Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

La Terreur (6 études)

Boissy d’Anglas salue la tête du député Féraud à la Convention nationale, 20 mai 1795
Boissy d’Anglas salue la tête du député Féraud à la Convention nationale, 20 mai 1795
Jean-Auguste TELLIER

Le patrimoine national (14 études)

Vue du château et des jardins de Versailles.
Vue du château et des jardins de Versailles.
Pierre PATEL

Découvrez aussi

L'appartement du comte de Nieuwerkerke au Louvre

Intérieur du cabinet du comte Emilien de Nieuwerkerke, Directeur général des Musées impériaux, au Louvre.
Intérieur du cabinet du comte Emilien de Nieuwerkerke, Directeur général des Musées impériaux, au Louvre.
Charles GIRAUD

Le pont d'Avignon sauvegardé au XIXe siècle

Pont Saint-Bénézet.
Pont Saint-Bénézet.
CARISTIE

Le vote ou le fusil

Le vote ou le fusil.
Le vote ou le fusil.
BOSREDON

Les ravages de la guerre 14-18

La cathédrale de Reims, septembre 1917.
La cathédrale de Reims, septembre 1917.
Joseph Félix BOUCHOR

Le baron Dominique Vivant Denon

Le Baron Dominique Vivant Denon.
Le Baron Dominique Vivant Denon.
Robert LEFEVRE

Images de l'Allemand

L'Illustration, 29 août 1914 :
L'Illustration, 29 août 1914 : " Leur façon de faire la guerre ".
Louis Nicolas LEMASLE

Le matin du 10 thermidor an II

Le matin du 10 thermidor an II.
Le matin du 10 thermidor an II.
Lucien-Étienne MELINGUE

Les destructions de la guerre de 14-18

La cathédrale de Reims en flammes.
La cathédrale de Reims en flammes.
Emile BOUSSU

Alexandre Lenoir, le grand défenseur du patrimoine

commentaires 0 commentaire commentaires
Portrait d’Alexandre Lenoir

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Agrandissement - Zoom

Titre : Portrait d’Alexandre Lenoir

Auteur : Pierre-Maximilien DELAFONTAINE (1774-1860)
Date de création : 1799
Dimensions : Hauteur 220 cm - Largeur 161 cm
Technique et autres indications : Huile sur toile
Lieu de Conservation : Musée national du Château de Versailles (Versailles) ; site web
Contact copyright : Agence photographique de la Réunion des musées nationaux. 254/256 rue de Bercy 75577 Paris CEDEX 12. Courriel : photo@rmn.fr ; site web

  Contexte historique

Formé à la peinture, Lenoir (1762-1839) fut surtout amateur d’art. Lors de la Révolution il chercha avec passion à protéger les monuments royaux du vandalisme des sans-culottes. C’est ainsi qu’en 1791 il obtint de l’Assemblée constituante l’autorisation de rassembler les fragments des églises et palais détruits dans le couvent des Petits-Augustins à Paris, auxquels vinrent s’ajouter en 1792 les tombeaux royaux saccagés à Saint-Denis. Cette collection de sauvegarde prit le nom de musée des Monuments français en 1795, et son fondateur en devint le conservateur. Très fréquenté, ce musée joua un rôle essentiel dans la remise au goût du jour de l’art médiéval, mais il fut fermé en 1816 pour des raisons politiques, et les monuments sauvés du saccage de l’abbaye de Saint-Denis furent remis en place. La naissance du musée des Monuments français au moment où se font sentir les premières influences du romantisme en France coïncide également avec l’émergence d’une conscience ethnographique et le souci de rassembler un patrimoine national.

  Analyse de l'image

Lenoir est représenté devant le tombeau de François Ier, démonté de Saint-Denis et reconstitué au musée des Monuments Français, serrant précieusement dans ses mains l’urne contenant les cendres de Molière. D’aspect étriqué, comme perdu dans un univers qui lui est étranger, il semble plutôt méditer que regarder quelque chose de précis. Cet air rêveur du personnage s’accorde assez étrangement avec ce type de portrait en pied, traditionnellement voué aux élites et qui semble officialiser et entériner les fonctions exceptionnelles de Lenoir, véritable découvreur de ces arts anciens que l’on considérait alors comme « gothiques ». On se serait plutôt attendu en effet à un portrait en buste, tel celui que peignit David en 1817 (musée du Louvre), où le personnage semble comme traversé par une idée.

  Interprétation

Ce portrait d’un esprit curieux, très en marge des modes de son temps puisque Lenoir fut aussi l’un des membres fondateurs de l’Académie celtique qui devint en 1814 la Société des Antiquaires de France, est aussi l’œuvre d’un artiste peu productif, élève de David. Tout concourt à placer ce tableau de Delafontaine à part dans la production picturale du temps, mais en même temps à faire de Lenoir une sorte de symbole puisque ce format de toile était autrefois réservé aux souverains, aux grands personnages et aux généraux. A travers ce portrait il semble que la République reconnaisse les talents de l’un des principaux représentants de la politique artistique et muséographique de la Révolution.

Auteur : Jérémie BENOÎT


Bibliographie

  • Claire CONSTANS, Catalogue des peintures du musée national du Château de Versailles, t. I, p. 244, n° 1365.
  • Albert-Alfred POMME DE MIRIMONDE, « Pierre-Maximilien Delafontaine, élève de David », in La Gazette des Beaux-Arts, 1956.
  • Dominique POULOT, « Alexandre Lenoir et le musée des Monuments français » in Pierre NORA (sous la direction de) Les Lieux de mémoire, tome II « La nation », Paris, Gallimard, 1988, rééd. coll. « Quarto », 1997.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page