elle occupe ; sa réforme par un aménagement du territoire.

Malgré des victoires sur terre, l'expédition militaire est cependant vouée à l'échec dès la destruction de la flotte française par l'Angleterre à Aboukir (1er août 1798). Bonaparte quitte définitivement le Caire pour rentrer en France le 18 août 1799, laissant sur place les troupes. Après la capitulation de septembre 1801, les restes de l'armée et de la mission scientifique seront ramenés en France par des vaisseaux anglais.

Le Consulat reprend le projet de réaliser un ouvrage à partir des documents rassemblés par la Commission des sciences et des arts d'Egypte en décidant de publier tous les résultats aux frais du Gouvernement, pour empêcher toute édition partielle. Le premier volume paru en 1810, présente une page de titre datée de 1809, anniversaire du 18 Brumaire. Sa publication sera poursuivie jusqu'en 1835.

*(Cf. Charles-François DUPUIS (1742-1809), L'Origine de tous les cultes ou Religion universelle, Paris, an III/1795).

Extrait de la préface de la Description de l'Egypte rédigée par le physicien J. Fourier :

« La France a reçu ces ornements immortels de la main d'un Héros qui compose ses trophées des plus sublimes ouvrages de l'Antiquité et qui attache ainsi la mémoire de ses triomphes à toutes les époques de la gloire des beaux-arts. »

Explication du Frontispice donnée par l'ouvrage

Le frontispice présente une vue perspective de l'Egypte, caractérisée par les principaux monuments dont ce pays est formé, depuis la mer jusqu'aux cataractes du Nil. L'encadrement a la forme d'une porte égyptienne.

Encadrement
La corniche est ornée du globe ailé, sur lequel est placé une étoile symbolique. Au milieu de la frise, le Héros conquérant de l'Egypte est représenté sur son char, en avant, l'aigle, emblème de l'armée foudroie les Mamelouks fuyant vers les Pyramides.
Le Nil personnifié contemple ses exploits.
Les Sciences et les Arts marchent à la suite du Héros, qui les ramène sur cette terre d'où ils ont été si longtemps exilés.
Les deux parties verticales du cadre offrent des trophées d'armes, et des enseignes composées de couronnes et de médaillons où sont inscrits les noms des principaux champs de bataille d'Egypte et de Syrie.
Au milieu du soubassement est le chiffre de l'Empereur, entouré de serpent, emblème de l'immortalité. Des deux côtés, les vaincus formant différents groupes, déposent leurs armes. Aux extrémités, sont deux scarabées Egyptiens renfermant une abeille et une étoile, espèce de symbole caractéristique de l'Empereur.

Tableau
Sur le premier plan et au bord de la mer, sont, la colonne de Pompée, l'aiguille de Cléopatre, et les fragments les plus précieux recueillis dans la haute Egypte, tel le planisphère de Denderah, la pierre de Rosette, un papyrus, un chapiteau à feuilles de dattier, l'un des sphinx de Thèbes, et des peintures des tombeaux des rois.
Au-delà du Nil, dont le cours est figuré de puis le Delta jusqu'au-dessus des cataractes, où se trouve l'île de Philae, remarquable par ses monuments et par les montagnes de granit qui l'entourent. Au dessous des cataractes, on aperçoit l'île Eléphantine.
Sur la rive gauche du fleuve, et en suivant son cours, sont placés Edfou, Erment, Esné, Medynet-abou, les colosses de la plaine de Thèbes, le tombeau d'Osymandyas, Denderah, Achmouneyn et les Pyramides.
Sur la rive droite, on voit Ombos, les grottes d'Elethyia, Louqsor, Karnak et les autres vestiges de Thèbes, Antaepolis, Antinoé et Heliopolis.

Dès sa découverte en août 1799, on pressent que la pierre de Rosette sera peut-être la clé qui permettra de déchiffrer les hiéroglyphes, clé que Champollion ne découvrira qu'en 1822. Saisie avec les autres objets d'art d'Egypte par les Anglais, elle est aujourd'hui au British Museum.

Le zodiaque de Dendérah sera transporté au Louvre en 1821.

Aujourd'hui conservée au musée du Vatican. Galerie des statues.


Bibliographie

  • Anna PIUSSI, , « Les menottes d’or du patronage napoléonien : Le frontispice de la Description de l’Egypte. Hommage à Dutertre, Balzac et Cécile », in L’Expédition d’Egypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801. Actes du colloque de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Académie des sciences, sous les auspices de l’Institut de France, Paris, 8-10 juin 1998, réunis par Patrice Bret, Paris, 1999.
  • Marie-Noëlle BOURGUET, « Des savants à la conquête de l’Egypte ? Science, voyage et politique au temps de l’expédition française », in L’Expédition d’Egypte, une entreprise des Lumières, 1798-1801. Actes du colloque de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Académie des sciences, sous les auspices de l’Institut de France, Paris, 8-10 juin 1998, réunis par Patrice Bret, Paris, 1999.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page