Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais
Ministère de la Culture

L'histoire par l'image de 1643 à 1945

 
S'abonner à
L'Histoire par l'image
Ajouter à un album

Albums liés

Paris Baudelaire (12 études)

Hector Berlioz.
Hector Berlioz.
Louis Alexandre GOSSET DE GUINES, dit GILL

Découvrez aussi

Naissance de la radiothérapie

Premiers essais du traitement du cancer par les rayons X.
Premiers essais du traitement du cancer par les rayons X.
Georges CHICOTOT

Progrès de la médecine infantile

Le tubage.
Le tubage.
Georges CHICOTOT

La vision de la mer au XIXe siècle

Paysage avec une rivière au loin et baie.
Paysage avec une rivière au loin et baie.
Joseph TURNER

14 avril 1931 : La première démonstration publique de télévision en France

Première démonstration publique en France de la télévision par l’ingénieur René Barthélemy à l’Ecole supérieure d’électricité
Première démonstration publique en France de la télévision par l’ingénieur René Barthélemy à l’Ecole supérieure d’électricité

Naissance de la puériculture

La Goutte de Lait de Belleville. La pesée.
La Goutte de Lait de Belleville. La pesée.
Henri Jules Jean GEOFFROY, dit GEO

La naissance de l'alpinisme

Paysage de Susten en Suisse.
Paysage de Susten en Suisse.
Xavier LEPRINCE

Une leçon d'anatomie au XIXe siècle

commentaires 0 commentaire commentaires
La leçon d'anatomie du Docteur Velpeau.

© Cliché Archives, Assistance publique, Paris.

Agrandissement - Zoom

Titre : La leçon d'anatomie du Docteur Velpeau.

Auteur : François-Nicolas FEYEN-PERRIN (1826-1888)
Date de création : 1860
Date représentée : 1860
Dimensions : Hauteur 200 cm - Largeur 300 cm
Technique et autres indications : Dessin préparatoire, crayon sur toile
Lieu de Conservation : Musée de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (Paris) ; site web
Contact copyright : Photothèque de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, 10 rue des Fossés Saint-Marcel, 75005 Paris. Mail : musee.ap-hp@sap.aphp.fr
Référence de l'image : H5A

Animation

  Contexte historique

Le modèle de la médecine clinique (du grec klinè, « lit ») qui s’affirme à la fin du XVIIIe siècle repose sur deux piliers : l’observation au chevet du malade et la pratique de la dissection. La première recense, identifie et interprète les symptômes ; la seconde vérifie sur le cadavre l’exactitude du diagnostic posé, ou le précise, voire le corrige. Cette nouvelle médecine, qui connaît son plein essor au XIXe siècle, entend recourir désormais exclusivement aux moyens de la science : l’observation, l’expérimentation, la vérification. La théorie ne s’appuie plus que sur des faits ; jusqu’aux grandes découvertes de Pasteur, le savoir médical se réorganise à partir de la méthode « anatomo-clinique ».
L’hôpital public devient son grand laboratoire : la diversité des cas y est inépuisable, et la réforme des études de médecine, en 1794, en a fait le lieu de l’enseignement pratique pour les étudiants. A Paris, l’élite des médecins y enseigne. L’anatomie s’y apprend dans le grand amphithéâtre que l’administration des hôpitaux et hospices a construit en 1830 et dans la salle d’autopsie de chaque établissement. C’est là, sous l’autorité du maître, que se dévoilent les grands mystères de la nature et que l’énigme d’une pathologie est enfin élucidée.

  Analyse de l'image

Cette œuvre très aboutie est un dessin au crayon sur toile et constitue l’esquisse du tableau définitif. La composition célèbre la nouvelle science, à travers la figure du Dr Velpeau, chirurgien de l’hôpital de la Charité et professeur de clinique chirurgicale à la faculté de Paris, membre de l’Académie de médecine puis de l’Académie des sciences. Sa figure domine le groupe d’élèves dont l’attention se concentre sur le cadavre. Tous sont penchés, avides d’apprendre et de comprendre. Lui seul se dresse, dans une attitude d’autorité souveraine – celle que confère la science. Sa présence s’inscrit dans un triangle, dont le cadavre constitue la base et l’isole du reste du groupe. Le peintre se sert du dessin du tablier pour souligner le schéma structurant de la composition. Enfin la lumière se concentre sur le point central : blancheur du corps, des tissus et de la couronne de cheveux du maître, en une métaphore de ce travail de dévoilement ; de la profondeur obscure des organes - dont toutefois le peintre nous épargne la vision - surgit la lumière de la vérité.

  Interprétation

L’organisation de cette scène veut exprimer une certitude et, au-delà, annoncer un triomphe : celui d’une science en marche, sûre d’elle-même parce que sûre de sa méthode. En ce XIXe siècle, c’est désormais la médecine qui concentre de nouvelles espérances, car elle apporte des réponses qui de plus en plus vont permettre de soulager les maux du corps et peut-être, un jour, de les guérir.
On remarquera que douze disciples entourent le maître. L’allusion à la Cène n’est pas neutre ; dans un siècle matérialiste qui croit à la science et au progrès, elle exprime la foi en ce personnage du médecin, dont le savoir fait reculer la maladie et parfois la mort. Par le recours à une image aussi forte et efficace, le tableau acquiert la dimension d’une icône pour mieux répandre la nouvelle foi laïque.

Auteur : Anne NARDIN


Bibliographie

  • Marie-José IMBAULT-HUART, « L’approche scientifique de la maladie et de la santé : constitution du champ moderne de la pathologie », in L’Homme et la santé, catalogue de l’exposition présentée à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, Paris, Le Seuil, 1992.
  • Guenter B. RISSE, « La synthèse entre l’anatomie et la clinique », in Histoire de la pensée médicale en Occident, t. II « De la Renaissance aux Lumières », sous la direction de Mirko D. Grmek, Paris, Le Seuil, 1997.
  • Michel SAKKA, Histoire de l’anatomie humaine, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1997.

Commentaires

Laisser un commentaire :

twitter

facebook










Haut de page